Dans quel merdier patauge la francophonie?

Paradoxes à l'OIF

9fae22d5e92f976eab074e5c924db164

Tribune libre

Sans grande surprise, la Rwandaise Louise Mushikiwabo a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) devant Michaëlle Jean. Rappelons que, parmi les missions tracées par le Sommet de la francophonie, l’OIF doit, entre autres, promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique ainsi que la paix, la démocratie et les droits de l’homme.


Or, c’est bien connu sur la scène internationale, les droits de l’homme sont bafoués au Rwanda. À titre d’exemple, il est fréquent que les forces policières s’ingèrent dans le fonctionnement de la Ligue rwandaise des droits de l’homme et arrêtent fréquemment des membres de cette organisation lors des manifestations. Par ailleurs, depuis 2010, le Rwanda a délaissé le français au profit de l'anglais comme langue officielle.


Conséquemment, il m’apparaît clairement paradoxal qu’une Rwandaise dont le pays d’origine contrevient nettement à deux missions essentielles de l’OIF occupe le plus haut siège de l’Organisation… En termes clairs, comment voulez-vous que Mme Mushikiwabo puisse bénéficier de quelque crédibilité lorsqu’elle abordera, par exemple, la promotion de la langue française ou la défense des droits de l’homme?


https://vigile.quebec/articles/oif-quatre-ans-de-malheurs





Henri Marineau, Québec



Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1202 articles

  • 1 170 959

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé