Les Conservateurs d'Andrew Scheer, une «gang de pissous»

Suite à l’annonce de la fin du projet d’université de langue française et à l’abolition du Commissariat aux services en français en Ontario

F8471b1b9080d22d2368707ee63f2509

Tribune libre

Dans la saga qui a suivi l’annonce de la fin du projet d’université de langue française et l’abolition du Commissariat aux services en français par le premier ministre conservateur de l’Ontario, Doug Ford, les Conservateurs d’Andrew Scheer ont refusé d’appuyer une motion libérale stipulant qu’Ottawa «dénonce, sans équivoque, la décision du gouvernement de l’Ontario», la jugeant «trop partisane.»


Et pourtant, en coulisses, les indices de discorde sont palpables. À preuve, un sénateur conservateur, qui a préféré garder l’anonymat afin de pouvoir s’exprimer librement, croit que M. Scheer doit songer à prendre ses distances avec le premier ministre ontarien tout en ajoutant que « c’est le fun d’avoir des gouvernements conservateurs dans d’autres provinces, mais ça peut aussi faire mal à la marque conservatrice. »


De son côté, le député conservateur de la circonscription de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus, admet que l’enjeu linguistique est «délicat» et «complexe à gérer» pour son parti, notamment au Québec, où le Parti conservateur du Canada souhaite faire des gains en 2019. Enfin, M. Paul-Hus ajoute que la députation d’Andrew Scheer n’a pas à faire les frais des décisions de son cousin ontarien, un avis partagé, semble-t-il, par l’ensemble de ses collègues… évidemment!



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1221 articles

  • 1 167 101

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



2 commentaires