Indépendance et beau risque

Que doit proposer le Parti québécois pour que vive le Québec?

Une coalition droite-gauche pour relancer le parti

F38ae456bcb6e481de91f459b8761e50

Tribune libre

Comme vous peut-être, j'aimerais que le Québec soit un pays indépendant et depuis longtemps, mais nos concitoyens en ont décidé autrement, et il faut s'incliner, vox populi, vox dei, comme dirait Bernard Landry! Oui j'ai peur, peur d'un autre non référendaire, car chaque non a fait reculer le Québec, rapatriement de la constitution sans le Québec, diminution des pouvoirs de l'Assemblée nationale, perte du droit de veto et après 95 la clarté référendaire de Stéphane Dion. Qui risque rien n'a rien, je sais bien, mais nous n'avons plus le droit à l'erreur. Le PQ a beaucoup fait pour le Québec, loi 101, assainissement du financement des partis politiques, jusqu'à ce que les libéraux trouvent le moyen de contourner la loi, zonage agricole, création des CPE, etc...


 


Le PQ, même sans faire l'indépendance a rendu de grands services à la nation. Il a fait ce qu'aucun autre parti n'aurait voulu ou pu faire. Le parti libéral a combattu de toutes ses forces la loi 101, pour ensuite l'appliquer le moins possible, pour en théorie, contre en pratique. Ils nous promettent la même chose aujourd'hui avec la laïcité Sous le gouvernement de Pauline Marois, la CAQ a refuser d'actualiser et renforcer la loi 101. Qs a fait campagne pour la laïcité de Bouchard-Taylor, pour ensuite renier ce qu'il avait adorée, c'est une habitude dans ce partir, qu'on pense à la convergence avec le PQ acceptée puis rejetée. Comme les libéraux, QS est pour la laïcité en théorie, mais pas en pratique, il ne faut pas que ça dérange personne.


 


Un référendum sur l'indépendance. Nous partons à moins de 40% d'appui à l'indépendance dans les sondages, ce que donnaient les sondages avant le lancement de la campagne du référendum de 95, proche de 30% en fait, loin du 50%. Chez les nouvelles générations notre cause est moins populaire et avec le flot incessant d'immigrants depuis 95, les rangs des dépendantistes sont de plus en plus nombreux, Ce que je dis c'est qu'il faut tenter quelque chose sur le front constitutionnel, aller chercher plus de pouvoirs pour le Québec et ainsi faire la démonstration des limites du fédéralisme, car ça ne passerait pas comme une lettre à la poste au Canada anglais et à Ottawa. C'est ce que propose Frédéric Bastien, possible candidat possible à la succession de Jean-François Lisée, ça n'a pas été essayé, allons y avec cette autre approche. J'espère que les québécois, si le Québec fait des gains, aussi modestes qu'ils soient, prendront le goût de gérer leurs propres affaires. J'étais favorable à Meech, mais si l'opération avait réussie, je serais resté indépendantiste. Si nous ne pouvons faire du Québec un pays, au moins il aura un peu plus d'autonomie pour sa survie et si possible s'épanouir. Un beau risque, mais sans abandonner notre objectif ultime, le Québec pays.


 


Le Québec a besoin du PQ pour l'indépendance mais aussi pour pleins d'autres raisons, si il a les bonnes priorités et le bon programme, protection de la langue, diminution de l'immigration pour sauvegarder la seule nation française d'Amérique du nord, une laïcité qui protège les enfants de l'endoctrinement religieux du CPE à l'école secondaire, la préservation de l'environnement, la répartition de la richesse, l'égalité des chances, un état rénové et plus efficace comme en Scandinavie et un programme de centre pour rallier bien au-delà du centre-gauche, de droite à gauche. Si le PQ remplit ces conditions, il a un avenir.


 


Pierre Boucher


Québec



Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Gaston Carmichael Répondre

    26 novembre 2019

    Relisez votre dernier paragraphe.  Si vous pensez pouvoir réaliser tout cela avec le statut d'une province, courez vite vous acheter un billet de Loto Max!


    • Pierre Boucher Répondre

      27 novembre 2019

      Relisez mon 3e paragraphe, j'ai bien dit que ça ne passerait pas comme une lettre à la poste et que ça montrerait les limites du fédéralisme!