TIERS PAYS SÛRS

Ottawa fait l’autruche

Efd9eacc1a7051233ae064c2d75ec79a

Tôt ou tard, un malheur finira par se produire






Depuis le début de 2017, un nombre croissant de demandeurs d’asile traversent illégalement la frontière canado-américaine pour faire une demande de statut de réfugié au Canada. Par temps glacial, tempête ou non, ils arrivent frigorifiés avec de maigres bagages et parfois poussettes et enfants en poupe.


 

Le Québec est le point d’entrée le plus achalandé, suivi de près par le petit village manitobain d’Emerson. Dans la seule nuit de samedi à dimanche, la GRC a pris en charge 22 migrants dans les environs d’Emerson.


 

Cet afflux coïncide avec l’adoption du décret sur l’immigration du président américain, Donald Trump. Ce décret n’a pas arrêté l’analyse des demandes de statut de réfugié faites en sol américain. Par conséquent, répète le gouvernement canadien, pas question de mettre fin à l’accord de tiers pays sûrs avec nos voisins, accord qui oblige un réfugié à faire sa demande dans le premier des deux pays dont il foule le sol. Il ne peut se présenter à un poste-frontière de l’autre pays pour faire une nouvelle demande.


 

Cette entente tient pour acquis que les deux pays appliquent des critères similaires, ce qui n’est pas toujours le cas. La CBC évoquait récemment le cas d’Ahmed, en danger au Ghana à cause de son homosexualité. Les États-Unis ont refusé sa demande, mais le Canada l’a acceptée. Mais pour la présenter, il a dû entrer illégalement.


 

D’autres demandeurs d’asile de religion musulmane et provenant des sept pays visés par le décret en question craignent maintenant de ne plus être traités équitablement aux États-Unis et préfèrent prendre le risque de franchir la frontière illégalement pour faire une demande au Canada. Une fois au Canada, ils auront une chance d’être entendus et de voir leur demande évaluée à son mérite, car le gouvernement y est obligé en vertu d’un jugement de la Cour suprême vieux de 30 ans.


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé