SOUS-TRAITANCE

Le milieu communautaire outré de la solution Leitão

402ffb296789598255902faa3d64492e

Et ce n'est que le début !

Le milieu communautaire dénonce avec indignation les propos tenus par le ministre des Finances Carlos Leitão lundi.

Devant l’Association des économistes du Québec, M. Leitão a affirmé que la prestation publique de service n’était pas nécessaire, ouvrant la porte à une sous-traitance au privé et aux groupes communautaires à but non lucratif. « Il y a énormément d’organismes communautaires qui peuvent livrer des services sociaux. Ça coûte moins cher que s’il s’agit d’un réseau », a-t-il déclaré. Il a donné l’exemple des services aux enfants handicapés.

« Nous nous indignons parce que le gouvernement présente cela comme une avenue pour économiser, en profitant de façon éhontée du fait que les conditions de travail sont moins bonnes dans le communautaire qu’au public ! », s’insurge en entrevue Mercédez Roberge, de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles.

« Dans le domaine de la santé et des services sociaux, la sous-traitance, souhaitée par le ministre Leitão, va à l’encontre des principes fondateurs de notre système de santé que sont la gestion publique, l’intégralité, l’universalité, la transférabilité et l’accessibilité des soins de santé. Nous nous opposerons vigoureusement à cette atteinte aux droits ! », a indiqué mardi dans un communiqué Nancy Bouchard, de la Coalition des tables régionales d’organismes communautaires.

« Nous ne sommes pas une solution de remplacement aux services publics », explique Mme Roberge. Elle ne digère pas que le ministre ait qualifié les organismes de « réseau étatique ». « Le financement moyen d’un groupe communautaire provient à moins de la moitié de subventions, rappelle-t-elle. Les groupes communautaires sont là pour prendre leurs propres décisions et pas pour être le lieu d’orientation d’un réseau public qui ne peut rendre les services, on ne deviendra pas les sous-traitants de l’État ! »

Mme Roberge affirme que le milieu se battra bec et ongles, tant pour le maintien des services publics que pour la préservation de l’indépendance du milieu communautaire.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé