Le Kosovo n'a rien à voir avec le Québec

DUI - Référendum - Kosovo (17 février 2008), Soudan (janvier 2011)

La Presse canadienne London — Les souverainistes québécois qui espèrent que la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo créera un précédent susceptible de leur être favorable interprètent de façon erronée deux situations très différentes, a affirmé hier le premier ministre Stephen Harper.
En fait, la reconnaissance du Kosovo comme État indépendant de la Serbie n'a rien à voir avec le Québec, selon le premier ministre canadien. «La situation du Kosovo est unique, et c'est pourquoi le gouvernement a agi comme il l'a fait.» Il y a eu la guerre là-bas, et les Kosovars ont terriblement souffert, a-t-il rappelé.
Les violences dans cette région du monde ont entraîné l'intervention de la communauté internationale, qui a constitué une autorité sous la direction des Nations unies, ce qui s'est traduit par un «État séparé de facto», a dit M. Harper. Cela a ouvert la voie à la déclaration d'indépendance du pays le 17 février, a-t-il ajouté.
Ottawa a attendu près d'un mois avant de reconnaître formellement le nouvel État, et certains ont émis l'hypothèse que le Canada ne se prononçait pas pour éviter de susciter toute comparaison avec le Québec.
Des indépendantistes québécois, qui ont suivi de près le dossier kosovar, ont accueilli avec satisfaction la décision d'Ottawa de reconnaître finalement le Kosovo. Ils avancent que cette décision ouvre la voie à une éventuelle reconnaissance d'un Québec indépendant — si c'est ce que les Québécois veulent. «Un peuple décide de devenir un pays et d'autres pays reconnaissent le fait, a déclaré plus tôt cette semaine le député péquiste Daniel Turp. Et ce qui est particulier dans ce cas-ci, c'est que la Serbie est contre l'indépendance d'une de ses composantes... et les autres pays ne tiennent pas compte de cette objection.»
Hier, M. Harper a soutenu que la plupart des Québécois en ont assez d'entendre parler de séparation et qu'ils souhaitent simplement continuer à vivre comme des Canadiens.
Une trentaine de pays ont reconnu le nouvel État du Kosovo depuis que la province s'est déclarée indépendante — à la consternation de la Serbie, qui considère cette déclaration illégale en vertu d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé