Québec solidaire obtient 8 % des intentions de vote

Tribune libre

Québec solidaire obtient 8 % des intentions de vote...
C’est ce que révélait le tout dernier sondage de la
maison CROP et dévoilé hier sur le site même de Cyberpresse. Québec solidaire obtiendrait donc 8 % des intentions de vote au Québec. Cela correspond à plus de deux fois plus que le vote exprimé lors des élections du 8 décembre dernier.
Après 10 ans d’efforts soutenus de la part de la gauche politique Québécoise, voilà des résultats plus qu’encourageants…
Et ce, même si les aléas de l’ambiance politique, la volatilité de l’électorat et le grave manque de proportionnalité de la démocratie ne permettent pas de sauter aux conclusions et d’en déduire que ces intentions se concrétiseraient nécessairement par un vote dans l’urne…
Il n’en reste pas moins que la sympathie à Québec solidaire va grandissante et que si l’on se réfère aux résultats de l’Union des forces progressistes qui n’avait obtenu que 1.4% des suffrages en 2003, force est de constater que la tendance vers la gauche semble bel et bien être en constante progression au Québec.
Et pour cause, cette sidérante et actuelle crise - pour ne pas dire ce «lamentable échec » du capitalisme - dont les blessures amères commencent à en conscientiser plusieurs. Il n’est pas non plus interdit de penser que la désuétude et l’inefficacité des traditionnels partis néolibéraux face aux exacerbations du capitalisme, de même que la malhonnêteté, l’usure politique et l’inféodation chronique de ces vieux partis aux lobbies, y sont sans doute aussi pour quelque chose.
L’outrage sans aucun doute sévèrement aggravé par les abus d’entreprises socialement et écologiquement irresponsables et l’injustice causée par les immenses disparités entre les revenus de leurs richissimes directions et les citoyens ordinaires, n’ont sûrement pas manqué de frapper les imaginations et de susciter colère et frustrations… et conséquemment, l’attrait pour un radical renouveau...
8 % DES INTENTIONS DE VOTE POUR QUÉBEC SOLIDAIRE...
Voilà qui en fera taire plus d’un, qui s’était évertué à targuer Québec solidaire de groupuscule, de « go-gauche » d’extrémiste, de communiste, de soviet et j’en passe…
Mais sans doute est-il nécessaire de reconnaître qu’en plus du travail tenace et discipliné de Québec solidaire, l’enthousiasme et l’espoir suscité l’avènement du président Américain et conséquemment de l’engouement pour un nouveau courant politique, y sont vraisemblablement pour quelque chose…
«La victoire appartient toujours à ceux qui y tiennent le plus…»

- Franklin D. Roosevelt
Christian Montmarquette
Membre de Québec solidaire
Militant pour l’éradication de la pauvreté et l’indépendance du Québec
***
Références :

Les libéraux dégringolent :

Denis Lessard - La Presse 26 mars 2009 :

RÉPLIQUE D'AMIR KHADIR AU DISCOURS SUR LE BUDGET

Featured 56599d2190662f65fbfa0affdabd4b20

Christian Montmarquette55 articles

  • 92 287

Membre fondateur de Québec solidaire

Militant pour l'éradication de la pauvreté et l'indépendance du Québec

Site officiel : [www.quebecsolidaire.net->www.quebecsolidaire.net]

Courriel de Québec solidaire info@quebecsolidaire.net

Programme : [http://quebecsolidaire.net/engagements_2008->http://quebecsolidaire.net/engagements_2008]

Téléphone : (514) 278-9014





Laissez un commentaire



15 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    30 mars 2009

    Cher Monsieur Bousquet,
    Vous me semblez devenir chaque jour de plus en plus bassement partisan par votre analyse simplette et tendancieuse.
    Alors que ce 10% de l'ADQ correspond à - est-il nécessaire de le rappeler - une assez une magistrale dégringolade merci, ce 8% de Québec solidaire confirme au contraire qu'il est sur le chemin d'une percée significative.
    Mais, que nous demandez-vous à la fin ?
    Que QS se saborde pour faire élire le PQ au nom de l'unité des souverainistes ?
    Pourquoi ne le faites-vous pas vous-même ?
    Je vais vous répondre : Parce que avez le droit, comme tous citoyens de vous regrouper pour lutter pour vos idées et surtout, vos « VALEURS ».
    Or, outre cette indépendance que le PQ ne représente d’ailleurs plus que du bout des lèvres, les valeurs de Québec solidaire sont diamétralement opposées aux valeurs que le PQ met en pratique depuis des décennies.
    À titre d’exemple, ce n'est pas tant Québec solidaire qui est le problème, que la totale absence du scrutin proportionnel. Ce fondamental élément programmatique du PQ depuis 1970 et qu’il n’a JAMAIS appliqué durant toutes ses années de pouvoir.
    Une fois de plus, la malhonnêteté, l’inéquité politique et la trahison du PQ aura fini par causer sa propre perte.
    Je terminerai en vous rappelant que le PQ n’a jamais caché qu’il est un parti de coalition. Or, une coalition est un rassemblement de tendances qui s’unifie temporairement derrière une revendication commune. Et en conséquence, on ne peut demander à tout de monde de tenir une coalition indéfiniment.
    Si vous chercher dans les archives, vous pourrez constater que je me suis personnellement « farmer la yeule » durant plus de 30 ans pour tenter ne pas menacer notre accession à l’indépendance. Et en ce sens, la gauche devrait mériter la médaille de la patience, de la tolérance et du patriotisme pour s’être ainsi auto-muselée au nom de la question nationale.
    Mais il y des limites à la naïveté, à l’auto flagellation, au masochisme et à l’amputation de sa conscience morale.
    À la limite, si on insistait pour tenter de faire porter le chapeau de la réélection des libéraux à Québec solidaire, je vous répondrais que de plus en plus d'électeurs pensent que cela ne ferait guère de différences…
    Christian Montmarquette

  • Archives de Vigile Répondre

    29 mars 2009

    L'ADQ se désole de son 10 % et Québec solidaire se glorife d'avoir 8 % qui nuit directement aux chances du PQ.
    M. Charest a des raisons à continuer de se frotter les mains.

  • Archives de Vigile Répondre

    29 mars 2009

    Monsieur Tellier,
    Vous dites :
    «Rien pour se petter les bretelles. C’est loin 2013. L’élection d’Amir Khadir est le résultat d’une alliance stratégique temporaire.» (..)
    Je ne me pète pas les bretelles Monsieur Telleir ; j’en avais d’ailleurs pris la précaution dans mon article.
    Mais vous me permettrez tout de même d’être enthousiaste à l’effet que le travail de Québec solidaire commence à opérer en profondeur. Car il ne s’agit en rien de d’une situation circonstancielle, mais bien d’un large mouvement dû à un écoeurement général des abus capitalisme sauvage à échelle planétaire, au cas où vous ne vous intéressiez pas à l’actualité internationale.
    Si nous avons grimpé de plus de 4 points en seulement 4 mois, imaginons un peu les résultats que cela pourrait donner en 4 années...
    Je pourrais même ajouter à mon article, qu'à sa fondation, Québec solidaire avait reçu plus de 20% de l'appui populaire. Mais évidemment, il s’agissait-là d’un appui superficiel, puisque nous n'étions pas encore connus.
    Mais, ce 8% qui nous concerne en ce moment lui, est fort différent, puisqu'il est causé non pas par une «méconnaissance» mais bien par une «meilleure connaissance» du parti dû à l’élection d’un député. Et en ce sens ce 8 % est selon toute vraisemblance beaucoup mieux consolidé, puisque le programme, les valeurs et les intentions de Québec solidaire sont désormais choses publiques.
    Je terminerai en vous en étonnant peut-être du fait que je ne me réjouis pas tant de ces résultats parce qu’ils sont électoralement intéressants, mais parce qu'ils contribuent à raffermir, renforcer et promouvoir des valeurs de gauche désespérément nécessaires afin de protéger notre société et les valeurs sociales démocrates identitaires au Québec et que le Parti québécois a depuis belles lurettes désertées.
    Christian Montmarquette

  • Archives de Vigile Répondre

    29 mars 2009

    Bonjour!
    Rien pour se petter les bretelles.C'est loin 2013.
    L'élection d'Amir Khadir est le résultat d'une alliance stratégique temporaire entre libéraux et péquistes qui ont fait campagne pour se débarrasser d'un député péquiste mal-aimé dans Mercier.

  • Archives de Vigile Répondre

    28 mars 2009

    "Pour le moment c’est le PLQ-Charest grâce a son allie objectif : Québec Solidaire."(JCPomerleau)
    C'est sûr ! Avec son Julius Grey qui empoche des magots à défendre les milliardaires juifs orthodoxes d'Outremont et Françoise David de la "dynastie" de 3 générations de sénateurs fédéraux et dans l'industrie du cinéma d'Hollywood!
    Aider les pauvres ! :-)
    Bein franchement, moi je le trouve pratique ce QS, car il ramasse tous ceux qu'on veux pas avoir dans nos pattes. Les hippies caviar du "Nouveau Monde". De la même mentalité que ceux-là qui ont produit ces horreurs dans les manuels du cours ECR imposé :
    Regardez bien ces 5 pages tirées du manuel:
    http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2009/03/la-grande-nouerrceurrr-portrait-de_27.html

  • Archives de Vigile Répondre

    28 mars 2009

    Correction !
    Franklin D. !
    Surtout pas Theodore ! :-)

  • Archives de Vigile Répondre

    28 mars 2009

    "Voilà qui en fera taire plus d’un, qui s’était évertué à targuer Québec solidaire de groupuscule, de « go-gauche » d’extrémiste, de communiste, de soviet et j’en passe…"(Christian Montmarquette)
    Malheureusement pour vous, vous leur donnez entièrement raison en faisant suivre votre commentaire par une citation de Theodore Roosevelt.

  • Archives de Vigile Répondre

    28 mars 2009

    En voilà une bonne nouvelle !
    QS semble en effet le seul parti qui demande vraiment l'indépendance et qui si un jour se retrouve au pouvoir la réalisera bel et bien. Le PQ a été au pouvoir suffisamment longtemps pour le faire et ne l'a pas fait, bien que toutes les opportunités se soient présentées pour cela; on ne juge pas un parti sur son programme mais sur ses réalisations sur le terrain, sur ses actes.
    Pourquoi le PQ n'a t il pas réalisé cette indépendance ? Il apparait que les prinicipaux freins à cela ont été des prétextes de craintes économiques , la peur que Ottawa n'a pas manqué d'alimenter qu'en cas d'indépendance, le Québec allait traverser un désert. Or je ne vois pas comment les entreprises qui travaillent déjà avec les USA ou à l'export ne continueraient pas à le faire, et que les entreprises au Québec qui travaillent avec d'autres provinces Canadiennes perdraient purement et simplement des marchés pour la raison de l'indépendance. Ces entreprises Québecoises sont en rapport avec d'autres entreprises, qui elles aussi ont intérêt à commercer avec elles, en faisant abstraction de toutes questions géopolitiques. Ottawa n'aurait pas non plus intérêt à mettre des entreprises anglophones en difficultés pour raisons d'amour-propre ou idéologiques. Il semble aussi que c'est bien le Canada qui a tout fait pour que les résultats du référendum de 1995 basculent en sa faveur, parce que contrairement à ce qu'Ottawa a tenté de mettre dans le crâne des hésitants, c'est bien le Canada qui a tout à perdre à ce que le Québec devienne indépendant, et non le contraire.
    Le Québec possède des ressources hydroélectriques importantes, des ressources de bois qui peuvent servir autant à la construction, au chauffage qu'au papier,ressources conséquentes sur lequelles Ottawa n'avait pas du tout l'intention de renoncer à ses avantages. Le Québec enfin est le seul et unique bastion francophone dans un continent anglophone, et à ce titre, a une spécificité culturelle qui est fragile parce que justement unique et si particulière. Le Canada n'a t il pas des dettes financières importantes vis à vis du Québec qu'il serait dans l'obligation de solder en cas d'indépendance ? Ces très brefs et carricaturaux exemples soulignent quelques unes des raisons qui motivent Ottawa à tout faire pour empêcher l'indépendance.
    Enfin si Charest a été réélu aux derniers suffrages, c'est surtout parce que moins de 60% des électeurs se sont rendus aux urnes, personne ne sait ce qu'aurait été le résultat si les 40% restant s'étaient mobilisés, ou plutôt Charest savait que si cela avait été le cas, il aurait très certainement perdu. Charest a menti au peuple Québecois en passant sous silence le scandale financier de la Caisse, Charest a volontairement provoqué un scrutin qu'il pensait être sa seule chance d'être réélu parce que les citoyens sortaient tout juste d'une autre campagne électorale et qu'ils étaient à la fois désabusés d'avoir encore Harper comme premier ministre du pays, et fatigués d'entendre parler de politique. Il savait pertinemment que quand peu d'électeurs se mobilisent, les libéraux ont toutes les chances de gagner.
    Cependant, Charest ayant provoqué ces élections à un moment stratégique pour lui (et pour lui seul, pas pour la province), et le peuple Québecois prenant conscience de s'être fait floué, peut parfaitement contester la légitimité de cette élection en manifestant, en se mobilisant, en criant haut et fort son indignation et sa colère justifiée et en s'unissant. Le PQ parait être le seul adversaire de taille face au PLQ, sauf que dans ce cas là, on omet totalement les 40% d'électeurs qui ne sont pas allés voter en décembre, trop dégoûtés pour encore s'intéresser à la politique qui leur semble faite par des gens corrompus, malhonnêtes , menteurs, et qui ne tiennent jamais leurs promesses électorales.
    QS a 8% d'intentions de vote, et bien, je trouve que la progression de ce nouveau parti émergeant est excellente, et cette montée rapide promet d'autres montées, justifiées par le fait que justement QS n'est pas entaché par un exercice du pouvoir prolongé comme l'est le PQ qui laisse présager vu les décisions prises lors des précédents exercices du pouvoir que certains au PQ ne soient corrompus. Les Québecois ne veulent pas d'un PQ qui ( a mis ?) mette par terre leurs services publics, à commencer par la santé et l'éducation. Et cela dit une chose forte aussi, c'est que la gauche a un vrai espoir d'avoir un jour les rênes en mains.
    En France le NPA fait un peu le même genre de montée en puissance, Besancenot son leader a exprimé une chose très juste par rapport à l'exercice des postes de pouvoir politique ; il a dit qu'il était dommageable pour tous que les politiques finissent par faire un métier de cette fonction et qu'il est souhaitable non seulement d'interdire le cumul des mandats mais aussi d'en limiter l'exercice à un seul et unique mandat pour chaque responsable politique. Cela nécessite continuellement un renouvellement de la classe politique, et des personnes au pouvoir, donc du sang neuf ; cela éviterait le risque de corruption et d'intérêts d'influence. Et enfin Besancenot a donné aussi un chiffre frappant : en France, plus de 85% de la population vit avec moins de 2000 euros mensuels, et les hommes de la classe politique sont largement mieux payés que cela . Il préconise que les politiques ne devraient pas être mieux lotis financièrement que la très grande majorité de ses citoyens, et ce afin que les élus ne soient pas tentés de passer leur vie à faire de la politique d'une part, et d'autre part à ce qu'ils aient conscience de la réalité quotidienne de leurs concitoyens. De fait, ils seraient plus à même de défendre les intérêts de tous, ce pour quoi ils sont en principe élus, et non pas des intérêts particuliers.
    Je crois personnellement que pour que ces propositions soient efficaces, il est également nécessaire de mettre en place une législation particulièrement stricte et encadrée spécifique à tous les hommes et les femmes qui auraient des postes de responsabilité politique, législation qui serait particulièrement sévère concernant tout ce qui à trait à la corruption. Un représentant du peuple se doit d'être exemplaire sur ce sujet ce qui est loin d'être le cas dans la plupart des démocraties occidentales à ce jour.
    A ce prix et à ce prix seulement, les citoyens reprendront le chemin des urnes et s'intéresseront à nouveau à qui va diriger leur pays. QS dans son programme fait des propositions de cet ordre là notamment, en plus bien sur de soutenir à tout prix les plus démunis, les services publics, et pour financer cela, de taxer plus équitablement toutes les grandes entreprises qui font de gros bénéfices, et de taxer le capital. Il semble en tous cas vu la progression de QS que ses aspirations correspondent aux souhaits de plus en plus de personnes au Québec et l'on ne peut que s'en féliciter. QS représente des valeurs dans lesquelles beaucoup de Québecois se reconnaissent : l'indépendance et la solidarité.

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2009

    Ma lecture de la situation est géopolitique:
    Premier constat: J'ai écris quelques textes avant l'élection pour dire l' urgence a sortir du pouvoir Charest et sa clique affairistes qui le squattent a leurs profits, au détriment du bien public. Avec le saccage qui se poursuit cet urgence ne fait que s'accroitre.
    Deuxième constat: Le seul parti qui peut prendre le pouvoir actuellement c'est le P.Q. (Je le dis sans enthousiasme).
    Troisième constat: Tant et aussi longtemps que la majorité francophone ne rétablira pas sa cohésion nationale a l'intérieur d'un parti prêt a assumer le pouvoir, le PLQ va continuer a saccager notre État. Je répète une tragédie.
    Quatrième constat: Attendre que Q.S. réunisse en son sein cette cohésion nationale est une lubie. Sa présence lors des dernières élections a fait la différence et a permis au PLQ-Charest de devenir majoritaire plutôt que minoritaire; je répète une tragédie.
    Conclusion: Malgré les bonne intentions concernant son programme et son engagement pour la souveraineté, le Q.S. la présence sur l'échiquier politique en fait un allié logique de ceux qui prônent exactement le contraire de ses engagements.
    La politique n'est pas rationnelle (on forme un parti socialiste et automatiquement on aide les démunis). En fait dans le contexte actuelle on arrive au contraire. La politique est relationnelle, fait de rapports entre acteurs politiques qui veulent prendre le contrôle de l'État.
    La seul question qui importe c'est de savoir qui contrôle l'État et au profit de qui ?
    Pour le moment c'est le PLQ-Charest grâce a son allie objectif: Québec Solidaire.
    Tout cela découle de la présence au pouvoir de Lucien Bouchard qui au terme de la marche du Pain et des roses a offert de majorer le salaire minimum de... dix cents ! C'est a ce moment que le PQ a perdu une fraction de la gauche (étais ce voulu de la part de ce conservateur ?). Une chose est certaine ce dix cent va couter cher au Québec !
    Le débat entre les solidaire et les lucides est un faux débat du point de vue de la géopolitique. Le Québec souverain va évoluer vers un modèle qui ressemble a celui des pays d'Europe du Nord: La sociale économie. Donc sera LUCIDAIRE.
    Mais encore faut il que nous passions du statut de demie État de province, au statut de pays, prerequis pour devenir un État optimal.
    Pour le moment la confusion stratégique conséquence d'un manque de doctrine d'État nous tue.
    JCPomerleau

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2009

    @ M. Montmarquette
    Il n'est pas immoral de fonder l'État souverain du peuple sans assujettir les voix du peuple souverain à l'une ou l'autre obédience de gauche, de centre ou de droite. S'il avait fallu attendre que les États soient créés par des gouvernement de gauche, très peu d'États auraient vu le jour.
    Faire en sorte que le peuple souverain fonde un État se souffre aucun assujettissement. Ce sera ensuite au peuple souverain d'un État valide de décider qui le gouvernera et si cela doit ou non se faire à gauche ou à droite.
    De plus, prendre le prétexte que le PQ n'est pas assez à gauche pour justifier le fait qu'un gouvernement de droite canadiansisateur soit élu ne tient pas la route, d'autant si par ailleurs on se dit souverainiste et que le gouvernement de droite en question est franchement du côté des canadianisateurs.
    Que QS défende la gauche, défende les démunis, soit, et tant mieux, mais cette défense ne peut justifier le fait que l'État du Canada que défend le gouvernement que permet d'élire QS, et qui impose au peuple souverain du Québec un État unilatéral jamais soumis aux voix du peuple. QS est ainsi l'allié objectif des usurpateurs canadianisateurs et de la droite affairiste canadianisatrice qui pourtant devrait être l'adversaire principal de QS, c'est bien lui qui est au pouvoir et lui qu'il faut renverser.
    C'est étonnant ce silence à l'égard du gouvernement de droite du PLQ de Jean Charest de la part d'un parti qui prétend défendre les démunis. Ce n'est pas le PQ qui gouverne le Québec, pourquoi s'en prendre au PQ sinon pour des motifs purement électoraux.
    Si jamais les résultats du sondage se concrétisaient dans l'urne, Crop La Presse 2009 03 26 le PQ ( 40%) et QS ( 8% ) pourraient former un gouvernement ayant presque la majorité des voix, associés aux 7% des Verts, on pourrait mettre au pouvoir un gouvernement de la majorité.
    Mais pour cela, il faut pouvoir exprimer ce vote autrement que dans la division du vote actuel qui a permis l'élection d'un gouvernement majoritaire de Jean Charest. Une entente électorale de report des voix pourrait faire l'affaire en attendant la proportionnelle que pourrait mettre en place un État souverain du Québec. Le PQ et QS, voire les Verts, pourraient faire en sorte de se donner respectivement des comtés rendant compte du vote populaire. Cela ne pourrait se faire avec le PLQ de Jean Charest. Si QS veut vraiment défendre les démuni(e)s et les voix libres du peuple souverain du Québec, il ne peut plus longtemps se soustraire à cette exigence de l'UNION souverainiste pour participer à un gouvernement de la majorité. QS doit proposer au PQ d'élaborer pour les prochaines élections une union électorale. Nous ferons pression pour que le PQ accepte.
    La souveraineté du peuple et de l'État du peuple n'a pas à être assujettie à quelque sorte de gouvernement que ce soit. Les démunis ne trouveront pas leur compte dans un État qui s'impose d'autorité sans se soumettre aux voix du peuple. Ce qui est le cas du Canada et de l'État du Québec tel que gouverné par le PLQ canadianisateur de Jean Charest.
    @ M. Bousquet
    Et... contrairement à M. Bousquet, je ne crois pas que la clientèle de la gauche anglophone qui appuie QS soit opposée à l'État souverain du peuple souverain du Québec. Au contraire, il s'agit là je pense de ces nombreux anglophones qui sont nos alliés québécois et qui trouvent dans QS un lieu pour être parties et solidaires de ce peuple souverain du Québec auquel ils appartiennent. QS permet au vote NPD de trouver au Québec un lieu de gauche pour s'exprimer. Ce qui est très bien. Cela aurait pu se faire dans le PQ mais le PQ est plus au centre.

  • Nicolas Rodrigue Répondre

    27 mars 2009

    Ce sondage confirme ce que je croyais, c'est la mort annoncé du PQ et le PQ ne l'a pas encore compris.
    C'est uniquement l'élection de Amir qui a propulsé en hausse dans les sondages Québec Solidaire et je crois qu'on n'a pas fini de les voir monter.
    Tout d'abord, le virage à droite de la politique économique du PQ est la principale cause de cette montée de la gauche et cela depuis le sommet socio-économique de 1996. La politique a horreur du vide et le virage à droite du PQ a créé un vide politique à gauche et ce vide vient d'être comblé par l'élection de Amir Khadir, alors il risque d'aspirer tout le vote de gauche qui votait PQ par fatalisme ou qui ne votait plus depuis longtemps.
    On remarque déjà depuis l'élection de leur premier député que le parti est beaucoup plus médiatisé qu'avant l'élection et plus les sondages leur seront favorables, plus ils vont attirer l'attention des médias. Ensuite, l'attention médiatique attire beaucoup le vote, peu importe le contenu du programme.
    Le PQ est finalement le grand perdant de cette élection, malgré l'apparence d'une remonté.

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2009

    Bien oui, 8 % chez les francophones et 8 % chez les anglophones. Ça veut dire que les gauchistes anglophones n'ont pas encore saisi votre désir d'autonomie du Québec. Dès qu'ils vont s’en apercevoir, ils vont virer de bord à moins que vous abandonniez la partie souverainiste pour mettre de l'avant l'aspect gauchiste de votre parti.
    Plus le vote pour Québec solidaire augmente, plus ça fait élire des Libéraux très provinciaux.

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2009

    Cher Monsieur Pomerleau.
    Il a toujours été moralement totalement innaceptable de tenter de faire l'indépendance en laissant de côté les plus démunis-es d'entre nous comme le PQ a toujours fait.
    Le Parti québécois a disposé de près de 40 ans pour démontrer sa bonne bonne foi et n'a jamais levé le petit doigt...
    Cessez de vous en prendre à ceux et celles qui ne font que se défendre contre le plus abjecte des comportements politiques qui consiste à heurter et appauvrir les personmnes les plus pauvres.
    Le PQ n'a désormais plus qu'à s'en pendre à lui-même pour avoir agit avec une telle irresposabilité et un tel mépris envers la plus humble de notre population.
    Christian Montmarquette

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2009

    D'accord avec JC Pomerleau.
    Québec solidaire de Jean Charest
    Ce pourquoi il nous aurait fallu une UNION souverainiste qui à l'instar de l'Union de la gauche en France, dont la suite a permis à Mitterrand de passer, nous aurait permis aujourd'hui de mettre au pouvoir un gouvernement de coalition de la majorité. Il nous aurait fallu mettre au point une entente de désistement en faveur du parti de l'UNION le plus susceptible de battre Jean Charest, incluant l'élection des deux chef de QS.
    Appel au ralliement des souverainistes
    Mobilisation citoyenne souverainiste extra-parti
    Tribune libre de Vigile 26 novembre 2008
    Il est temps d'en parler maintenant pour « la prochaine fois », pour que cela ne se reproduise pas à nouveau. Il nous faut faire l'UNION souverainiste. Une union se déclinant dans la diversité et la complémentarité à travers deux ou plusieurs partis capables de mettre au point une entente électorale de report des voix à 48 heures des élections. Ce qui permettrait au parti de l'UNION le plus susceptible de battre les canadianisateurs de bénéficier des voix des partis de l'UNION qui ne sont pas parvenus à s'imposer dans tel ou tel comté chaud. Une manière légère de contourner le système électoral uninominal à un tour qui est le nôtre, sans attendre la conception et l'implantation d'un système proportionnel, ce qui du reste favoriserait l'élection d'une députation plus favorable à l'introduction de la proportionnelle et partant en accélérerait l'éventuelle implantation.
    Une manière pragmatique de mettre au pouvoir la majorité au lieu de subir un système qui place immanquablement au pouvoir la minorité, comme c'est le cas actuellement. Car même majoritaire en chambre, nos gouvernements ne sont toujours que les gouvernements d'une minorité des voix du peuple souverain du Québec.
    Un système britannique qui permet aux minorités activistes affairistes occultes de gouverner le peuple dont on se méfie comme de la peste. Au Québec cela permet à une minorité activiste affairiste de détruire les acquis de la Révolution tranquille en les enfonçant ou privatisant. C'est aussi l'héritage souverainiste des Jacques Parizeau et autres René Lévesque que l'on voue au bélier destructeur de cette minorité de blocage canadianisatrice qui nous gouverne grâce à notre propre incurie et celle des apparatchiks des appareils de nos partis politiques souverainistes, cela grâce à notre propre manque de solidarité... justement.

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2009

    Québec Solidaire de Charest., puisque sans eux il serait minoritaire. Et dans les circonstances, c'est tragiques pour le Québec.; c'est Paul Desmarais qui doit être content !
    Sur la confusion stratégique que suppose un appui a Q S:
    http://www.vigile.net/YVON-DANSLECHAMPS-et-avec-lui
    JCPomerleau