Le maître et les esclaves

Le propre du maître est de l'être et de vouloir le demeurer. Le propre de l'esclave est d'être dominé et de vouloir cesser de l'être.

Québec 2007 - Tribune libre de Vigile

Quand la révolte gronde chez les esclaves, le maître sort le fouet.
Quand la révolte est si grande que le fouet n'y peut rien, le maître,
craignant plus que jamais de perdre sa dominance, tente autre chose: il se
fait plus doux et essaie alors d'amadouer ses esclaves. Il commence d'abord
par les complimenter, vante les caractéristiques du remarquable groupe
qu'ils forment, leur donne à l'occasion une double ration, leur promet
éventuellement trois rations par jour, plus une collation en soirée, et,
finalement, les assure qu'un jour, un jour propice, il agrandira leurs
chaînes et leur donnera de quoi s'acheter à chacun une cabane.

Chez les esclaves en révolte, deux groupes se
forment alors: les mous et les durs.

Devant l'ouverture manifestée par le maître, les mous estiment que
celui-ci a entr'ouvert la porte et qu'il faut entreprendre et poursuivre un
dialogue avec lui pour qu'il l'ouvre totalement. Se forment alors chez ces
derniers des leaders qui viennent haranguer leurs camarades en leur
affirmant qu'ils sont devenus copains avec le maître, qu'ils s'entendent
très bien avec lui, et que, si on leur fait confiance, ils viendront
éventuellement à le convaincre de les libérer de leurs chaînes. Le maître
en est heureux: il a désormais des petits copains qui, qu'ils le veuillent
ou non, l'aideront à maintenir sa domination sur ses esclaves.

Quant à eux, les durs, devant le nouveau
discours du maître, qui se fait maintenant plus doux, presqu'accommodant,
affirment qu'il s'agit là d'un subterfurge, que le maître n'entend pas
cesser de l'être, et que, même si, un jour, il coupait leurs chaînes, il
n'entendrait pas pour autant les libérer de son joug, qu'il fallait donc
continuer le combat pour se libérer à la fois des chaînes et à la fois de
l'emprise du maître.
Le propre du maître est de l'être et de vouloir le demeurer. Le propre de l'esclave est
d'être dominé et de vouloir cesser de l'être.
Dans cette perspective, le
maître a pour avantage la domination, et, les esclaves, eux, ont celui que
procure l'énergie générée par l'immense désir de s'affranchir, de retouver
la liberté de leurs mouvements et tous leurs pouvoirs, dont celui de
décider par eux-mêmes.
Le maître est comme le barrage qui retient l'eau,
mais le barrage lui-même accroit l'énergie générée par le désir et la
volonté des esclaves de se libérer de la domination du maître, et, un jour,
la pression sera telle, que le barrage cédera!

Gaston Boivin (Baie-Comeau)

-- Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/spip/) --


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé