Le Québec doit se soumettre

F1757050c8d6319bd5b3d7c94f1fe4db

L'éditorialiste de La Presse lèche les bottes anglaises


L’éditorialiste en chef de La Presse François Cardinal, dont le père fut un flamboyant ministre nationaliste de l’Union nationale, a écrit samedi que le Québec en votant la loi 21 a bien cherché l’affrontement avec le Manitoba. 


François Cardinal, au demeurant un homme charmant et sensible, reprend à sa façon le vieil argument des Canadiens français d’autrefois : pour ne pas provoquer les « Anglais », les Québécois doivent faire profil bas.


Cet état d’esprit se perpétue donc. Rappelons que nombre de Québécois de souche auraient souhaité ne pas répondre à la question « oui ou non » lors des référendums. Ou plus exactement, ils auraient souhaité voter « ou ».


Multiculturalisme


Croit-on vraiment qu’en excluant les enseignants du primaire et du secondaire, la loi 21 serait passée comme une lettre à la poste au Canada anglais ? À l’évidence, non. Les défenseurs du multiculturalisme se seraient présentés devant les tribunaux pour casser le projet de loi. Comme ils l’ont fait avec la loi 101, qui a perdu depuis de son mordant. D’ailleurs, des anglophones du Québec continuent de chercher à affaiblir la loi.








Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.





Il y a encore parmi nous des « nègres blancs d’Amérique », pour reprendre le titre douloureux de l’essai de Pierre Vallières.


Malgré l’affirmation nationale des Québécois, la culpabilité demeure tapie au sein de la nation. Et ceux qui prétendent que les nouvelles générations se sont affranchies de cette tare font fausse route. La désaffection des jeunes pour le nationalisme, leur indifférence face au combat pour la langue sont une manière de se flageller, confirmant un sentiment d’infériorité toujours présent.


Une seule solution existe pour nous mettre à l’abri des diffamations et injures de nos « amis » canadiens. Il faut adhérer avec ferveur au multiculturalisme. Ainsi serons-nous appréciés en prouvant notre docilité avant de disparaître un jour en murmurant « Thank you and goodbye ».