Tragédie de Lac-Mégantic

Le ministre Denis Lebel devrait démissionner !

Tribune libre

Par André Parizeau (*),
Les effets de la tragédie à Lac Mégantic prendront des années à se résorber. Entre temps, la population de cette petite localité, située non loin de la frontière avec les États-Unis, tente tant bien que mal de se reprendre en main. Il n'y a pas d'autres choix.
La tâche est énorme. Les défis aussi. Depuis maintenant une semaine que la tragédie a eu lieu, le gouvernement du Québec n'a pas lésiné au niveau des moyens déployés. Les lenteurs administratives, souvent propres aux actions gouvernementales, ont fait place à tout un train de mesures mises en place très rapidemment par Québec, et cela mérite d'être souligné positivement.
***
En parallèle, on se demande encore quel sera l'apport réel du gouvernement fédéral dans tout ce dossier. On nous a promis des annonces, mais on les attend toujours. Après toutes les niaiseries prononcées par le ministre fédéral des Transport, Denis Lebel, et qui furent assez largement dénoncées du reste, ce dernier a comme disparu de l'avant-scène. Même chose pour la plupart des autrs membres québécois du gouvernement Harper. C'était peut-être aussi bien. De toute manière, et à ce point-ci, je ne suis pas sûr que Denis Lebel serait le bienvenu. Un peu comme Ed Burkhardt, le PDG de Rail World.
je crois important de dire haut et fort que la grande priorité doit aller, à très court terme, à aider la population de Lac Mégantic, de même qu'à mettre en place tous les moyens nécessaires pour les soutenir dans leurs efforts pour se refaire une vie dans la région.
Il faut aussi s'assurer que les dégats environnementaux soient le plus possible circonscrits, y compris dans les zones avoisinnantes, également touchées, à cause des déversements qui se sont produit, notamment dans la rivière St-François. Tous en conviendront.
Il faut en même temps appuyer la déclaration faite par la première ministre, Pauline Marois, quand elle a dit que ceux qui ont des responsabilités dans cette tragédie devront nécessairement avoir des comptes à rendre.
Et à ce titre, et au delà de la responsabilité de la compagnie MMA et de Rail World (les propriétaires), maintenant assez clairement établie, il nous apparaît tout aussi clair que les autorités fédérales devront tout autant devoir s'expliquer. Le gouvernement fédéral, faut-il le rappeler, était et demeure toujours, aujourd'hui, responsable de s'assurer de la sécurité des voies de chemins de fer à travers le Canada.
Dans le cadre du partage des pouvoirs entre le fédéral, les provinces, et les municipalités, c'est un pouvoir qui relève exclusivement du fédéral. Cela ne rend que plus choquant encore le très grand laissez aller -- pour ne pas dire plus -- du gouvernement fédéral en matière de sécurité dans le transport de marchandises, et notamment de produits pétroliers, par voie ferrée.
La tragédie de Lac Mégantic n'a pas fini de susciter bien des débats quand à la manière dont on devrait concevoir le développement économique, quelle devrait être la place et les pouvoirs qui devraient revenir aux régions et aux localités, comment faire en sorte que les citoyens soient plus écoutés, etc.
Aujourd'hui, je voudrais plus m'attarder au rôle du fédéral dans toute cette affaire. On ne peut y échapper.
***
Les Conservateurs, à Ottawa, sont bien les seuls à penser aujourd'hui qu'ils n'auraient rien à se reprocher dans cette tragédie. Ils peuvent bien nier et répéter à qui mieux mieux, comme l'a fait Denis Lebel, qu'on ne devrait pas condamner personne, sur la scène publique, y compris eux-mêmes, avant que toutes les enquêtes soient terminées, mais bien peu de gens seront dûpes.
Le premier ministre Stephen Harper n'est pas mieux. Lui aussi tient le même discours. Ce qui est particulièrement choquant avec l'attitude de Denis Lebel, est le fait que ce dernier est quand même un député du Québec. Il ne vient pas de l'Alberta, comme son chef. Il ne vient pas non plus des États-Unis, comme Ed Burkhardt. Il devrait un peu plus savoir et comprendre. En plus, il est ministre fédéral des Transports.
Denis Lebel devrait, à mes yeux, carrément démissionner. Autant comme ministre que de député. Il n'a plus aucune crédibilité. En tous les cas, pas au Québec.
S'il croit vraiment en ce qui dit, s'il pense vraiment être lui-même la cible d'une quelconque chasse aux sorcières, qui serait sans fondement réel, alors qu'il retourne devant les électeurs et les électrices de sa propre circonsciption, et on verra bien ce qui se passera.
Ce triste personnage n'est certainement pas le seul qui devrait, à Ottawa, se regarder dans la glace. Bien avant lui, d'autres ministres des transports ont aussi fermé les yeux sur une situation qui devenait de plus en plus dangereuse. D'autres, avant lui, ont aussi pris d'autres décisions toutes aussi incompréhensives, comme le fait de permettre à MMA de ne garder qu'un seul employé par train. L'idée même de dérèglementer les chemins de fer, il y a de cela 30 ans, fut un processus amorcé, soit dit en passant, par les libéraux.
En fait, tous les députés conservateurs, notamment ceux du Québec, ministres ou non, devraient, tous et toutes, avoir honte. Honte de leur gouvernement. Honte de leur parti. Même chose du côté des libéraux qui, dans le fonds, ne sont pas mieux, à cause des politiques que leur propre parti a aussi pris, du temps où ils étaient au pouvoir.
Tout cela, on le sait au fond de nous mêmes.
***
L'idée avancée par le Bloc Québécois de tenir une commission d'enquête à Ottawa pourrait être une bonne idée. Mais cela ne se fera pas. Tout le monde le sait aussi. On ne devrait pas se faire des à croire à ce sujet. À défaut de pouvoir aller dans cette direction, cela prendrait autre chose. Tout le monde sait également que le Québec n'obtiendra probablement que bien peu de choses de la compagnie MMA, qui est en quasi faillite, ou de sa maison-mère, soit la Rail World.
Je crois que cela prendrait une action rapide, avec une portée suffisante pour envoyer le bon signal pour la suite des choses. Cela doit se faire, en parallèle et en surplus de ce que Québec pourrait faire et fait déjà. D'où l'idée de demander la démission immédiate de Denis Lebel.
On sait, tous et toutes, que Denis Lebel ne démissionnera pas de son propre chef. Mais les Québécois et les Québécoises, de tous les horizons, qui sont déjà très largement horrifiés par ce qui a pu se passer, à Lac Mégantic, devraient faire savoir leur opinion face à un personnage comme Denis Lebel. Une pétition, ou tout autre mécanisme similaire, pourrait être utilisé. Au sein même du mouvement souverainiste, il y a suffisamment de gens et de ressources pour enclencher pareille chose.
Ailleurs dans le monde, il y a toute sorte de politiciens qui ont ultimement dû remettre leur démission pour pas mal moins que ce qui est en cause ici.
***
Le fait que Denis Lebel ait continué, même après la tragédie de Lac Mégantic, envers et contre toute logique, à défendre l'indéfendable, au mépris des faits et des révélations apportées par les journalistes, est comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
Bon nombre de gens, au Québec, ont vu dans les dernières interventions de Denis Lebel comme une forme de mépris vis-à-vis du reste de la population québécoise, non seulement ceux vivant à Lac Mégantic, mais aussi partout ailleurs. C'est aussi une insulte à toutes ces gens qui sont morts, disparus, calcinés, et qui auraient dû être encore vivants aujourd'hui, mais qui ne sont plus là.
La manière dont Denis Lebel interrompait continuellement une journaliste de Radio-Canada, lors d'une de ses dernières entrevues à la télévision, en commencant, à chacune ses phrases ,avec un "madame" très condescendant, n'avait juste pas d'allure. Cela se passait mercredi soir. C'était à l'image du personnage, et cela résumait en même temps l'essence même de ce gouvernement Harper, de plus en plus dénoncé. Tout cela doit être sanctionné. D'une manière ou d'une autre.
Laisser passer cela reviendrait à dire que dans le fonds tout cela n'est pas si grave. Faux. C'est au contraire très grave, et on devrait le crier haut et fort. On ne devrait pas accepter cela. Être solidaire des gens de Lac Mégantic doit aussi impliquer de se tenir debout, y compris vis-à-vis de ceux qui n'ont juste pas coeur.
Si la seule chose qui compte vraiment pour eux est leur fameux pétrole des sables bitumineux, si ces gens ne sont même pas capable de reconnaître qu'ils ont pu errer et faire des erreurs, s'ils veulent absolument s'entêter, comme cela est aussi le cas dans beaucoup d'autres dossiers touchant le Québec, alors on ne devrait plus rien avoir à faire avec eux. Point final.
Attendre jusqu'aux prochaines élections de 2015 serait tout autant beaucoup trop long.

***

(*) André Parizeau est le chef du Parti communiste du Québec (PCQ) (site internet : www.pqc.qc.ca) . Il est membre fondateur de Québec solidaire; il est aussi membre du Bloc Québécois, et secrétaire au sein d'un Comité de section à la Société St-Jean Baptiste de Montréal, dans son quartier à Ahunstic, dans le nord de Montréal.

Featured fdbf38dac82017a0cdd5a34eae7b44e3

André Parizeau39 articles

  • 49 057

Chef du Parti communiste du Québec (PCQ), membre fondateur de Québec solidaire, membre du Bloc québécois, et membre de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal (SSJBM)





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Martin Perron Répondre

    16 juillet 2013

    J'ai manqué les prestations de M. Lebel mais je crois aussi futile de viser une personne plutôt que de dénoncer, avec rage au coeur, la politique du gouvernement fédéral du gouvernement conservateur de Stephan Harper qui a permis ce crime et cette tragédie. Le ministère des transports canadien et son Bureau de la sécurité des transports ferroviaires canadien doivent être considérés comme criminellement responsables de cette tragédie à moins que les enquêtes en cours révèlent une véritable main criminelle à l'origine de cette catastrophe, ce qui serait dans l'ordre des choses très probables, mais qui ne seront jamais dites parce que les intérêts derrière ces actions sont trop puissants. Pensez-y un instant, même seul, comment un chef de train expérimenté, responsable d'un convoi de wagons-citernes comme celui-ci pourrait négliger de mettre les freins à ces derniers en un nombre suffisant?
    La démotion récente de M. Christian Paradis, député de Mégantic-Compton a-t-elle quelque chose à voir avec ces événements dramatiques? M. Paradis a-t-il exprimé des sentiments qui auront déplu à certaines personnes dont le Premier ministre du "Canada anglais", M. Harper?

  • Lise Pelletier Répondre

    14 juillet 2013

    En effet Mme Deschenes, où est donc Jean La pie rre, ex-ministre des transports de 2004 à 2006.
    A-t-il participé à cette déréglementation ?
    Tout heureux, il est certain d'être à l'abri des caméras en ce moment mais il ne perd rien pour attendre. Son tour viendra à l'automne.
    Tant qu'au minus Lebel, je demande également sa démission.

  • Archives de Vigile Répondre

    14 juillet 2013

    Denis Lebel est pire qu'un bullshiter, il est malhonnête, ratoureux et hypocrite. D'ailleurs le fédéral que ce soit les conservateurs ou les libéraux ont toujours utilisé des Québécois pour mettre le Québec à sa place, pour lui rappelé qu'il n'est qu'une province parmis d'autres qui fait le plus meilleur pays du monde.
    Effectivement d'autres ministres des transports ont cogité pour dérèglementer et l'un des derniers s'est même recycler en propagandiste du parti de l'économie disait-il avant de partir en vacance 2013 de son emploi de chroniqueur pour les l.......Il s'en est sorti de peu, plusieurs auraient été tentés de lui poser des questions, puisque lui-même se vante si souvent d'avoir été ministre des transports au fédéral. Comme on dit sauvé par la peau des fes...
    Harper et ses acolytes sont plus pressés d'investir les champs de compétences du Québec que de s'occuper de ce qui est de sa juridiction. Affamer et nuire au Québec est devenu une des activités favorites des fédéralistes, vraiment étonnée de ce qui vient d'arrivée! Poser la question c'est y répondre.
    Je suis pour la démission de Lebel pas besoin qu'il reste là pour se rappeler, qu'il clair la place.

  • Éric Lévesque Répondre

    13 juillet 2013

    En tout cas, ça va bon train pour que la MMA ne passe plus aux québec xD Désolé pour le calembour mais ça me tentait...

  • Archives de Vigile Répondre

    12 juillet 2013

    Je n'ai aucune sympathie pour Lebel.
    Cependant, le forcer à démissionner est futile.
    Il ne serait que le bouc émissaire d'un système et Harper en profitera pour dire que le Bloc Québécois exploite une tragédie nationale pour avancer ses intérêts politiques.
    Par contre, s'il reste en place, il nous rappellera constamment Mégantic jusqu'en 2015.
    Ce qu'il faut, c'est enfoncer le clou de la sécurité dans les transports pour forcer la réintégration du circuit de la MMA dans celui d'un grand réseau ferroviaire qui serait soit le CN et le CP. Avec la permission du Maine, bien sûr.
    S'attaquer à une personne est une perte de temps. S'attaquer à une cause nous fera remarquer.
    Ultimement, la crise économique va sans doute mener à l'intégration nord-américaine des sociétés de chemin de fer.