Sables bitumineux: BNP Paribas fait une croix sur le financement de projets pétroliers

3e38f8c37fa2db0c995ca8e1b9d5f204

BNP n'est pas seule dans son cas. C'est ce qui explique en grande partie l'annulation du projet Énergie-Est

BNP Paribas rompt avec une partie du secteur des hydrocarbures, le groupe bancaire français ne souhaitant plus financer des entreprises dont l’essentiel des activités repose sur le gaz de schiste, le pétrole de schiste et le pétrole venant des sables bitumineux.


Après avoir coupé les liens avec les mines et centrales de charbon, BNP Paribas a affirmé mercredi qu’elle veut accompagner et accélérer la transition énergétique, notamment par l’offre de services qui pourront « orienter » les décisions de ses clients.


Dans son portefeuille de prêts commerciaux, la catégorie « énergies hors électricité »compte pour 4 % du total, moins que le transport et la logistique (8 %) mais plus que l’assurance (2 %).


Photo: BNP Paribas



En parallèle, le groupe financier, dont les actifs sous gestion dépassent le seuil des 400 milliards d’euros, annonce qu’il s’interdira de financer les projets pétroliers et gaziers dans l’Arctique.


« Ces mesures nous conduiront à cesser nos financements avec un nombre significatif d’acteurs qui ne s’inscrivent pas dans la transition vers une économie moins émettrice de gaz à effet de serre », a affirmé le chef de la direction de BNP Paribas, Jean-Laurent Bonnafé.


Ces acteurs visés sont ceux qui sont axés sur « l’exploration, la production, la distribution, le marketing ou le courtage » du gaz et du pétrole de schiste, de même que le pétrole des sables bitumineux. La mesure couvre aussi les projets de transport et d’exportation.


« Dans le même temps, nous jouerons pleinement notre rôle, en accompagnant nos clients du secteur de l’énergie qui mettent en oeuvre une démarche volontariste : en Europe, en Amérique et en Asie, des compagnies se sont engagées dans un important effort d’évolution de leur modèle d’affaires qui jouera un rôle clé dans la transition énergétique », a ajouté M. Bonnafé.


Cela, a souligné Greenpeace, signifie que BNP Paribas ne financera pas le doublement du pipeline Trans Mountain, de l’entreprise texane Kinder Morgan. Même chose pour le projet Keystone XL et le remplacement de la Ligne 3 entre l’Alberta et le Wisconsin.


Le dossier Trans Mountain


Le geste de BNP Paribas survient trois mois après que le Mouvement Desjardins eut décidé cet été de décréter un moratoire sur le financement de projets d’oléoduc. Des groupes essaient toutefois de convaincre Desjardins de céder à un autre établissement la responsabilité du prêt de 145 millions offert pour le projet Trans Mountain, lequel a récolté un financement total de 5,5 milliards.


« De plus en plus de banques reconnaissent que les pipelines de sables bitumineux et les projets d’hydrocarbures extrêmes menacent leur réputation et leur performance financière à long terme »,a indiqué Patrick Bonin, le responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada. « Les institutions financières comme TD et Desjardins qui se vantent d’être “socialement responsables” doivent s’attendre à davantage de résistance si elles continuent à financer des pipelines comme celui de Kinder Morgan. »