FÉDÉRALES

Legault pour un gouvernement conservateur minoritaire

1dd1490c824f796111f933dea5117223

La campagne fédérale : bilan de Legault


François Legault saute à pieds joints dans la campagne fédérale et appelle les nationalistes québécois à se méfier d’un Justin Trudeau centralisateur. L’élection d’un gouvernement minoritaire conservateur servirait davantage les intérêts du Québec, selon lui. 


• À lire aussi: Pensée magique et prise de bec au débat


Au lendemain du second débat des chefs fédéraux, le premier ministre québécois a attaqué avec une rare vigueur le programme du Parti libéral du Canada, sans épargner les néo-démocrates de Jagmeet Singh et les verts d’Annamie Paul. 


François Legault accuse Justin Trudeau de s’ingérer dans les champs de compétence des provinces, notamment en santé. 


Il lui reproche de priver le Québec de pouvoirs en matière d’immigration nécessaires à la défense de l’identité québécoise. Sans parler de sa position sur la loi interdisant le port de signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité.  


« [Justin Trudeau] n’exclut pas de s’opposer à la loi 21, donc ça, c’est très inquiétant pour tous les Québécois qui sont nationalistes », a-t-il lancé jeudi, à l’entrée d’un caucus des députés du gouvernement visant à préparer la rentrée parlementaire.   



« Moi, je veux que le Québec soit plus autonome, ait plus de pouvoirs, et il y a trois partis, le PLC, le NPD et le Parti vert qui veulent nous donner moins d’autonomie. Je trouve ça dangereux », a-t-il renchéri.  


La « bonne approche »


Les Québécois seront mieux servis par les conservateurs, selon François Legault, même si Erin O’Toole prévoit annuler l’entente de 6 milliards $ survenue entre Québec et Ottawa au sujet des garderies. 


Le premier ministre est conforté par ses positions sur l’immigration, les transferts en santé et la loi 21. « C’est une bonne approche, l’approche de M. O’Toole », a-t-il insisté.  



Le premier ministre du Québec, François Legault

Photo Rémi Nadeau

Le premier ministre du Québec, François Legault




François Legault demande tout de même au chef conservateur de s’engager à offrir au Québec la cagnotte de 6 milliards $ sans condition. 


Est-ce une stratégie pour inciter la population à voter en faveur des troupes d’Yves-François Blanchet? « C’est aux Québécois de choisir », a rétorqué le premier ministre, qui n’a fait aucune autre référence au parti souverainiste.


Une source gouvernementale admet toutefois qu’une forte présence du Bloc est primordiale pour que le prochain gouvernement fédéral respecte les ententes signées et les enveloppes promises au Québec.  


Comme Lévesque en 1984


Il faut revenir aux années 80 pour trouver un autre premier ministre québécois qui s’est ingéré de la sorte dans une campagne fédérale, signale le politologue Éric Montigny.  


En 1984, à l’époque du beau risque, René Lévesque avait invité les Québécois à appuyer le Parti conservateur de Brian Mulroney. Il était même allé plus loin que François Legault, mettant sa machine péquiste au service des conservateurs, souligne le professeur de l’Université Laval. À l’époque, le Bloc québécois n’existait pas. En 1988, Robert Bourassa avait aussi appuyé les troupes de Mulroney. 



  • Écoutez la rencontre des analystes politiques Elsie Lefebvre et Marc-André Leclerc, à QUB radio:   



La campagne électorale actuelle se démarque par les nombreux engagements des partis fédéraux dans les champs de compétence des provinces. 


« Le message envoyé, c’est aux nationalistes québécois : pensez-y à deux fois avant de voter pour Justin Trudeau ou Jagmeet Singh », précise M. Montigny.        


UNE DÉCLARATION QUI FAIT DES VAGUES


« Je pense que M. Legault a été trompé, a été dupé par M. O’Toole. [...] Regardez la plateforme conservatrice et dites-nous ce que vous pensez d’une coupe de 11 milliards au cours des quatre prochaines années [pour le Québec]. »


-Jean-Yves Duclos, ministre fédéral libéral sortant







« Pour moi, un leader, ce n’est pas quelqu’un qui se tient les bras croisés ou qui se pose des questions sur les juridictions. Pour moi, un leader c’est quelqu’un qui cherche des solutions, et j’essaie toujours de trouver des solutions. »


- Jagmeet Singh, chef néo-démocrate







« Le principe d’un gouvernement minoritaire, je suis très à l’aise avec ça. Ça veut dire que le Bloc aurait la balance du pouvoir. » 


- Yves-François Blanchet, chef bloquiste







« C’est une approche qui est assez paternaliste, on n’a pas à dire aux Québécois comment voter. »


- Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec







« Il a révélé aux Québécois sa vraie vision pour le Québec. Pour lui, financer un tunnel à 10 milliards, c’est plus important que d’assurer une place en CPE pour les familles. »


- Gabriel Nadeau-Dubois, chef parlementaire de Québec solidaire



LISEZ TOUTES NOS CHRONIQUES SUR LE 2e DÉBAT    



             




 


 


 


 






Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé