Option-Canada aux oubliettes électorales

Option Canada


On dit que les électeurs n'aiment être pris pour des imbéciles par leurs
politiciens. Ça n'empêche pourtant pas nombre de nos concitoyens de mordre au plus vieil hameçon pré-électoral qui soit: celui consistant pour le parti gouvernemental à littéralement acheter le vote des contribuables avec leur propre argent en faisant pleuvoir des millions de dollars en annonces d'investissements publics de toutes sortes. Les trois milliards $ ainsi dispersés cet été ont apparemment fait fléchir le taux d'insatisfaction à l'égard des Libéraux de Jean Charest.
Puis, il y a l'autre vieux truc du report des nouvelles embarrassantes à une date post-électorale. Et voilà reléguées à 2007, voire 2008, la hausse des frais d'immatriculation automobile et la deuxième moitié des 4,8% d'augmentation des tarifs d'Hydro-Québec.
Mais il y a un autre de ces pelletages en avant que les plus observateurs de nos courriéristes parlementaires ne nous ont pas souligné.
En janvier dernier refaisait surface une pleine caisse des documents
comptables de cette énigmatique créature du Conseil de l'Unité canadienne qu'est Option-Canada. Le directeur des élections du Québec, Marc Blanchet, a alors été si ébranlé par les révélations voulant que des millions $ en obscures subventions de Patrimoine Canada aient servi à violer la loi référendaire de 1995 qu'il a confié au juge à la retraite [Bernard Grenier->1807] le mandat de faire enquête et de remettre son rapport au plus tard le 21 juin dernier.
Ce délai avait déjà été prolongé une première fois, jusqu'au 21
septembre prochain. Puis le 30 août dernier, le dépôt de ce rapport
potentiellement gênant pour le camp fédéraliste a été de nouveau reporté.
Et comble de prudence, aucune échéance n'a été fixée.
Autant dire que les malversations d'Option-Canada viennent d'être jetées aux oubliettes électorales. Et ça marche!
Christian Gagnon
_ Montréal

Featured 38a394e6dfa1bba986fca028dccfaa78

Christian Gagnon137 articles

  • 137 040

CHRISTIAN GAGNON, ing.
_ L’auteur a été président régional du Parti Québécois de Montréal-Centre d’octobre 2002 à décembre 2005





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé