Égalité et Laïcité

Laïcité et laïcité « ouverte »

Liberté, égalité, laïcité, et la démocratie sera mieux gardée.

Laïcité - Débat québécois


Communication au colloque du Comité citoyen pour l’égalité et la laïcité (CCIEL)
le 21 mai 2010
Les protagonistes de la laïcité dite « ouverte » la présentent comme une laïcité tolérante, respectueuse et pluraliste, face à la laïcité tout court qu’ils qualifient de fermée, radicale, rigide ou sévère.
Son crédo a été exposé dans le Manifeste pour un Québec pluraliste, publié le 3 février 2010 dans Le Devoir sous la signature d’un collectif d’auteurs animé par le philosophe Daniel Weinstock.
Les traits saillants de ce manifeste sont un appel à l’acceptation de signes ostentatoires religieux dans les institutions publiques et le rejet de la revendication d’une charte de la laïcité.
Les exemples abondent pour illustrer ses conséquences néfastes et démontrer le bien-fondé des principes affirmés dans la Déclaration Pour un Québec laïque et pluraliste, publiée le 16 mars 2010 dans Le Devoir par un collectif d’intellectuels pour la laïcité à l’initiative du sociologue Guy Rocher et de l’anthropologue Daniel Baril, notamment :

* qu’un authentique pluralisme et le plein respect de la liberté de conscience supposent que l’État et ses institutions soient neutres à l’égard des croyances religieuses et de l’incroyance;
* que la laïcité en est la condition essentielle du pluralisme;
* qu’elle est la seule voie d’un traitement égal et juste de toutes les convictions, parce qu’elle n’en favorise ni n’en accommode aucune, pas plus la croyance religieuse que l’athéisme;
* qu’elle est une condition essentielle de l’égalité entre les hommes et les femmes.

Pour reprendre les termes employés par Régis Debray dans un récent article intitulé « L’enseignement du fait religieux dans l’école laïque », cités dans la revue Cité laïque (no 16, printemps 2010, p. 15) :

Le principe de laïcité place la liberté de conscience (celle d’avoir ou non une religion) en amont et au-dessus de ce qu’on appelle la « liberté religieuse » (celle de pouvoir choisir une religion). En ce sens, la laïcité n’est pas une option spirituelle parmi d’autres, elle est ce qui rend possible leur coexistence, car ce qui est commun en droit à tous les hommes doit avoir le pas sur ce qui les sépare en fait.

La laïcité dite « ouverte » se révèle par contre comme une négation de la laïcité puisqu’elle permet toute forme d’accommodement des institutions publiques aux privilèges réclamés par telle ou telle religion.
Ces aménagements s’ajustent aux objectifs des groupes religieux qui cherchent à faire prévaloir leurs principes sur les lois en vigueur.
Cela est illustré de manière percutante dans le livre de Diane Guilbault, Démocratie et égalité des sexes, paru en 2008 (la revue Cité laïque déjà mentionnée en reproduit des extraits, p. 22-23). L’auteure rappelle en particulier ce jugement prononcé dans un cas de viol d’une jeune musulmane par son père. Le juge avait invoqué comme circonstance atténuante le fait que la relation sexuelle n’avait pas été une relation vaginale et que l’accusé avait ainsi d’une certaine façon protégé la victime en préservant sa virginité, une valeur très importante dans la religion des personnes en cause.
Diane Guilbault rappelle aussi cette revendication, formulée par un groupe islamiste, de la reconnaissance de tribunaux fondés sur la charia en Ontario en 2004. Le groupe en question avait réussi à convaincre la procureure générale de l’Ontario, Marion Boyd, que ce projet était en pleine conformité avec le multiculturalisme et la liberté religieuse protégée par la Charte canadienne des droits.
L’organisme Droits et démocratie avait alors prononcé un vibrant plaidoyer contre une telle idée, qui aurait eu pour effet d’en finir avec la notion d’égalité devant la loi et de privatiser le droit de la famille au profit d’autorités religieuses… ».
À signaler que Charles Taylor et Daniel Weinstock, défenseurs du multiculturalisme et de la laïcité « ouverte » et opposés à une charte de la laïcité, ont appuyé cette demande d’un tribunal fondé sur la charia.
Taylor, rappelle Diane Guilbault, a « regretté la décision du gouvernement ontarien de rejeter la demande ». Quant à Weinstock, « il a louangé le rapport Boyd » qui voulait, selon lui, « institutionnaliser un partenariat entre le droit institutionnel canadien et la charia ».

Une nécessaire charte de la laïcité
Pour être neutre, l’État doit se déclarer neutre. Bien que les tribunaux aient statué qu’il n’y avait pas de religion d’État au Québec et au Canada, nos législations souffrent d’un déficit en cette matière puisque la laïcité de l’État n’est nulle part affirmée.
La protection législative de la laïcité est donc essentielle.
L’avocat Jean-Claude Hébert l’a bien expliqué dans des articles intitulés « Une laïcité à affirmer », publié dans La Presse du 31 octobre 2009, et « Laïcité et suprématie de Dieu », publié dans Le Devoir du 21 décembre 2009 :
Le préambule de la Charte canadienne des droits et libertés affirme la suprématie de Dieu. Nulle part dans notre aménagement constitutionnel, le caractère laïc, séculier ou neutre de l’État (canadien ou québécois) n’est-il affirmé. Ce sont les juges qui, à la pièce, ont façonné la reconnaissance de fait du principe de la séparation de l’Église et de l’État.
Comment savoir si, éventuellement, les tribunaux donneront préséance au principe non écrit de laïcité de l’État sur la suprématie de Dieu (et la liberté religieuse), celle-ci étant burinée dans le bronze de la constitution canadienne ?

D’où la nécessité de combler ce vide juridique en amendant la Charte des droits et libertés de la personne du Québec pour y inscrire le principe de la laïcité de l’État et de ses institutions, et en adoptant une nécessaire Charte de la laïcité.

Quelques mots sur le multiculturalisme
Pour conclure cette présentation, j’aimerais citer l’extrait suivant d’un article intitulé « Le multiculturalisme est une politique généreuse devenue discriminatoire », publié dans Le Devoir, le 3 avril 2007, dont l’auteur est l’écrivain et cinéaste Jacques Godbout, co-fondateur du Mouvement laïque de langue française dans les années 1960 :
[…] si les soutanes et les cornettes ont disparu, c’était pour une bonne raison : nous devions accéder à la liberté d’expression et au droit de penser par nous-mêmes. Les évêques catholiques ne régissent plus la vie sociale, ils n’osent plus interdire de danser ou de voir certains films.
Il n’y a plus de censure religieuse, pourquoi en accepter de nouvelles au nom du multiculturalisme ?

La foi est du domaine privé. Les organisations religieuses, prétendant représenter Dieu sur terre, sont à la recherche du pouvoir, et c’est une lutte de pouvoir à laquelle nous assistons présentement. On ne peut ignorer que les religions sont des systèmes de contrôle de la pensée, du temps de loisir, de la nourriture et de la sexualité.
Ainsi, dans l’Église catholique, comme chez les juifs ou les musulmans, la femme a un statut inférieur. Elle n’a pas accès à la prêtrise, par exemple, et si la musulmane doit cacher ses cheveux, c’est qu’elle n’est pas, comme le mâle, faite à l’image de Dieu. L’égalité entre la femme et l’homme est une proposition laïque à laquelle une majorité de musulmans et de juifs modérés adhèrent, c’est aux organisations religieuses de s’accommoder.
Le multiculturalisme canadien, ou québécois, est une politique naïve et généreuse qui est devenue, par un effet pervers, discriminatoire. En voulant assurer des relations harmonieuses entre les diverses cultures issues de l’immigration, en encourageant chacune d’elles à s’épanouir, le multiculturalisme a favorisé la ghettoïsation et l’apparition de barons ethniques qui se sont empressés d’exercer le pouvoir sur leurs communautés. C’est le théâtre des « porte-parole », un imam ici, une jeune musulmane là, un délégué des juifs ici, un évêque à Québec, un conseiller municipal à Chicoutimi, et chacun de venir se présenter en victime d’une laïcité intolérante !
Nous sommes les jouets de provocations systématiques auxquelles les médias donnent des échos bruyants. Des religieux prosélytes veulent se présenter en victimes ou en martyrs, nous serions de faibles démocrates si nous acceptions d’entrer dans ce jeu.
Il faut peut-être remettre en question certaines formulations des Chartes des droits (canadienne ou québécoise), car elles encouragent visiblement la confusion plutôt que la tolérance. De même que la loi 101 a clarifié le statut du français en mettant fin à la lutte des langues, une « loi 102 » affirmant la laïcité de l’État québécois mettrait fin aux prosélytismes de toute nature. Liberté, égalité, laïcité, et la démocratie sera mieux gardée.

Jacques Godbout mentionne dans cet article qu’il est résident d’un arrondissement de Montréal qui avait été dénommé Érouv’ville par un caricaturiste lors de la crise des « accommodements raisonnables ».
À ne pas confondre avec la désormais célèbre Hérouxville qui s’est fait connaître par son « code de vie », l’Érouv’ville en question est ce quartier de Montréal où les membres d’une confession religieuse s’approprient librement une partie de l’espace public en érigeant des « érouvs » aux fins de leurs pratiques religieuses, en conformité avec l’accommodement déraisonnable recommandé par les commissaires Gérard Bouchard et Charles Taylor au nom de la tolérance et de laïcité « ouverte ».


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé