La journée de 17 octobre 2018 passera certes à l’histoire…

Le cannabis à rabais / Le "cannarisque"

Toutefois, je suis d’avis qu’il faudra patienter quelques années avant de connaître ce que l’histoire en retiendra!

7152887609700f0d050b1114f0394132

Tribune libre

Comme la plupart des lecteurs, en ce mercredi 17 octobre 2018, jour 1 de l’application de la loi sur la légalisation du cannabis au Canada, j’étais curieux de lire dans mon quotidien comment la presse nous présenterait cet événement « historique ».


Après quelques lignes de l’article à la une justifiant les objectifs ayant guidé le gouvernement Trudeau dans l‘élaboration de cette loi, je suis tombé sur un paragraphe ayant trait aux coûts que le consommateur devra payer dans une succursale de la Société québécoise du cannabis (SQDC).


Or, on y apprend que certains produits se vendent au double du prix que le consommateur doit payer sur le marché noir… Stupéfaction! Alors que l’un des buts recherchés par la loi sur la légalisation du cannabis est de contrer sa vente sur le marché noir, ne serait-ce pas normal de penser que le consommateur de 18 ans et plus continuera de se procurer son cannabis « à rabais » auprès de son pusher habituel?


À mon avis, seuls les novices et les gens bien nantis se procureront leur cannabis dans une succursale de la SQDC, les premiers par mesure de sécurité, les seconds parce qu’ils en ont les moyens… En ce qui a trait aux habitués moins fortunés, la vie risque de continuer comme avant !




Le "cannarisque"


Des files de quelque mille personnes attendaient patiemment l’ouverture de la première succursale québécoise de cannabis (SQDC) pendant des heures lors de la journée « historique » du 17 octobre 2018 marquant le début de la légalisation du pot au Canada qui devient ainsi le second pays au monde, après l’Uruguay, à emboîter le pas dans cette voie.


Or, pendant les deux heures de l’émission spéciale de 24/60 à RDI sur la légalisation du cannabis, j’ai très peu entendu de la part des spécialistes invités quelque commentaire sur les « risques » liés à la consommation du pot.


Pourtant, il en existe. À titre d’exemples, on peut citer le risque d’attirer de nouveaux consommateurs, le risque de retourner l’avantage vers le marché noir compte tenu des prix élevés dans une succursale de la SQDC, le risque de banalisation de la consommation du cannabis liée à l’ouverture massive des succursales, les risques liés à la santé suite à l’utilisation abusive du cannabis, et enfin, les risques pour les jeunes consommateurs en bas de l’âge légal de 18ans d’imiter leurs aînés et de consommer sans aucun sentiment de crainte ni d’appréhension eu égard à leur santé.


La journée du 17 octobre 2018 passera certes à l’histoire… Toutefois, je suis d’avis qu’il faudra patienter quelques années avant de connaître ce que l’histoire en retiendra!


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1206 articles

  • 1 170 954

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Henri Marineau Répondre

    25 octobre 2018

    Quand vous voyez la file d'attente pour acheter du pot, croyez-vous que les Québécois

    sont "quelque chose comme un grand peuple" ?


  • Henri Marineau Répondre

    19 octobre 2018

    Modification au texte intitulé "Le cannarisque":


    Deuxième paragraphe lire "...la légalisation du pot" au lieu de "...la consommation du pot"