Penser la gauche autrement

29bafb1ab2f5416b0190b3e7e9de0322

La gauche patriotique contre la gauche multiculturelle, mondialiste et anti-nationale

(Extraits d’un manifeste publié ce week-end)



Être un citoyen progressiste, c’est vouloir changer la société dans laquelle nous vivons : une société organisée et contrôlée par les riches et pour l’enrichissement des riches, où la démocratie n’est plus qu’un mot, où la richesse est mal partagée, où notre environnement est compromis, où le peuple québécois est méconnu, où tout ce qu’on nous propose, c’est de consommer et de nous amuser à crédit ; c’est travailler à l’avènement d’un Québec démocratique, égalitaire, solidaire, écologique, souverain, libre et heureux.



Cependant, deux visions du changement politique se côtoient et s’affrontent présentement au Québec.



Qui sont ces citoyens démocrates et progressistes ?



C’est d’abord et avant tout le mouvement de fond de ces citoyens engagés dans le changement social qu’on retrouve partout au Québec, dans les syndicats, les groupes communautaires et coopératifs, les entreprises d’économie sociale, les comités de citoyens et de développement, les groupes écologiques engagés dans de multiples combats, les groupes qui travaillent pour l’égalité des femmes et la reconnaissance des peuples autochtones, ceux qui accueillent les réfugiés, qui développent des solidarités avec des mouvements communautaires dans les pays du Sud, qui parlent aux sans-abri, qui s’occupent des enfants handicapés et des personnes âgées, qui hébergent les femmes victimes de violence, et tous ces Québécois déçus de la politique qui se sentent impuissants devant le triomphe d’une minorité de riches.



Ce grand réseau citoyen et démocratique, enraciné dans l’action collective et proche du peuple, on l’entend peu, il a peu de moyens, les médias en parlent peu, il se mêle peu de politique partisane, il est sous-estimé et même orphelin politiquement, il n’a pas de voix politique.



Pourtant, il s’inscrit naturellement dans le projet collectif du Québec. Il tient à la solidarité sociale et il dénonce la déconstruction de l’État social et des régions par les politiques d’austérité et de centralisation néolibérales. Il tient à l’émancipation du Québec, à son identité et à son avenir comme peuple, à son territoire, à la langue et la culture françaises qui nous caractérisent, à la laïcité, à l’émancipation des femmes et à l’intégration des immigrants. Il conçoit le Québec comme une nation, une société de citoyens égaux et non comme une société d’identités particulières à la façon du Canada des Trudeau. Il est solidaire des autres peuples du monde qui luttent contre leur oppression.



Une certaine gauche multiculturelle



Entre-temps, une certaine vision de gauche a pris beaucoup de place ces dernières années dans le débat public. On l’entend un peu partout, à Montréal surtout, chez les jeunes intellectuels, dans les médias, dans les manifestations, à Québec solidaire, dans les organismes de défense des droits de la personne, chez certains groupes d’étudiants universitaires, à la Fédération des femmes du Québec…



Elle est multiculturelle et préoccupée par les minorités ethniques, culturelles, linguistiques, religieuses et sexuelles, au mépris parfois des majorités ; elle ne jure que par la Charte canadienne des droits de la personne, au point parfois d’ignorer les droits collectifs, et même de juger discriminatoires des dispositions de la loi 101 ou d’éventuelles lois sur la laïcité qui limiteraient le port des signes religieux et du voile islamique, ou même la liberté d’expression lorsqu’elle est jugée offensante pour les minorités culturelles ou religieuses ; elle défend même le voile intégral et, du même coup, l’intégrisme islamique.



Se voulant inclusive, elle pourchasse le racisme systémique, l’islamophobie, la xénophobie, le suprémacisme mâle blanc, la catho-laïcité qu’elle voit partout et qu’elle associe trop facilement et de manière démagogique à toute conviction nationaliste ou identitaire.



On peut dire aussi qu’elle est post-nationale, car elle est contre le nationalisme, facilement qualifié d’ethnique, d’identitaire, de revanchard, de passéiste, de régressif […] Surtout, elle n’arrive pas à inclure son projet politique dans le projet collectif et l’identité historique des Québécois : pour elle, le PQ nous a tout simplement trahis, nous maintient dans un nationalisme ethnique et néolibéral de survivance et doit être éliminé de la scène politique.



Le discours de cette gauche multiculturelle tente d’imposer une nouvelle rectitude politique et crée un immense malaise parmi les forces progressistes. L’intransigeance et le dogmatisme moral de plusieurs inclusifs blessent beaucoup de Québécois et de Québécoises attachés à leur peuple, en plus de détourner l’attention de problèmes importants pour l’ensemble de la population. En réalité, cette gauche divise et exclut plus qu’elle ne rassemble et inclut.



Il existe une autre gauche, une gauche sociale, citoyenne et démocratique, composée de milliers de citoyens progressistes, allumés, engagés dans leur milieu partout au Québec. Il est temps que cette « gauche citoyenne et démocratique populaire » sorte de l’ombre, qu’elle prenne la parole et trouve sa place sur la scène politique. […]



Une plateforme politique commune



La plateforme politique que nous proposons au mouvement citoyen et démocratique s’articule autour de quatre axes de changement inséparables l’un de l’autre : la réforme démocratique, le partage de la richesse, la transition écologique, la souveraineté politique.



Premièrement, une réforme démocratique en profondeur, qui restaure la souveraineté du peuple et l’autonomie des communautés locales et régionales, de façon à permettre à tous sans distinction de participer et de décider en permanence à tous les niveaux de la vie collective.



La citoyenneté québécoise doit être le lien commun qui nous définit et nous unit, anciens comme nouveaux venus, et les principes de la laïcité, du caractère français et de l’égalité hommes-femmes doivent pouvoir nous protéger des particularismes religieux et culturels et assurer une intégration de tous. L’objectif doit être une société de citoyens québécois solidaires et non une société d’identités particulières.



[…]



Deuxièmement, une meilleure répartition de la richesse, grâce à une démocratisation de l’économie et à un filet social élargi, afin de tenir compte des réalités nouvelles du monde du travail et des inégalités révoltantes engendrées par l’économie mondiale actuelle. […]



Troisièmement, la transition écologique de notre économie pour préserver la qualité et la pérennité de notre milieu de vie. Des mesures concrètes doivent être prises pour assurer une transition accélérée dans notre consommation d’énergie (particulièrement le pétrole), la rationalisation des transports, la gestion de nos ressources naturelles et de nos écosystèmes, la production agricole. Il faut viser une relocalisation de notre économie, une économie circulaire, une économie de proximité et de partage, en un mot, une croissance ajustée à nos besoins réels et aux capacités de notre planète.



Quatrièmement, la souveraineté politique pour permettre au peuple québécois d’exprimer son identité propre, de redéfinir ses institutions démocratiques, sociales, culturelles et économiques dans une constitution bien à lui, d’exercer sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire, de son fleuve, de ses ressources, de son immigration et de ses politiques, de conclure avec les Premières Nations présentes sur le territoire la négociation d’un statut de nations autonomes et des ententes de cohabitation et de partage des usages du territoire sur le modèle de la Paix des Braves, enfin, d’exprimer nos choix de solidarité avec d’autres peuples du monde d’une manière pleine et entière.


> Lire l'article sur Le Devoir.