Les voleurs d’histoire

1b7c313873740c196785776d3cebada1

Même le fédéraliste discret qu'est Michel David trouve Couillard en dessous de tout

Inauguré en 1965, le pont Cartier-Macdonald est le plus imposant de ceux qui relient Ottawa et Gatineau. Les autorités de l’époque ont voulu rendre hommage aux deux principaux artisans de la création de la fédération canadienne, George-Étienne Cartier et John A. Macdonald.

De nombreux Canadiens seraient sans doute bien embêtés de dire à qui ces noms font référence. Parmi les plus aisés, certains associeraient plutôt Cartier à la joaillerie. Pour d’autres, Macdonald est synonyme de fast-food.

De part et d’autre de la rivière des Outaouais, les grands hockeyeurs qu’ont été Jean Béliveau et Tim Horton sont certainement plus connus que les pères de la fédération. Pourtant, personne ne songerait à profiter du 150e anniversaire de l’Amérique du Nord britannique pour rebaptiser le pont Béliveau-Horton. Même ce mordu du hockey qu’est Stephen Harper y verrait un impardonnable crime de lèse-nation.

De prime abord, le premier ministre Couillard n’a pourtant rien trouvé à redire à l’idée de profiter de la reconstruction du pont Champlain pour honorer plutôt la mémoire de Maurice Richard. Si Ottawa en décidait ainsi, il n’y verrait pas d’objection.

Il a fallu que le président de la République française vienne rappeler à la Chambre des communes que Champlain est tout de même le fondateur du pays pour que M. Couillard se réveille et demande au gouvernement fédéral de « considérer avec attention » la nécessité de continuer à honorer la mémoire de Champlain. À l’Assemblée nationale, les libéraux ont toutefois refusé de débattre d’une motion présentée par le PQ qui s’opposait en termes très mesurés au changement de nom.

Personne ne peut soupçonner Stéphane Dion de chercher à nourrir en sous-main le rêve souverainiste. Le père de la Loi sur la clarté référendaire a pourtant parlé d’un « ratatinage » de l’histoire.

L’ancien ministre libéral André Bourbeau, qui n’est pas davantage reconnu pour ses sympathies indépendantistes, a aussi dénoncé ce « coup de tête populiste » qui tend à accréditer l’image d’un « peuple sans histoire ». La proposition fédérale ressemble même à une tentative de l’effacer. Si on avait suggéré de débaptiser le pont Victoria, le Canada anglais aurait crié son indignation à l’unisson, même si le rôle de cette souveraine dans l’histoire canadienne est bien moindre que celui de Champlain, croit M. Bourbeau.

C’est une réaction de cet ordre qu’on était en droit d’espérer du premier ministre du Québec, tout fédéraliste qu’il soit. Encore une fois, M. Couillard a manqué une belle occasion de démontrer qu’à défaut de les partager, il est sensible aux préoccupations identitaires de nombreux Québécois, et qu’il entend faire en sorte que le reste du pays en tienne compte.

Même en admettant que le gouvernement Harper cherche simplement un moyen de faire diversion au débat sur le péage, le résultat de sa proposition n’en serait pas moins d’enterrer encore plus profondément le souvenir d’une épopée que certains souhaitent peut-être nous voir oublier. Nul ne conteste la valeur des exploits sportifs du Rocket et sa remarquable contribution à l’émancipation des francophones, mais tous les personnages historiques n’ont pas la même importance.

François Legault a également dû tempérer l’enthousiasme de deux de ses députés, François Bonnardel et Gérald Deltell, qui avaient applaudi à l’idée de rebaptiser le pont Champlain. « Ce n’est peut-être pas approprié », a-t-il rectifié.

Les anciens adéquistes n’ont manifestement pas saisi l’esprit du virage nationaliste que M. Legault a annoncé au congrès caquiste de la fin de semaine. Ce n’est pas seulement sur le dossier de la langue qu’il entend placer le gouvernement Couillard sur la défensive, mais sur l’ensemble de la question identitaire.

Pour illustrer ce virage, la CAQ a présenté mercredi à l’Assemblée nationale une motion demandant au gouvernement d’entreprendre des démarches auprès d’Ottawa pour que les entreprises à charte fédérale soient assujetties aux dispositions de la loi 101. Encore une fois, les libéraux ont refusé d’en débattre.

Il est vrai que la motion précisait aussi que le français est « la langue officielle du Québec ici et à l’étranger ». M. Couillard n’a sans doute pas aimé cette allusion à son utilisation exclusive de l’anglais lors de sa visite en Islande. Le pire est qu’il ne semble sincèrement pas comprendre ce qu’on lui reproche.

Dans son discours de bienvenue au président Hollande, M. Legault a insisté de façon inhabituelle chez lui sur l’attachement des Québécois à leur langue, à leur culture et à leur histoire. Le contraste était saisissant avec les propos de M. Couillard, qui n’en avait que pour le Plan Nord, la stratégie maritime, le prix carbone et le virage économique que devrait prendre la Francophonie. Bref, les « vraies affaires ».


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé