PQ: autopsie d’une défaite annoncée

529bb9b93d864f2fbc5b61ad24c8b437

C'est en raison de son incapacité à se positionner clairement sur l'échiquier politique que le PQ a perdu

Comment expliquer la débandade du Parti québécois? Au-delà des vicissitudes de la dernière campagne électorale, il faut effectuer un long retour en arrière.


En réaction à la politique du Déficit zéro du gouvernement de Lucien Bouchard, L’Aut’journal publiait, en mai 1997, l’appel de Paul Cliche pour une « alternative » politique. Cet appel a mené à la création du Rassemblement pour une alternative politique. Par la suite, en juin 2002, la réunion de trois tiers partis (RAP, PDS et PCQ) formera l’Union des forces progressistes (UFP), qui fusionnera avec Option citoyenne, en février 2006, pour créer Québec solidaire.


Parallèlement à l’appel pour une alternative politique, nous avons publié, en 1999, le livre de Paul Cliche Pour réduire le déficit démocratique : le scrutin proportionnel. À cette époque, Bernard Landry s’était engagé à réformer le mode de scrutin. Mais l’élection de Jean Charest en 2003 mettait un terme à ces espoirs. Il était évident que l’existence d’un tiers parti ne viendrait que diviser le vote progressiste et indépendantiste, comme cela s’est avéré en 2012 lorsque la présence de QS a empêché Pauline Marois de former un gouvernement majoritaire. Faute d’une telle réforme du mode de scrutin, nous avons proposé d’instaurer au sein du Parti québécois une « proportionnelle » en s’inspirant du Parti socialiste français avec ses courants et ses clubs politiques et nous avons créé le SPQ Libre.


À son congrès de juin 2005, le PQ reconnaissait la présence de clubs politiques en son sein. À part le SPQ Libre, plusieurs autres étaient en gestation : clubs politiques des hommes d’affaires, des communautés culturelles, des environnementalistes, etc. À ce congrès, sous l’impulsion de la délégation de 75 membres du SPQ Libre, les congressistes ont adopté un des programmes les plus progressistes de l’histoire du PQ : réforme du Code du travail, plein emploi, fin des subventions publiques aux écoles privées, élargissement du mandat de Télé-Québec, mégapropositions sur l’eau et la langue, etc. À cette époque, les sondages donnaient une majorité de voix en faveur de l’indépendance.


Mais Pauline Marois et François Legault oeuvraient en coulisses à miner le leadership de Bernard Landry. Insatisfait d’un vote de confiance à 76 %, Landry démissionna. Une erreur de jugement monumentale, dont nous subissons encore les conséquences.


La lente descente


À partir de ce moment-là, le PQ entreprend un virage à droite, qui amorce une longue descente aux enfers. André Boisclair succède à Bernard Landry. Influencé par le « New Labour » de Tony Blair, il affirme sa volonté de rompre avec le mouvement syndical. Fini les « dîners bien arrosés » avec les chefs syndicaux, proclame-t-il tout en s’engageant à « soulager le capital » et à faire du Québec « l’endroit au monde où le capital est le mieux accueilli ». L’affrontement est alors inévitable avec le SPQ Libre. À l’élection de 2007, le résultat est désastreux. Le PQ est relégué au rang de deuxième opposition avec 28 % des suffrages.


Pauline Marois, qui lui succède, reprend les choses là où Boisclair les avait laissées. C’est le même discours néolibéral sur la nécessité de « créer la richesse avant de la partager » dans le but de courtiser l’électorat adéquiste de la région de Québec. Le SPQ Libre s’y oppose, ce qui mène à son expulsion du parti. Mme Marois ne devra son élection à la tête d’un gouvernement minoritaire en 2012 qu’à la faveur, à la veille de l’élection, d’un virage à 180 degrés avec, entre autres, un appui à la grève étudiante.


La dégringolade idéologique du PQ s’est poursuivie avec l’élection à la tête du parti du roi des lockout, Pierre Karl Péladeau. Son seul legs est la création d’un institut de recherche sur l’indépendance qui n’a produit, à notre connaissance, encore aucune étude.


La descente aux enfers allait se poursuivre avec le report aux calendes grecques du référendum et le « tablettage » de l’indépendance avec Jean-François Lisée. La laïcité et la question linguistique sont aussi évacuées, au point de faire du PQ le promoteur d’un débat en anglais ! Une première ! L’éducation est proclamée la priorité des priorités. Mais la politique la plus structurante pour mettre fin à la ségrégation sociale qui mine notre système d’éducation, soit la fin des subventions publiques aux écoles privées, est écartée du revers de la main.


Face à un Parti québécois qui proposait un programme sans aventure, rapetissant le Québec au rang de province, QS a réussi à mobiliser et à enthousiasmer la jeunesse avec son virage vert, et sa co-porte-parole Manon Massé a complètement surclassé les chefs des autres partis au cours des débats télévisés.


> La suite sur Le Devoir.