Québec perd le contrôle du salaire des médecins

6053537b27bac01e390309aed805455b

La rémunération des médecins ne doit pas faire oublier la corruption du régime libéral

Les électeurs peuvent mesurer les effets de la réforme Barrette dans le domaine de la santé. Nos médecins sont plus fortunés que jamais. Et moins productifs. Un fiasco qui portera ombrage à la marque libérale jusqu’au jour du scrutin.


La gestion de la santé par le gouvernement Couillard relève de la chronique d’un désastre annoncé. Il suffisait de transformer Gaétan Barrette, ancien président batailleur de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), en ministre aboyeur de la Santé et de lui laisser le champ libre pour inaugurer une sombre période, qui culmine aujourd’hui par le délitement du lien de confiance de la population à l’égard du corps médical.


Les hausses de salaire accordées aux médecins spécialistes et aux omnipraticiens, négociées dans l’opacité, ont provoqué une remise en question de l’éthique des médecins. Ceux-ci sont tellement plus habitués à être admirés que critiqués qu’ils ne savent pas trop comment réagir, comme en attestent les commentaires de Diane Francoeur, présidente de la FMSQ. Sa dénonciation à tout vent des « fausses nouvelles »et du« cirque médiatique »traduit un état de panique et d’incompréhension.


C’est bien parce qu’ils respectent le travail des médecins que les citoyens québécois ont accepté le principe du rattrapage salarial avec leurs homologues canadiens. Ils ont cru naïvement que ce rattrapage rimerait avec une amélioration de la qualité et de la quantité des services reçus. Une étude rendue publique la semaine dernière, commanditée par le défunt Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE), crève la bulle des faux espoirs.


L’étude dirigée par Damien Contandriopoulos démontre que la rémunération des médecins est passée de 3,3 milliards à 6,6 milliards de 2006 à 2015, ce qui représente une hausse salariale moyenne de 8,1 % par année. L’effectif est passé de 14 539 à 17 306 médecins, en hausse de 17 %. Plus d’argent et plus de ressources pour mieux reculer. Les médecins travaillent environ une semaine de moins par année, ils reçoivent moins de patients et ils font moins d’actes médicaux.


La société québécoise a donc cautionné le rattrapage pour le rattrapage. Grâce à l’incurie du ministre Barrette, les médecins québécois devancent maintenant leurs homologues canadiens, sans aucune possibilité à court terme de revoir les ententes négociées avec la FMSQ et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ).




 


Depuis qu’il est ministre de la Santé, le bon Dr Barrette a bousculé ses adversaires, il a muselé ses détracteurs et il a supprimé les rares mécanismes de surveillance qui permettaient d’assurer un minimum de transparence dans le réseau de la santé. Sa décision d’abolir le Commissaire à la santé et au bien-être a produit un effet boomerang. L’étude de M, Contandriopoulos, que la CSBE avait commandée avant sa dissolution, démontre la pertinence d’un mécanisme de surveillance qu’il faut remettre en place.


Puisque M. Barrette a tout centralisé vers son auguste personne, il est tout à fait normal qu’il écope de la plus lourde part de responsabilité pour ce cafouillage. C’est à se demander pourquoi Philippe Couillard le garde en poste, d’autant plus qu’il l’a déjà désavoué en l’écartant des négociations avec les médecins.


Le premier ministre a soufflé le chaud et le froid dans les dernières semaines. Après avoir louangé les termes de l’entente qui permettra aux médecins spécialistes d’empocher deux milliards de plus d’ici l’exercice 2022-2023, il se dit maintenant ouvert à revoir l’administration des enveloppes budgétaires par les fédérations de médecins. En effet, un coup de barre s’impose afin de retirer la gestion des enveloppes à la FMSQ et à la FMOQ, comme le recommande l’étude du Commissaire à la santé et au bien-être. Les deux fédérations agissent comme des syndicats à la défense des intérêts financiers de leurs membres. Le ministère de la Santé (le ministère, pas le ministre) devrait reprendre la gestion des enveloppes afin d’assurer une gestion saine des fonds publics.


La rémunération à l’acte doit aussi faire l’objet d’un débat. Bien qu’elle soit censée inciter à la productivité, cette formule datant d’une autre époque mérite d’être examinée, car elle ne produit plus les effets escomptés. Sans pour autant renoncer complètement à la rémunération à l’acte, d’autres solutions doivent être envisagées, comme le paiement par patient, en vertu duquel un médecin reçoit un salaire pour s’occuper d’un groupe de patients.


Le gouvernement Couillard est trop usé et trop soumis à l’influence des médecins pour s’attaquer à ce chantier. Le mode de rémunération des médecins devra faire l’objet d’un débat de société élargi. 


> La suite sur Le Devoir.