Legault exige des résultats concrets des délégations québécoises à l'étranger

5f612a3792a4d75d8ec39545f6284097

Augmenter les investissements étrangers et les exportations


Le premier ministre François Legault lance un sérieux avertissement aux délégations du Québec à l’étranger qui ne répondront pas aux attentes de son gouvernement.


«Chaque mois, je vais suivre l'augmentation des exportations, dans chaque État américain, dans chaque pays en Europe, dans chaque pays en Asie. Si les exportations du Québec n'augmentent pas, ils vont avoir un petit téléphone de moi pour dire: "qu'est que vous faite?"» a prévenu François Legault en entrevue à TVA Nouvelles, sourire en coin.  


Le premier ministre a d’ailleurs rencontré les délégués du Québec à l’étranger, la semaine dernière, à l’Assemblée nationale, pour leur passer le message. Créer des emplois payants au Québec avec l'argent des autres, c'est l'objectif que le premier ministre leur a clairement exprimé.  


Le Québec compte sur 28 délégués qui gèrent 33 délégations, dans 18 pays.  


Un virage économique à l’étranger  


Le gouvernement caquiste veut ainsi compléter le virage entrepris par les libéraux en revoyant les façons de faire des délégations pour stimuler les retombées économiques.  


Investissement Québec et le ministère de l'Économie verront aussi leurs missions modifiées pour appuyer les délégués.  


Avec toute cette nouvelle politique, Québec vise notamment à augmenter la valeur des exportations internationales et interprovinciales des biens et services du Québec. On aimerait qu'elles représentent 50 % du PIB plutôt qu’un peu moins de 48 %, comme c’est le cas en ce moment.  


Aussi, le gouvernement Legault cherche à doubler les investissements directs étrangers au Québec d’ici cinq ans, soit en les faisant passer de 7 à 14 milliards $, ce qui permettrait de diminuer la dépendance du Québec à l'égard des États-Unis et accélérer le développement des autres marchés.  


«Ça devient un objectif prioritaire, c'est ça qu'on veut faire», a insisté la ministre des Relations internationales, Nadine Girault.  


«On fait de la diplomatie d'influence depuis 50 ans, on est établi, on est reconnu, on est très crédible. Maintenant c'est de prendre cette base-là et de faire de la diplomatie économique. On est en train de moderniser complètement la façon dont on fait des affaires à l'extérieur du pays», a affirmé la ministre, insistant sur le fait que l'approche caquiste va plus loin que celle des libéraux.  








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





Un objectif possible à réaliser  


En 2018, le Québec a importé 148,8 milliards $ de biens et services de l'étranger: 21,2 milliards $ de plus que les exportations, une tendance qu'on souhaite inverser.  


«Il faut aiguiller nos équipes vers les bons secteurs! Je suis convaincue que ça peut se faire», croit Michelle Boisvert, qui a quitté la Caisse de dépôt pour devenir déléguée générale du Québec à Paris.  


Un sentiment partagé par son collègue de Bruxelles, Pierre-Luc Desgagné, qui arrive d'Hydro-Québec.  


«Faire monter les exportations, augmenter leur impact, je trouve ça très intéressant comme défi», a-t-il dit.  


Les délégués devront répondre aux besoins des entreprises étrangères pour les inciter à venir investir au Québec, a renchéri David Brulotte, qui gère la délégation québécoise de Tokyo.  


«Les entreprises maintenant, ils cherchent plusieurs choses, mais ils cherchent le talent: au Québec, on en a énormément», a conclu M. Brulotte.