Les végans contre Joe Beef

Eb11c5b8cc816baa92b2bf3e73b4aa94

L'antispécisme voit la consommation de viande comme un crime


Samedi soir, des militants végans ont pénétré dans le célèbre restaurant Joe Beef, à Montréal, pour dénoncer le fait qu’on y sert et mange de la viande. Ils sont venus hurler quelques slogans. Parmi ceux-là : « Ce n’est pas de la nourriture, c’est de la violence ».


Le propriétaire a cherché à dédramatiser la chose. Il s’est voulu philosophe, comme si la meilleure manière de contenir ceux qui le conspuent était de les caresser. C’est une attitude qui se veut cool. Elle en vaut d’autres. Il aurait aussi pu les foutre à la porte vertement.


Nous sommes témoins, depuis un temps, de la radicalisation de la mouvance végane. Enfermée dans un univers parallèle absolument étranger au rapport historique entre l’homme et l’animal, la frange extrémiste du véganisme transforme le premier en assassin, et le second en victime d’un système d’exploitation abject qu’il faudrait jeter par terre.


Illuminés


La tendance végane la plus radicale ne veut pas seulement nous convaincre de ne plus consommer de viande : ses militants se voient comme les libérateurs d’êtres vivants victimes d’une forme de racisme anti-animal. En France, ils n’hésitent plus à attaquer les boucheries. Ici, ils attaquent des restaurants pour insulter les clients.


La cause de la souffrance animale est absolument légitime, évidemment, mais les végans en sont manifestement les plus mauvais alliés. Leur manière de l’aborder est désincarnée, étrangère à l’expérience de notre civilisation. Ils plaquent des catégories idéologiques sur une expérience charnelle entre l’homme et l’animal et la réduisent à un rapport de domination. Lorsqu’on s’aventure chez les théoriciens véganes, on retrouve une haine de l’humain déconcertante.


Comment ne pas voir dans leur cause le symptôme d’un dérèglement idéologique propre à notre époque ?








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





À défaut d’avoir une grande cause politique dans laquelle s’investir, l’individu d’aujourd’hui se réfugie dans plusieurs groupuscules idéologiques, qui fournissent une cause à ceux qui les rejoignent et donnent un sens à leur vie. D’un coup, ils se croient en possession du bien. Devant eux, ils voient des ignorants à convertir ou des salauds qui, consciemment, refusent d’endosser leur vision du monde.


Il y a là un inquiétant désir de pureté.


Cela nous rappelle, soit dit en passant, que le commun des mortels ne saurait se contenter de la vie quotidienne. Il a besoin d’idéaux pour éclairer son existence. Si la société ne sait pas en fournir, il les trouvera dans les marges où se multiplient les sectes d’illuminés.


Courtoisie


Que les végans militent pour nous convaincre de limiter notre consommation de viande, c’est leur droit et ils n’ont pas tort de le faire. Mais ils doivent entrer de manière civilisée dans la conversation démocratique. Plusieurs le font très bien. Ils ajoutent ainsi des nuances à notre vision du monde.


Mais lorsqu’ils se mettent à insulter ceux qui ne voient pas le monde comme eux, ils basculent dans un fanatisme toxique. Même les idéologues les plus emportés devraient se soumettre à la courtoisie. Ils n’ont pas le droit fondamental de soumettre les gens ordinaires à leurs obsessions.