Monastère des Ursulines: religion nouvelle vague [VIDÉO]

C961d5531c8a6a1c76a7958d6e382f6c

Il faut valoriser l'importance historique de nos congrégations religieuses

Il a beaucoup été question du patrimoine bâti de la communauté des Ursulines dans la foulée de leur déménagement, à l’automne dernier. Mais une fois les lieux vidés de ses 48 religieuses, que reste-t-il de leur héritage?


Andréanne, médiatrice culturelle au Pôle culturel du Monastère des Ursulines, dirige les visiteurs vers la Chapelle des Ursulines. Elle y raconte, entre autres, la cérémonie de vêture marquant l’adieu au monde de la postulante et son entrée au noviciat. Sœurs Saint-Laurent, Sainte-Alice, Marie-de-la-Nativité : lors de l’entrée dans l’avant-chœur de la Chapelle, la future novice reçoit son nom religieux.


En début de cérémonie, elles portent une robe de mariée avec un voile, un diadème, et des bijoux, «parce qu’on se mariait à Dieu», laisse tomber une sœur présente jeudi, qui a vécu un pareil rituel. Elle juge la reconstitution fidèle à la réalité. 


Malgré les différentes classes sociales des postulantes qui déterminent l’opulence de leur voile ou la broderie sur leur robe blanche, elles seront toutes sous l’anonymat du même costume une fois le rituel achevé.


Cette visite s’inscrit dans l’un des quatre Parcours Coups de cœur offerts tout l’été à la Chapelle, entre les tableaux du 17e et 18e siècle sauvés de la Révolution française ou le Maître-autel orné de feuilles d’or par les Ursulines elles-mêmes. Autant de médiateurs que de circuits, donc.