Les jeux sont faits

Pas plus que les Martin, Chrétien, Copps et compagnie, le gros morceau, Jean Charest et autres mercenaires, ne seront inquiétés. Oui, il s’en coulera des jours heureux !

Tribune libre

Les partis de l'opposition n'ont pas tardé à réagir au départ de la ministre Jérôme-Forget. La chef du Parti québécois Pauline Marois a vanté les mérites de la dame de fer de Jean Charest, notamment en disant qu'elle avait fait avancer la cause des femmes. «C'est un gros morceau qui part et c'est inquiétant pour le gouvernement Charest qui, quatre mois à peine après les élections, voit sa ministre des Finances quitter», a lancé Pauline Marois. (Canoë)
Le gros morceau s’en va se la couler douce au soleil du Mexique dans sa luxueuse hacienda. Celle dont le départ, selon Pauline Marois, devrait inquiéter le gouvernement Charest et non la population du Québec, quitte la table au beau milieu du repas. Il n’y a plus rien à se mettre sous la dent. Ainsi, le Québec a vu le montant de sa péréquation diminuer, sa caisse fondre comme neige au soleil et être cédée à Paul Desmarais, cet homme rompu à l’exercice de la canadianisation des entreprises québécoises, représentée par l’Ontarien Michael Sabia.
Les jeux sont faits.
Tous ses pions en place, Jean Charest trouvera le temps long d’ici son départ prévu à l’été. Qu’il prenne son mal en patience. Le héro sera reçu à bras ouverts par l’élite canadienne qui le couvrira d’honneurs, de gloire, d’or et d’argent, lui érigera une statue, donnera son nom à une aile du pavillon du centre hospitalier de l’Université McGill, une artère, un pont et un des aéroports du Nord québécois dont la construction précipitera le pillage. Gardons en mémoire que M. Charest a, d’ors et déjà, reçu la légion d’honneur des mains du représentant de Desmarais en France, Nicolas Sarkozy, pour avoir, avec sa loi votée sous le bâillon, autorisé les pertes de la Caisse de dépôt et pour avoir menti effrontément aux Québécois. Ce sera, lui aussi, un gros morceau qui partira quand le temps viendra et, avec lui, un gros morceau du Québec impossible à recoller.
Pas plus que les Martin, Chrétien, Copps et compagnie, le gros morceau, Jean Charest et autres mercenaires, ne seront inquiétés. Oui, il s’en coulera des jours heureux!

Featured df5b7351bef44f5ef9d14600f6d8203f

Caroline Moreno476 articles

  • 241 423

Château de banlieue

Mieux vaut en rire que d'en pleurer !


Chapitre 1
http://www.tagtele.com/videos/voir/73927/

Chapitre 2
http://www.tagtele.com/videos/voir/73949/

Chapitre 3
http://www.tagtele.com/videos/voir/73967/1/





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé