Déportation des Acadiens de l'île Saint-Jean

N’en demandons pas trop

L'âme des peuples se trouve dans leur histoire

Texte publié dans Le Devoir du jeudi 18 décembre 2008
On ne pouvait qu’être ému par le récit que nous a fait l’historien Guy
Laperrière, de l’Université de Sherbrooke, du sort tragique des 3000
Acadiens de l’île Saint-Jean, (Le Devoir, [« Il y a 250 ans - 1758 : la
déportation des Acadiens »->16889], 15 décembre). Un autre historien, le
néo-écossais John Johnston, a aussi relaté dans son plus récent ouvrage («
Endgame 1758: The Promise, the Glory, and the Despair of Louisbourg's Last
Decade », Cape Breton University Press, 2007) que la chute de la forteresse
de Louisbourg mena directement à la déportation des Acadiens de ce qui est
aujourd’hui l’Île-du-Prince-Édouard. Plus de la moitié des 3000 hommes,
femmes et enfants entassés sur une douzaine de navires bondés périront de
maladie ou noyés. Compte tenu de ce triste bilan, « il convient bien qu'un
monument commémore leur mémoire » comme cela a été fait à Saint-Malo,
conclut le professeur Laperrière.
Je tiens à le rassurer. Une simple commémoration aurait été trop sobre.
L’été dernier, c’est une véritable célébration qui a été organisée du 5
juin au 24 août en Nouvelle-Écosse. Dès février 2007, l'Institut Louisbourg
de l'Université du Cap-Breton, coorganisateur des fêtes avec Parcs Canada,
nous annonçait fièrement qu’« en 2008, le lieu historique national du
Canada de la Forteresse-de-Louisbourg célébrera[it] le 250e anniversaire du
second siège de Louisbourg. Ce siège a été un tournant décisif dans la
guerre de Sept Ans et a ouvert la voie à l'attaque de Québec par la mer
l'année suivante. »
[->www.louisbourg2008.com]Feux d’artifices, spectacles, repas champêtres, concerts : rien n’a été
négligé pour animer les trois mois de réjouissances, comme en témoigne le
site toujours actif de l’événement ([www.louisbourg2008.com->www.louisbourg2008.com]). Culminant le
26 juillet, jour même des 250 ans de la prise de ladite forteresse par
l’armée anglaise, les festivités de Louisbourg 2008 auront obtenu le
généreux soutien financier du ministère du Patrimoine canadien, de l’Agence
fédérale de promotion économique du Canada Atlantique et de l’association
des commerçants de Louisbourg. Alors, pour ce qui est d’ériger un monument
aux victimes acadiennes, n’en demandons pas trop, et surtout trop tard. Il
faudra repasser car aujourd’hui, la caisse est vide.
Christian Gagnon

Montréal
-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) --

Featured 38a394e6dfa1bba986fca028dccfaa78

Christian Gagnon138 articles

  • 128 461

CHRISTIAN GAGNON, ing.
_ L’auteur a été président régional du Parti Québécois de Montréal-Centre d’octobre 2002 à décembre 2005





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Tremblay Sylvain Répondre

    14 décembre 2009

    C'est dégueulasse. Deux poids deux mesures.
    Quand on se targue de vouloir sauver le monde entier de génocides appréhendés, on ne va pas fêter ses propres actes génocidaires soi-même, dans le temps passé. Ce n'est pas la Grande-Bretagne qui a fêté celà, c'est le Canada, i.e. nous-mêmes.
    C'est honteux!
    Avec du recul, on comprend mieux l'opposition à une fête semblable cette année, pour célébrer (!) la bataille des plaines d'Abraham, c'est-à-dire la victoire des anglais, les trois quarts de l'armée britanniques contre une petite bourgade française isolée en Amérique. Il faut de faire!
    De quel droit le gouvernement du Canada prend-ils sur lui la tâche de poursuivre les politiques anti-françaises ou francophones de la part de la Grande-Bretagne, auparavant, qui n'a plus aucune affaire ici, à part une présence symbolique, dans notre monde moderne, alors que tous les descendants des français, des anglais et des amérindiens vivent ensemble comme citoyens d'un même pays? Il me semble qu'une politique commune de tous les partis fédéraux, et par là même une politique nationale, devrait être de ne jamais célébrer la victoire d'un peuple fondateur sur l'autre, car c'est l'ensemble des trois qui ont fondé ce pays. Que la Grande-Bretagne veuille célébrer ses victoires sur la France, qu'elle aille les faire ailleurs. Le Canada ne devrait jamais embarquer là-dedans.
    Ce site sur Louisbourg 2008 est complètement en anglais, aucune trace de version française, et il appelle à une fête mondiale, signe évident que c'est une commande de la Grande-Bretagne et du Commonwealth britannique. Quand on paie pour dénigrer ses propres ancêtres, on ne mérite tout simplement pas de former un pays ensemble; du côté des anglophones, ce n'est pas plus un honneur, car c'est vraiment honteux de célébrer des actes barbares commis par leurs ancêtres. On ne me fera pas accroire qu'ils sont fiers de celà.

  • Archives de Vigile Répondre

    16 décembre 2008


    Au Québec, je propose que nous fêtions chaque année l'anniversaire de la bataille de Hastings qui a eu lieu en
    Angleterre en 1066.
    Les Normands et les Bretons, de concert avec d'autres
    combattants des côtes de la France maritime, ont battu l'armée
    saxonne du roi Harold.
    Le jour de Noêl 1066, Guillaume de
    Normandie était couronné roi d'Angleterre sous le nom de
    Guillaume 1er. Il ne parlait pas un traître mot d'anglais. Pôur les Anglais, il demeure William the First.
    Il a été suivi par d'autres, puis, par le clan Plantagenet, qui est resté en position de domination sur l'Angleterre et les Anglais jusqu'à l'arrivée au 15e siècle de Ste Jeanne d'Arc, dont l'intervention libéra l'Angleterre de l'emprise de nos ancêtres sur les pauvres Anglais, qui ont du se servir du français dans l'adsministration officielle jusqu'au départ du dernier Plantagenet et l'arrivée du premier Tudor sur le trône d'Angleterre.
    Retournés vivre sous le Roy de France, nos ancêtres se sont lancés dans la grande aventure maritime et coloniale qui en a conduit plusieurs à fonder Québec et le Québec. Nous sommes tous ou presque des descendants des habitants des côtes de la France maritime et ce qui nous distingue des autres Français peut se résumer comme suit:

    - Une connaissance de la construction des navires et de la
    navigation en haute mer
    - Une connaissance du commerce maritime en pays lointain
    - Une connaissance de l'Angleterre et des Anglais.
    Encore de nos jours, on peut compter plus de 20,000 Anglais qui vivent sur les côtes de la France maritime, dont Bordeaux.
    Que l'on ne se gêne pas pour dire aux Anglais que le plus grand essor de leur civilisation est venu lors de la période au cours de laquelle ils ont été obligés de parler français chez eux, alors qu'ils sont tombés sous la domination de nos propres ancêtres et non des autres Français.
    Raison de plus pour nous de célébrer la bataille de Hastings gagnée par notre monde. Hastings est situé un peu au sud de Londres.
    JRMS

  • Archives de Vigile Répondre

    16 décembre 2008

    La bataille sans gloire de Louisbourg
    D'un côté ils étaient 26 milles soldats britanniques, et de l'autre côté ils étaient 7 milles soldats français. De plus, les britanniques avaient à leur disposition 40 navires de guerre contre les 5 navires français. Comme le disais ironiquement Dieudonné dans Astérix et Cléopâtre: ''À vaincre sans péril...on évite les ennuis''.
    Après la bataille sans gloire Amherst refusera les honneurs de la guerre aux français. Ainsi, ceux qui venaient de commettre des crimes de guerre en déportant des femmes et des enfants se croyaient compétent pour juger de la valeur morale des français.
    Les Britanniques avaient encore en mémoire la défaite cuisante et humiliante de Braddock subit contre les français près de Pittsburgh. D'ailleurs en 1758, au moment de la prise de Louisbourg, les français se couvraient de gloire à la bataille de Carillon d'où provient le drapeau du Québec. Et justement à la fin de l'année, le 14 septembre 1758, c'est Lignery qui battra James Grant encore une fois près de la future ville de Pittsburgh. Mais les britanniques d'aujourd'hui préfèrent les oublier ces défaites là.
    Nos ''courageux'' moralisateurs se sont empressés de raser Louisbourg. Si bien que rien de la ville actuelle n'a de valeur historique. Ce n'est pas Louisbourg. Ce sont des maisons sans histoires et des décors de pacotilles. Les gens costumés ne sont ni français, ni indiens et encore moins des acadiens car ceux-là ils les ont déportés.
    Il y a deux types de gens dans le monde: ceux qui aiment les britanniques...et ceux qui les connaissent.
    Référence :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Siege_of_Louisbourg_(1758)
    http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Fort_Duquesne
    http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Carillon

  • Laurent Desbois Répondre

    16 décembre 2008

    Huit génocides au Canada, en deux siècles d’histoire commune!!!
    Quitte à vous surprendre, Chuck Guitté exprimait la vérité et la perception d’Ottawa, lorsqu’il parlait des commandites, lors de la commission Gomery : « Nous étions en guerre! »
    « La guerre secrète contre l'indépendance du Québec »
    http://www.ameriquebec.net/2006/09/17-video-de-la-guerre-secrete-contre-l-independance-du-quebec.html
    Ottawa et les anglais ont toujours été en guerre contre la nation Québécoise!
    1. En 1970, lors de la crise(?) d’octobre; http://www.octobre70.ca/
    2. En 1900-1920, lors de l’élimination des droits des francophones en Ontario, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick, etc
    3. Entre 1870 et 1930, l’exil de millions de Québécois aux États-Unis (13 millions en 1980);
    4. En 1885, lors du massacre des métis et la pendaison de Louis Riel;
    5. En 1837-38, lors des patriotes;
    6. En 1800, lors de l’occupation militaire;
    7. En 1759, suite à la prise de Québec;
    8. En 1755, lors de la déportation des acadiens.

  • Archives de Vigile Répondre

    16 décembre 2008

    Dégoûtantes célébrations sur les lieux d'un génocide. Les Anglais fêtent le vol de terres et le décès de la moitié de ceux qu'ils ont dépossédés...
    Si les Québécois faisaient le dixième de ce qu'ils font, une puissante campagne de dénigrement raciste serait orchestrée contre nous dans le R.O.C. et par l'empire Desmarais.
    C'est ça le Canada.