«Renaître»: le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet

Bc640b6036798c4d31b222350fbfc67d

Blanchet doit faire plus que répéter des slogans


En prenant les rênes du Bloc québécois après deux ans de bisbille au sein de la formation, Yves François-Blanchet acceptait tout un défi : celui de relancer le parti souverainiste qui fut jadis l’opposition officielle à Ottawa.


Les dernières années ont été difficiles pour le Bloc. La vague orange de 2011 a presque anéanti le parti, qui n’a fait élire alors que quatre députés. L’élection de 2015 n’a pas été beaucoup plus triomphale, puisque le chef Gilles Duceppe n’a pas réussi à se faire réélire et que la députation n’a augmenté qu’à dix élus — toujours pas assez pour être reconnu comme parti officiel aux Communes.



À lire aussi


Lisez nos portraits pour chacun des chefs



L'espace accordé à chaque chef est fondé sur le nombre de sièges que leur formation respective détenait à la Chambre des communes au moment de sa dissolution.

À la suite de ces décevants résultats électoraux, Martine Ouellet a été couronnée cheffe du Bloc. Son arrivée a suscité des tensions, qui se sont exacerbées jusqu’à mener à la démission de sept députés, qui ont créé leur propre parti : Québec debout. Après 15 mois de règne chaotique, Martine Ouellet a fini par abdiquer à la chefferie, après avoir perdu son vote de confiance. Les démissionnaires sont rentrés au bercail, et Yves-François Blanchet a finalement accepté les appels des bloquistes qui le courtisaient depuis un an. Sans rival, lui non plus, il a profité à son tour d’un couronnement en janvier.


Depuis, cet ancien ministre péquiste de l’Environnement martèle qu’il saura séduire à nouveau les Québécois et les jeunes en leur parlant, justement, d’environnement. M. Blanchet promet que la plateforme du Bloc sera plus verte que celle du Parti vert. Le parti visera même une campagne carboneutre, en versant de l’argent à un programme de compensation d’émissions de GES par la plantation d’arbres.


Mais pour se distinguer de ses rivaux fédéralistes, Yves-François Blanchet compte en outre présenter le Bloc comme l’unique défenseur des positions du Québec à Ottawa. Le respect de la volonté de laïcité de l’État québécois fera notamment partie des arguments de vente du Bloc. Déjà, le printemps dernier, le parti s’était offert un large panneau publicitaire en bord de route, à Ottawa, qui lançait au Canada anglais : « Quebec knows what’s right for Quebec. Thank you. » (Le Québec sait ce qui est bon pour le Québec. Merci.)


« Effet domino »


Les bloquistes espèrent aussi tirer profit de la déconfiture anticipée du Nouveau Parti démocratique. Le Bloc a dans sa ligne de mire les circonscriptions néodémocrates du nord et du sud de la région de Montréal, de même que quelques circonscriptions libérales au passage. M. Blanchet est candidat dans Beloeil-Chambly, précisément dans l’espoir de créer « un effet domino » autour de lui — de Salaberry-Suroît, à l’ouest, jusqu’à Saint-Hyacinthe, à l’est. L’ancien château fort bloquiste de Laurier–Sainte-Marie, représenté par Gilles Duceppe pendant près de 20 ans à Montréal, semble toutefois chose du passé. Les bloquistes n’y fondent pas beaucoup d’espoirs, l’environnementaliste Steven Guilbeault y portant les couleurs du Parti libéral.


Bien que le calme et la bonne entente soient maintenant revenus au sein du Bloc, ses rivaux notent que les intentions de vote, elles, n’ont pas beaucoup changé. Le Bloc québécois recueille la faveur d’environ 18 % des électeurs québécois, selon les derniers sondages. Il y a quatre ans, le parti avait récolté 19,4 % des voix au scrutin fédéral. Au printemps 2018, en pleine tourmente sous la direction de Martine Ouellet, le parti avait atteint un creux historique avec 12 % d’appuis dans les coups de sonde.


Le Bloc a par ailleurs dû naviguer sur une petite polémique cet été, après que Gilles Duceppe eut vivement dénoncé le passé communiste du candidat bloquiste dans Ahuntsic-Cartierville, André Parizeau. Le chef Blanchet avait d’abord dit tolérer les divergences d’allégeance à gauche ou à droite. Il s’est par la suite ravisé, exigeant que M. Parizeau renie le Parti communiste du Québec qu’il présidait depuis 21 ans.


Les dix députés bloquistes feront de nouveau la campagne électorale. Trois anciens élus — Christiane Gagnon, Claude De Bellefeuille et Stéphane Bergeron — ont aussi effectué un retour au bercail et seront de la course.