Sale pétrin

Cae0734af159829ba01e956a0d21f27f

Seul un deus ex machina pourra sortir le PLQ de sa descente aux Enfers


On a tellement parlé — à raison — des malheurs du Parti québécois (PQ) au lendemain des récentes élections qu’on en a presque fini par oublier ceux du Parti libéral du Québec (PLQ) qui, tout en étant moins spectaculaires, sont considérables. Qui plus est, dans une certaine mesure, ils sont inversement proportionnels aux succès de la Coalition avenir Québec (CAQ) à gouverner, à être crédible et, donc, à s’inscrire dans la durée. Cela apparaît de plus en plus comme sur une photo qui trempe depuis octobre dans le révélateur : les libéraux sont dans un sale pétrin.


Depuis plus de vingt ans, le PLQ s’est principalement défini en opposition à deux grands projets : l’indépendance du Québec et la laïcité de l’État qui inclut, selon une forte majorité de citoyens, l’interdiction du port de signes religieux pour certains de ses agents pendant leurs heures de travail. Maintenant que la première de ces idées n’est plus portée par un parti susceptible de prendre (QS) ou de reprendre (PQ) prochainement le pouvoir, les libéraux ont perdu beaucoup de leur précieux carburant. Quant à la laïcité, une fois le projet de loi adopté, il faudra bien enfin passer à autre chose. On ne voit pas comment le PLQ de 2022 pourrait proposer un vaste programme de dé-laïcisation ! On imagine difficilement pire slogan électoral que « Recommençons ce débat ! ».


Que reste-t-il donc de la marque libérale pour le commun des mortels ? L’austérité ? Ce n’est certainement pas ce qu’on peut appeler un attrait. Le centre un peu plus à gauche ? Difficile d’y croire après ces années de compressions budgétaires. Sans parler de l’habilité de la CAQ à couvrir un vaste spectre politique, avec son fond de conservatisme bleu et son étonnant budget de réinvestissement que d’aucuns n’ont pas hésité à qualifier de social-démocrate. Resterait l’économie ? Le premier ministre (et son surprenant ministre Pierre Fitzgibbon) ne donnera pas facilement sa place sur ce terrain, comme le démontre entre autres sa volonté ferme de garder ici les sièges sociaux, dont celui de Transat.


Ce n’est pas pour rien que l’appui aux libéraux est famélique chez les francophones. Le parti ne se distingue pas, ne se démarque plus et ne porte plus d’idéal. L’éventuelle candidate à la chefferie, Marwah Rizqy, avait raison de souhaiter davantage comme programme électoral que « des pailles en bambou pis une deuxième carte d’assurance maladie ». Ses déclarations incendiaires témoignent aussi du danger que la course au leadership se solde par un vrai feu de brousse, marqué par une division entre l’establishment et la députée de Saint-Laurent, mais aussi entre les Montréalais et les quelques régionaux qui restent, entre la frange caquisto-adéquiste repentie et les libéraux purs et durs traditionnels.


Il faudrait tout un sauveur (venu du Parti libéral du Canada ?) pour faire trembler la CAQ et François Legault, compte tenu du problème profond avec la « marque » libérale. Pour incarner non pas le « bon gouvernement », mais le « meilleur gouvernement ». La candidate pressentie Dominique Anglade a-t-elle le niveau ? La bonhomie de Sébastien Proulx apparaîtra-t-elle suffisante ? Quant à Gaétan Barrette, sa réputation de « bully » en chef effraie désormais la plupart des électeurs. De ces trois-là, aucun ne sera plus en phase avec les Québécois que François Legault lui-même. Ce premier ministre qui s’est montré sans détour « en beau maudit », tout en qualifiant les responsables de « monstres » dans l’horrible histoire de la petite fille martyrisée de Granby… Et c’est ce « parler vrai » qui plaît, qui est rafraîchissant, tout autant que la réponse qu’il a donnée lorsqu’il a été questionné sur l’existence de Dieu.


Il est vrai que les trois prochaines années seront parsemées d’embûches pour le gouvernement caquiste. Un jour ou l’autre, un ralentissement économique viendra mettre à mal les finances du Québec. Les débats avec Ottawa resteront tout aussi stériles. Les lendemains d’inondations et les déménagements feront des insatisfaits. L’application de la loi sur la laïcité ne se fera pas sans mal. Quant aux frictions de plus en plus nombreuses avec la Ville de Montréal, elles n’auront guère de répercussions sur les électeurs caquistes, rarissimes sur l’île. Elles pourraient cependant donner du PLQ — qui aura pour rôle, par définition, de s’opposer et de prendre la part de la métropole — l’image d’un parti à la défense d’une ville, d’une seule ville, presque confiné sur le fond, comme il l’est déjà beaucoup par ses appuis et sa députation, au statut de parti municipal plutôt que national. Ainsi, le purgatoire pourrait être long.









NOUVELLE INFOLETTRE


« Le Courrier des idées »


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.