Mario Beaulieu reste au Bloc… contre Martine Ouellet

269991510f5fe5a323dcdaf84c5309ce

Pour qui roule Mario Beaulieu ?

Mario Beaulieu restera finalement au Bloc québécois. Mais ce sera pour mieux précipiter le départ de la chef Martine Ouellet, car le député conservera son poste de président du parti pour faire campagne contre Mme Ouellet, afin de lui faire perdre son vote de confiance le mois prochain.


M. Beaulieu laissait planer le doute quant à son avenir au Bloc québécois, depuis le conseil général mouvementé du parti il y a dix jours. L’ancien chef est sorti de son mutisme, mardi.


« Je reste, parce que je suis président de tous les membres », a-t-il indiqué au Devoir. « Ce que j’essaie de faire, c’est favoriser la sortie de crise la plus rapide et qui va permettre de travailler à unifier les forces indépendantistes à Ottawa. »


Cette sortie de crise, pour Mario Beaulieu, c’est le départ de Martine Ouellet. Le député avait déjà suggéré à la chef de quitter son poste, fin mars. Il partagera maintenant son avis avec ceux qui voudront l’entendre, d’ici au vote de confiance auquel se soumettra Mme Ouellet début juin.


« Je vais exprimer mon opinion comme tous les membres ont le droit de le faire. Je vais prendre la parole occasionnellement. […] Avec des membres ou avec des présidents [d’association de circonscription] », a-t-il indiqué, expliquant qu’il pourrait faire des appels comme il l’avait fait en amont du conseil général lorsqu’il avait tenté, en vain, de faire devancer le vote de confiance de la chef.


Et pourquoi rester en poste alors que certains militants bloquistes l’ont traité de putschiste au conseil général de Drummondville ? Parce qu’il a été dûment élu par les membres, rétorque-t-il. Et parce qu’il estime qu’il sera plus utile à sa lutte s’il reste au sein du parti.


« Si tout le monde part, à un moment donné, si on laisse le champ libre, il ne restera plus d’opposition à l’intérieur. Je pense que si on veut que le processus se déroule de façon équilibrée, on est mieux de rester à l’intérieur. »


Crise perpétuelle


Martine Ouellet a maintes fois présenté son différend avec les sept députés démissionnaires qui ont quitté son caucus, fin février, comme un désaccord sur sa volonté de faire la promotion de la souveraineté sur toutes les tribunes. Mario Beaulieu prend soin de noter que ce n’est pas ce qu’il lui reproche.


« Je suis 100 % en faveur d’une approche proactive à l’indépendance. C’est pour ça que j’ai appuyé Martine Ouellet », rappelle-t-il. Ce qu’il lui reproche aujourd’hui, « c’est la façon dont [elle] agit en tant que chef. Depuis qu’elle est arrivée, ça a été très difficile de faire la promotion de l’indépendance, parce qu’on a été en crise perpétuelle — tant à l’aile parlementaire qu’à la permanence du Bloc ».


Outre le départ des sept députés, plusieurs employés du parti se sont succédé à Montréal.


L’entourage de Mme Ouellet s’est dit déçu de la décision de Mario Beaulieu, mais a indiqué la respecter puisqu’elle « participe à un processus démocratique sain où tous les courants d’idée doivent être représentés ».


> La suite sur Le Devoir.