Rencontre Legault / Trudeau

Le gros bout du bâton à François Legault

Paroles, paroles et encore des paroles…

Tribune libre

 


Le moins qu’on puisse dire, c’est que François Legault joue franc jeu avec Justin Trudeau en lui présentant sa liste d’« épicerie », à savoir l’immigration, les compensations pour les demandeurs d’asile, les infrastructures, l’économie et la possibilité pour les Québécois de remplir une déclaration de revenus unique...et tout cela, à la veille d'une campagne électorale fédérale.



En ce qui a trait plus particulièrement à la déclaration de revenus unique, M. Legault ne s’est pas gêné pour alléguer que les conservateurs d’Andrew Scheer, le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique se sont déjà exprimés en faveur de cette demande de Québec. À cet effet, il est bon de rappeler que M. Trudeau s’est opposé en mai 2018 à une déclaration de revenus unique qui serait administrée par le gouvernement québécois, malgré le consensus de l’Assemblée nationale.



Quoique François Legault ait reconnu que l’introduction d’une déclaration de revenus unique gérée par le Québec occasionnerait des pertes d’emplois chez les fonctionnaires, il avance qu’on pourrait créer d’autres emplois « plus efficaces » pour des employés « qui font exactement la même chose » au fédéral comme au provincial, et tout cela pour une masse salariale de 500 millions $ en dédoublement.



À mon point de vue, le premier ministre du Québec détient « le gros bout du bâton » dans cette joute stratégique entre les deux paliers de gouvernements. La balle est maintenant dans le clan des libéraux fédéraux qui ont tout avantage à se montrer à l’écoute des demandes du gouvernement Legault s’ils désirent accroître leur députation au Québec à l’automne 2019. 


Paroles, paroles et encore des paroles…


Voici quelques extraits de la conversation tenue lors de la rencontre entre Justin Trudeau et l'épouse du blogueur Raif Badawi, Ensaf Haidar.


Tout d’abord, concernant cette rencontre officielle avec le premier ministre, Mme Haidar raconte que « M. Trudeau [lui] a donné la promesse qu'il va faire quelque chose [...] Je ne sais pas c'est quoi sa stratégie, mais il m'a promis de faire quelque chose. »


Elle a aussi profité de cette rencontre pour demander à nouveau à Justin Trudeau d'octroyer la citoyenneté canadienne à son mari. [Justin Trudeau] n'a pas dit oui, il n'a pas dit non. Il dit qu'il va voir, répond Ensaf Haidar.


Enfin, Ensaf Haidar a aussi cherché à avoir des détails sur la rencontre que M. Trudeau a eue avec le prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane, en marge du sommet du G20 en décembre dernier. Il m'a dit qu'il a parlé de Raif [...] Mohammed ben Salman a dit : « On va voir », souligne-t-elle.


En bref, des mots creux qui donnent une impression de vide, la gueule de bois à son meilleur. Paroles, paroles et encore des paroles…



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1260 articles

  • 1 167 439

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Henri Marineau Répondre

    20 janvier 2019

    Pour une des rares fois dans l’histoire politique du Québec, un premier ministre est en voie de mettre de l’avant les promesses électorales faites lors de la dernière campagne.

    À cet effet, la dernière rencontre de François Legault avec Justin Trudeau ne laisse planer aucun doute sur les velléités de Québec, tant sur le plan d’une déclaration de revenus unique que de la diminution des seuils d’immigration, pour ne nommer que celles-là.


    Sur un autre plan, le chef du gouvernement n’est pas un novice en politique et de ce fait, il entretient fort à propos le rapport de force face à Justin Trudeau qui s’apprête à entamer une campagne électorale au cours de laquelle il rencontrera sur son chemin les demandes de Legault.


    Du côté de la population québécoise, il m’apparaît clair que le premier ministre du Québec bénéficie actuellement de la cote de popularité des Québécois qui, depuis belle lurette, n’ont pas vu un premier ministre bien en selle, prêt à défendre les intérêts du Québec en priorité, notamment ses intentions de conserver les sièges sociaux au Québec.