Le franglais lamentable de Trudeau

Tribune libre

Comment des Québécois peuvent-ils voter pour un chef qui ne sait même pas parler français?

Un homme qui «adresse» les problèmes, qui parle d’égalité des «opportunités» et «d’opportunités» d’emploi, qui veut donner aux gens «ce qu’ils ont de besoin», qui veut «investir dans le vieillissement», et tutti quanti.

Mulcair et même Harper parlent mieux français que Trudeau.

Bien peu de journalistes ont eu le professionnalisme de souligner, et encore moins de dénoncer, ce manque de respect pour notre langue. En voici deux ci-dessous. Que font donc tous les autres?

- Vincent Marissal, La Presse, 14 octobre : «En français, M. Trudeau nous a improvisé une réponse parfaitement incompréhensible, hier matin. « Moins de 1 %, pour nous, ça va avoir l’impact d’adresser l’utilisation de consultants par ce gouvernement qui font un excès et aussi de regarder si y a des crédits d’impôt qui aident vraiment seulement les mieux nantis des mieux nantis », a-t-il dit en patinant maladroitement. Les journalistes francophones se sont regardés du coin de l’œil, perplexes.»

- Lysiane Gagnon, La Presse, 26 septembre : «Le niveau de langue de Justin Trudeau, en français, est celui d’un cégépien anglophone qui aurait passé quelques années dans une classe d’immersion. Contrairement à Stephen Harper qui a appris le français à l’âge adulte, mais s’exprime clairement (parce qu’il a les idées claires), contrairement à Thomas Mulcair qui parle français avec naturel et aisance, Justin Trudeau est à court de mots, incapable de faire des phrases structurées et de développer une pensée le moindrement cohérente.Il faut l’entendre : il veut être « partenaire aux provinces », il évoque les « infrastructures sociaux », il ânonne qu’« on ne peut pas avoir un État qui impose comment une femme ne devrait pas s’habiller »…

Squared

Louis Fournier34 articles

  • 51 351

* Journaliste et syndicaliste à la retraite, Louis Fournier a travaillé à
CKAC, Québec-Presse, Le Jour et Radio-Canada, puis au Fonds de solidarité et
à la FTQ. Il a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire du Québec et celle
du mouvement ouvrier.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    17 octobre 2015

    Qu'il parle franglais, ça s'explique par sa vie dans une famille mixte. On pense à Charest, Mulroney etc... ils parlent 2 langues secondes.
    Mais la raison pour ne pas en faire un P.M., c'est sa grave atteinte respiratoire. Pas besoin d'un doctorat en médecine pulmonaire pour observer qu'il est incapable de formuler une phrase complète sans reprendre son souffle dans un râle audible. Affection congénitale, traumatisme à la boxe, maladie évolutive (cancer)? Nul n'en fait mention. Faudrait que son dossier médical soit rendu public, pour éviter la répétition du cas Jack!