Ottawa juge insuffisant l’effort du Québec en immigration

04db850146de69d66a16675c76174a39

Le Grand Remplacement programmé par la CAQ ne va pas assez vite pour Ottawa...


La hausse progressive des seuils d’immigration proposée par le ministre Simon Jolin-Barrette ne passe pas le test du gouvernement Trudeau.


« Quoiqu’étant un pas dans la bonne direction, cela est insuffisant, notamment pour répondre à la pénurie de main-d’oeuvre et pourvoir les 120 000 postes vacants à travers la province », a fait valoir l’équipe du ministre fédéral de l’Immigration, Ahmed Hussen, dans un échange avec Le Devoir.


M. Jolin-Barrette propose d’augmenter progressivement le nombre d’immigrants admis au Québec au cours des prochaines années pour en accueillir entre 49 500 et 52 500 en 2022.


Selon le document Planification de l’immigration au Québec 2020-2022, il faudra donc trois ans pour relever les seuils d’immigration québécois à leur niveau de 2018.


« C’est une proposition que nous faisons présentement, alors ce n’est pas le choix final du gouvernement du Québec », a martelé M. Jolin-Barrette dans une mêlée de presse. « C’est une proposition pour fin de discussion en commission parlementaire. »


Le document, qu’il a déposé à l’Assemblée nationale vendredi, fera l’objet de consultations dans la deuxième moitié du mois d’août. « Nous nous attendons à ce que la consultation qui sera entreprise par le gouvernement du Québec reflète la réalité […] des petites et grandes entreprises [aux prises avec une pénurie de main-d’oeuvre] », a indiqué l’attaché de presse du ministre Hussen, Mathieu Genest.


Le gouvernement caquiste compte faire passer l’immigration économique — travailleurs qualifiés et gens d’affaires — de 59 % en 2020 à 65 % en 2022. « Maintenant, les immigrants que nous allons accueillir, ils vont répondre aux besoins du marché du travail. C’est le mandat que j’ai reçu du premier ministre. Il faut s’assurer que dans chacune de nos villes, chacun de nos villages, il puisse y avoir de la vitalité et que les personnes immigrantes puissent aller travailler en région », a affirmé M. Jolin-Barrette, après avoir diminué le nombre de personnes immigrantes de 52 500 à 40 000 pour l’année 2019. En effet, le gouvernement libéral comptait pour sa part admettre environ 52 500 immigrants au Québec en 2019, soit 12 500 de plus.


« Je l’ai répété des dizaines de fois pendant la campagne électorale, une baisse temporaire, c’est faire un pas derrière », a affirmé le premier ministre François Legault, en marge d’une annonce à Gatineau. « Puis, on n’exclut pas même de les augmenter [les taux d’immigration] encore dans les années suivantes », a-t-il ajouté.


M. Jolin-Barrette a précisé qu’il « était fondamental de réduire les seuils parce qu’il faut consacrer davantage d’énergie à chaque personne immigrante qui choisit le Québec ». « Puis, savez-vous, avec 146 millions de dollars supplémentaires, je vais avoir les moyens d’assurer un suivi pour chaque personne immigrante pour l’intégration, la francisation, l’intégration au marché de l’emploi », a-t-il fait remarquer.


Gel du nombre de réfugiés


Dans son document de travail, le gouvernement caquiste prévoit un gel du nombre de réfugiés accueillis au Québec au cours des trois prochaines années ? soit de 6900 à 7500 réfugiés par an. Le hic : Ottawa compte admettre 5250 réfugiés supplémentaires d’un bout à l’autre du pays entre 2019 et 2021. Or, le Québec doit en prendre en charge environ 20 % en vertu de l’Accord Canada-Québec sur l’immigration.


D’autre part, le gouvernement québécois mise sur une faible augmentation du nombre de personnes admises en fonction du programme fédéral de regroupement familial ? de 9950 en 2020 et 2021 à 10 400 en 2022 —, ce qui fait sourciller Ottawa. « La hausse insuffisante dans la catégorie du regroupement familial est particulièrement préoccupante, a mentionné M. Genest dans un courriel. Elle aurait pour effet de créer un système à deux vitesses désavantageux pour les résidents du Québec, qui devraient attendre plusieurs mois supplémentaires avant d’être réunis avec leurs êtres chers. Nous ne pouvons que nous en inquiéter. »


Bref, Ottawa n’a pas l’intention d’obtempérer au désir de Québec de contrôler davantage l’immigration sur son territoire, en sélectionnant près de trois personnes sur quatre en 2022 (74 % en 2022 contre 71 % en 2019).


Promesse brisée ?


À Québec, les trois partis d’opposition ont accusé les caquistes d’avoir fait une promesse électorale tout en sachant pertinemment qu’ils ne pourraient pas la tenir longtemps. Le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, s’est adressé à « toutes les personnes qui ont voté pour la CAQ en disant : “Eux autres, ils vont diminuer l’immigration.” » «Vous vous êtes tous fait avoir parce qu’on ne peut pas prévoir les besoins réels », a-t-il lancé, tout en fixant l’oeil de la caméra posée devant lui. « [Les caquistes] ont cédé à un lobby », a-t-il ajouté en faisant référence aux acteurs économiques qui se plaignent de la pénurie de main-d’oeuvre.


« Je pense que [les caquistes] s’en rendent compte », a poursuivi l’élue libérale Dominique Anglade. « On est rendus à plus de 120 000 postes vacants au Québec. On n’a qu’à faire le tour de nos régions pour constater à quel point cet enjeu-là est primordial dans toutes les régions du Québec. »


La baisse temporaire des seuils d’immigration en 2019 n’était pas un geste sans conséquence, a rappelé la députée de Québec solidaire Ruba Ghazal. « C’est déplorable, parce qu’en plus d’aggraver la pénurie de main-d’oeuvre, cette promesse électorale a contribué à alimenter une peur de l’immigrant qui va grandement affecter le vivre ensemble », a-t-elle souligné.


Le Conseil du patronat du Québec juge l’accroissement du nombre d’immigrants prévu par M. Jolin-Barrette insuffisant. « Comme la rareté de main-d’oeuvre est devenue un enjeu très important pour l’ensemble de la société québécoise, nous estimons que nous devrions hausser les seuils, et ce, plus rapidement », affirme le président-directeur général du regroupement de gens d’affaires, Yves-Thomas Dorval.



Les cibles


2017:  52 400


2018:  51 118


2019:  40 000  (38 000 minimum à 42 000 maximum)  


2020:  43 000  (41 500 minimum à 44 500 maximum)  


2021:  46 000  (44 500 minimum à 47 500 maximum)


2022:  51 000  (49 500 minimum à 52 500 maximum)










LE COURRIER DE LA COLLINE


Nouvelle infolettre


Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.