«Climategate»

Manipulations et mensonges déjà vus

Copenhague - 15e Conférence de l'ONU sur les changements climatiques


Dans la saga nommée «Climategate», il est révélateur de considérer certains faits liés directement à cette affaire et aussi de se souvenir de l'histoire, quand même assez récente, du dossier des pluies acides.
D'abord, de quoi s'agit-il? L'histoire du «Climategate» est simple et banale, mais certains médias mal renseignés en ont fait leurs choux gras. On ferait n'importe quoi pour attirer l'attention, semble-t-il! En résumé, des cracks de l'informatique auraient découvert des bouts de phrases tirées de courriels échangés par certains chercheurs, donc des bouts de textes sortis totalement de leur contexte respectif, et qui démontreraient qu'au fond, le réchauffement planétaire n'existe pas et serait le fruit d'une conspiration de scientifiques et d'écologistes, tous des socialistes bien sûr...
Désinformation
Cela fait bien peu de cas des milliers de rapports contenant des centaines de milliers de pages provenant du travail de milliers de chercheurs depuis les trente dernières années, et ce, partout dans le monde. Tout ce travail a forgé un solide consensus qui se confirme et s'élargit au fil des jours, des mois et des années. Il y a maintenant au moins 3500 scientifiques reconnus mondialement qui attestent publiquement la gravité et l'urgence de la situation. Aujourd'hui, à la rencontre internationale de Copenhague, il y a 30 000 participants.
Je me souviens très bien d'une stratégie de désinformation semblable qui fut révélée publiquement dans le dossier des pluies acides vers la fin des années 80; je travaille à l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) depuis 1982 et j'en ai vu bien d'autres depuis. Cette stratégie de désinformation a vu le jour au moment où il était évident, comme maintenant, que les gouvernements concernés allaient agir pour imposer la réduction des émissions polluantes provenant en grande partie de la combustion des combustibles fossiles, curieusement comme pour les gaz à effet de serre.
Virage nécessaire
Aux États-Unis, et même au Canada, de prétendus groupes écologistes, dont l'ineffable groupe appelé Citizens for Sensible Control of Acid Rain, et une poignée de chercheurs mercenaires largement financés par les multinationales des combustibles fossiles profitaient de toutes les tribunes pour nier le problème. Un parallèle en matière de désinformation peut être établi avec le scandale, à la même époque, des cigarettiers qui véhiculaient le même type d'informations tordues dans les mêmes buts.
Heureusement, dans les deux cas, toutes ces manigances n'ont rien changé et, quant à moi, dans le dossier du réchauffement planétaire, la force du consensus mondial limitera les dommages de cette stratégie mensongère et le virage nécessaire s'entreprendra quand même.
Cela me rappelle un proverbe connu: on peut mentir à quelqu'un longtemps, mais on ne peut pas mentir à tout le monde tout le temps...
***
André Bélisle - Président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé