Le hockey... objet de fierté nationale

Tribune libre


La chronique de Maurice Dumas, parue dans Le Soleil du 10 décembre, faisait référence à un numéro spécial du mensuel « Hockey Le Magazine », consacré aux 100 meilleurs québécois de la Ligne nationale de hockey, sélection effectuée par neuf membres de différents médias, dont Maurice Dumas.
À titre d’exemples et aussi pour vous rappeler de bons souvenirs, je vous en cite quelques uns : Maurice Richard, Jean Béliveau, Jacques Plante, Henri Richard, Guy Lafleur, Mario Lemieux, Raymond Bourque, Patrick Roy, Martin Brodeur, Mike Bossy, Denis Potvin, Gilbert Perreault, Marcel Dionne, Michel Goulet, Denis Savard, Pierre Turgeon, Yvan Cournoyer, Jean Ratelle, etc…
Dans le top 100 de Maurice Dumas, se retrouvent 53 noms de joueurs ayant endossé l’uniforme du Canadien de Montréal, un chiffre impressionnant qui démontre hors de tout doute l’importance de l’apport des joueurs québécois aux succès des « Glorieux » !
Des statistiques qui illustrent à merveille les talents des hockeyeurs qui ont toujours foisonné et qui foisonnent encore aujourd’hui au Québec. Le hockey est notre sport national…le sport préféré des Québécois, de toutes couches sociales confondues.
En ce sens, j’ai la conviction qu’il serait opportun, pour souder notre sentiment d’appartenance au Québec, de relancer le projet des années ’80 de Me Guy Bertrand, à savoir la formation d’une équipe nationale de hockey québécoise qui participerait aux championnats mondiaux de hockey junior en décembre et professionnel en avril.
De toute façon, nous avons toujours eu ici au Québec du talent à revendre et nous sommes ainsi assurés de bâtir une équipe compétitive, compte tenu des succès antérieurs obtenus par les centaines de joueurs québécois qui ont évolué sur les patinoires nord-américaines et européennes depuis des décennies!
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2041 articles

  • 1 432 382

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



6 commentaires

  • Stefan Allinger Répondre

    12 décembre 2011

    Bonjour M. Marineau,
    Vous me faites un énorme plaisir ce matin.
    La formation d'équipes nationales est un de mes chevals de bataille depuis sept ans. Selon moi, le jour où nous aurons nos équipes sportives, l'indépendance du Québec ne sera pas loin.
    En août 2012 aura lieu la première Coupe Québec avec une équipe formée de joueurs québécois qui compétitionnera contre trois autres pays, probablement la France , la Suisse et l'Italie. Ce sera une occasion unique de montrer aux dirigeants de hockey de la planète qu'inclure une Équipe Québec lors de compétitions internationales est payant au niveau des cotes d'écoutes et des revenus divers. Aussi, les restaurateurs et les propriétaires de bars du Québec vont augmenter leurs revenus, les québécois vont dépenser des millions de dollars pour acheter des casquettes, des chandails, des billets etc... Je pense que l'argument économique peut faire changer les choses alors il faut informer les dirigeants du hockey que leurs revenus vont augmenter avec l'ajout d'Équipe Québec.
    La pression des autres pays sur le Canada fera plier ce dernier qui refuse la présence d'Équipe Québec pour des raisons purement politique.
    Au niveau du hockey, notre équipe masculine serait facilement dans le top 10 mondial alors qu'au niveau féminin elle serait dans le top 5 et peut-être même le top 3.
    Former des équipes nationales est une idée rassembleuse, positive et rempli d'espoir.
    Voici un site que j'ai crée pour promouvoir la création d'équipes nationales:
    http://equipesnationalesduquebec.yolasite.com
    N'hésitez pas à me contacter pour organiser quelque chose afin de promouvoir cette idée.
    PS. Les Nordiques ne seront pas l'équipe nationale du Québec alors il faut oublier l'obligation d'avoir des joueurs québécois. Cette équipe sera une entreprise privée au service des actionnaires de l'équipe. Seule une équipe nationale aura le mandat de regrouper des québécois.
    Hommage à M. Guy Bertrand pour son dévouement à cette cause.
    Gardons espoir!

  • Archives de Vigile Répondre

    12 décembre 2011

    C'est vrai que les Québécois qui jouent dans la NHL ne sont pas très chauds au projet. Ils ne veulent pas être étiquettés "separatissssss".
    Il faut contourner l'obstacle en demandant plutot le support d'anciens joueurs de la NHL.
    Rappelons que le projet ne vise pas seulement une équipe de hockey, mais une équipe dans tous les sports d'équipe, du ski au volley-ball. Comme l'Écosse et Porto-Rico.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 décembre 2011

    Le hockey coule dans nos veines comme le St-Laurent et le sirop d'érable. Il n'est pas normal que le Québec n'ait toujours pas son équipe nationale en 2011!
    J'entendais Daniel Paillé hier dire qu'il allait être concret. En voilà un dossier concret. En voilà un dossier rassembleur capable de ratisser très large.
    Le rôle du Bloc c'est de relancer ce dossier en allant chercher des appuis. Qu'il fasse le tour de tous les partis politiques. Qu'il aille chercher l'appui d'anciens joueurs.
    Qu'il se promène dans les émissions de sports. Qu'il lance une pétition sur internet. Go Daniel Go.
    @M. Goyette. SVP. ne mélangez pas les Nordiques avec Équipe-Québec. Ce sont 2 dossiers complètement différents.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 décembre 2011

    Le projet, appelons le plutôt le rêve, est associé au SOUVERAINISME. Le baiser de la mort!
    Pas un politicien fédéraliste du Québec, même les plus nationalistes, n'est pour. Pas un joueur québécois de la LNH n'est pour. Pas un politicien souverainiste n'en a fait son cheval de bataille, malgré la représentativité anémique des joueurs québécois aux olympiques et au tournoi mondial de hockey junior annuel. Les joueurs québécois qui se prononcent prêtent allégeance au Canada. Me Guy Bertrand a jusqu'ici crié dans le désert. Pour couronner le tout c'est Ottawa qui décide.
    Au PQ on aurait intérêt à mieux jouer cette carte. En faire un argument majeur en faveur de la souveraineté. Voilà un argument accessible à tous (même aux mal-informés de Bonaventure). ET SE FAIRE INSISTANT. Les élites fédéralistes nationalistes qui s'opposent au projet passeront alors pour ce qu'il sont, des anti-Québec.

  • Archives de Vigile Répondre

    11 décembre 2011

    Oui, et M. Noël arrive à nous persuader que ce "sport" est le dernier bastion de rassemblement chez nous... Malheureusement, si c'est le prix à payer pour faire hurler à l'unisson la meute, nous sommes quelques-uns à croire que l'effet est plutôt canadianisant... et quand on voit les grands talents détruits par banditisme, c'est plus la peine.
    Mais c'est pas nouveau: rappelons-nous la face ensanglantée du Rocket analphabète victime de bulleying pendant que l'ennemi héréditaire le retenait par derrière...

  • Archives de Vigile Répondre

    11 décembre 2011

    M.Marineau
    Je préfère passer sous silence le fait qu'à Québec, l'ambiance canadianisatrice prédomine au Colisée et qu'un jeune joueur junior russe ou slovaque se voit offrir des cours en anglais comme tremplin afin de poursuivre une carrière aux USA. Les frères Stasny sont l'exception à la règle et méritent notre toute admiration.
    A défaut d'une équipe pure-laine québécoise, les souverainistes pourraient s'inspirer du modèl sportif d'une équipe de hockey de la LNH où rien ne sort de la chambre des joueurs de ce qui se dit en "caucus privé" si vous voyez où je veux en venir.
    Quoique depuis que Dale Hunter (un ancien des Nordiques) a remplacé Bruce Boudreau comme entraineur des Capitals de Washington, l'équipe s'est mise à regagner et Aleksandr Mikhaïlovitch Ovetchkine a retrouvé ses ailes.