Les radicaux libres

76f0ac00d6e9b4b9315b9167457b6c03

«L’effronterie de cette austérité imposée»

Il faudrait être Margaret Thatcher pour se réjouir de ce qui se passe sous nos yeux et affirmer, en jubilant comme elle, qu’« il n’y a plus de société, seulement des individus ». Pardonnez que je fasse de l’histoire à grandes enjambées, mais dans ses mémoires, l’ancienne première ministre britannique parle, si j’ose dire, de la situation québécoise.

Thatcher voulait conjurer jusqu’aux souvenirs des bonheurs apportés par les progrès sociaux. Elle écrit ceci : « La racine des problèmes sociaux contemporains — dans la mesure où ils n’avaient pas leur source dans les innombrables facettes de la faiblesse humaine — tenait à ce que l’État en avait trop fait ».

Si « la société n’existait pas », ainsi qu’elle le pensait, si tout n’était conséquemment qu’individualités égoïstes, il convenait de ne pas trop se soucier du sort des plus faibles. « À mesure que croissait la richesse économique, écrit-elle encore, les individus et les organisations charitables feraient plus pour soulager les malheurs de leurs voisins. » Comme aux environs de Noël, où l’argent des puissants suffit toujours à border bien au chaud leur bonne conscience afin qu’elle ne prenne pas froid. N’y a-t-il rien de mieux à espérer que pareille charité pour contrer les inégalités ?

Le bonheur des pensées simplettes est qu’elles sont particulièrement faciles à articuler. Notre malheur est qu’elles ne sont pas toujours faciles à bousculer une fois boulonnées dans l’esprit de ceux qui ont hélas la charge d’incarner la conscience d’un État.

Chez Thatcher, on assiste au triomphe de l’individu sur la société, ou plutôt à la destruction des liens qui, dans le passé, avaient tissé les textures sociales. En Occident, cela donne corps depuis trente ans à un problème d’idéologie que l’on confond avec l’économie.

Le portrait qu’a donné de cette baronne au jour de sa mort était sans doute assez juste : Thatcher a accouché d’une société mesquine qui connaissait le prix de toute chose, mais qui en ignorait la valeur.

J’en viens plus précisément au Québec. Le premier ministre Couillard est un adepte des théories de John Micklethwait et d’Adrian Wooldridge, respectivement rédacteur en chef et responsable de la section Management du magazine britannique The Economist. Leur dernier livre, The Fourth Revolution, inspire le premier ministre québécois au point où il en a recommandé la lecture à ses proches. Les deux cadres de ce magazine au service des prédateurs de la finance y débitent des prêches qui vont plus loin encore que ce modèle de l’État maigre souhaité par Thatcher et consorts. Selon eux, il ne faut plus seulement réduire la taille de l’État, mais ne lui laisser sur le dos que la peau et les os. C’est donc jusqu’à la moelle qu’on gruge désormais le Québec.

Il a fallu onze ans à Thatcher pour conduire sa contre-révolution et asseoir une domination néolibérale qui a fait école. Au Québec, le ministre des Finances, Carlos Leitão, affirme qu’en deux ans il aura atteint les objectifs qu’ils s’étaient fixés. Somme toute, Leitão fait mieux que Thatcher ! Les groupes populaires en frémissent. Les centres pour la petite enfance s’arrachent les cheveux autant que les écoles et les universités. L’agriculture ne compte pas plus désormais que la culture ou la santé. En première ligne des sacrifiés de cette austérité gonflée à l’hélium idéologique, on trouve des femmes. Même des ténors libéraux hurlent sous pareille douche froide. Mais ces reculs n’empêchent pas les paradis fiscaux de continuer de dorer l’argent volé sous prétexte que la mondialisation fait loi.

Dans ses mémoires, Margaret Thatcher ne cesse de se qualifier de « radicale ». Elle se méfie de ses proches dès lors qu’elle doute de la profondeur de leur radicalisme. La pensée économique de la dame de fer, inspirée en la matière par les idées de plomb de Friedrich Hayek et Milton Friedman, est devenue une norme aussi pour Ronald Reagan, les Bush père et fils, Tony Blair, Nicolas Sarkozy, Stephen Harper et tous ceux-là qui, comme Philippe Couillard, creusent le fossé entre les nantis et les plumés sans jamais rien dire des violences de l’ordre social qu’ils imposent.

Penser l’avenir autrement que tous ces radicaux libres n’est pas interdit. Mais l’alternative à tout cela se trouve réduite à mesure que le temps file, que les décisions se figent sans plus offrir les moyens d’en anticiper les dangers. En un mot, il n’est pas facile de s’employer à repenser l’avenir alors que tant de gens travaillent à le congédier. À mesure que ce travail de sape se poursuit, il est facile de se résigner devant les nouvelles frontières fixées par ceux qui nous imposent leur réalité dogmatique. Bien des possibles révoqués par eux demandent à être totalement réinventés.

L’effronterie de cette austérité imposée n’a pas que des conséquences désastreuses en terme de baisse de l’activité et des moyens de la relancer. Elle taille aussi à la hache dans le courage nécessaire à vraiment changer de direction et à échapper au jeu perpétuel d’élections sans options.

Le 20 janvier 1981, jour de son investiture comme président des États-Unis, Ronald Reagan affirmait que « le gouvernement n’est pas la solution à nos problèmes ; le gouvernement est le problème ». Cette phrase célèbre prend aujourd’hui un sens nouveau. Oui, il est fort possible désormais que ce type de gouvernement constitue la source des problèmes sociaux. Et c’est donc au tour de la société de douter de lui radicalement.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé