Les hassidim inquiètent Saint-Adolphe-d'Howard

4158d3123432de1c2bfc3f3e7a3ba640

Laïcité - Débat québécois

(Photo La Presse)

Des investisseurs de la communauté juive hassidique ont récemment acquis l'hôtel Miramont, de Saint-Adolphe-d'Howard, dans les Laurentides, une transaction immobilière qui inquiète les autorités de la municipalité.


Selon ce que Radio-Canada a appris, la transaction de 3,5 millions $ fait craindre aux responsables de la petite ville que l'hôtel pourrait être transformé en centre de séjour pour la communauté juive hassidique et que ne s'ensuive une ghettoïsation des lieux.
«Honnêtement, nous croyons qu'il y aurait cette inquiétude de voir arriver cette communauté qui pourrait ne pas s'intégrer à la communauté de Saint-Adolphe et faire en sorte qu'on ghettoïserait ce complexe,» a expliqué Michel Binette, directeur général de Saint-Adolphe-d'Howard.
Les autorités craignent également de voir se répéter le scénario qui se produit dans des villes de la région où la communauté juive hassidique a élu domicile, comme à Val-Morin. Les juifs hassidiques y ont fait construire une synagogue et une école dans un quartier où le zonage ne le permet pas et la municipalité a dû dépenser près de 100 000 $ en frais juridiques pour défendre devant les tribunaux son plan d'urbanisme.
À Saint-Adolphe, les autorités s'inquiètent du silence des nouveaux propriétaires du complexe en ce qui concerne leurs projets pour le boisé du Miramont.
Les nouveaux propriétaires ont décliné les offres d'entrevue soumises par Radio-Canada. Toutefois, par le biais de leur avocat, ils ont indiqué qu'il s'agissait d'un procès d'intention de la part des autorités municipales et qu'ils entendaient respecter les règlements en vigueur à St-Adolphe d'Howard.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé