DES MÉDECINS DÉCOURAGÉS PAR LES QUOTAS DE BARRETTE

La révolte gronde en médecine familiale

0a5f230511d6379f14137f4b37a57f0d

Le mépris de Barrette

Les médecins de famille qui suivent les patients les plus vulnérables et complexes seraient davantage pénalisés par le projet de loi 20 de Gaétan Barrette, qui leur imposerait des quotas. Révoltés, ils dénoncent cette « dictature » qui, disent-ils, favorisera le volume au détriment de la qualité.

Ils suivent des patients âgés, toxicomanes ou schizophrènes. Des femmes enceintes immigrantes et vulnérables ou des malades chroniques. Ces médecins de famille ont confié au Devoir qu’il leur serait impossible d’atteindre les quotas présentés à leur fédération médicale par Québec, deux semaines avant le dépôt d’un projet de loi reçu comme un coup de poing. Un mouvement de fond s’organise. Un groupe Facebook a réuni près de 2000 médecins en colère en quelques jours.

Le Dr Vincent Demers se consacre à ce qu’il appelle les « populations oubliées ». Après avoir travaillé dans le Nord-du-Québec et auprès de communautés autochtones éloignées, il se consacre maintenant à la population du centre-ville de Montréal. Itinérants, toxicomanes, personnes vivant avec une maladie mentale… C’est son lot quotidien. En plus, il assume des gardes de 7 jours en soins palliatifs. Avec le projet de loi 20, sa rémunération serait amputée, estime-t-il, même s’il travaille à temps plein.

«Non, je n’ai pas mille patients ! », dit-il. Déjà, son choix de carrière est moins « payant », par choix. « Là, on va me pénaliser encore plus ! » dit-il, découragé. « Alors que les médecins devraient être utilisés pour les patients qui sont les plus complexes et que les infirmières devraient s’occuper des autres, le projet de loi 20 est un incitatif à exactement le contraire ! », croit-il. « Je pense que ces quotas sont peut-être atteignables quand on a moins de 20 % de patients vulnérables. Peut-être. »

Mobilisation importante

« Non seulement on a l’impression qu’on méprise notre travail, mais on est surtout inquiets pour nos patients. Le gouvernement veut parler d’eux en termes de volume. Mais monsieur X, ce n’est pas un numéro ! », s’insurge la Dre Sofia El Kahel.

Vendredi, elle a pris l’initiative, avec des collègues, de créer un groupe sur Facebook. Lundi, le Regroupement des médecins omnipraticiens contre une dictature en santé atteignait près de 2000 membres. Il y a 8000 omnipraticiens au Québec. « C’est un mouvement spontané, parce que les médecins de famille sont horrifiés depuis vendredi midi ! »

La Dre El Kahel pratique depuis un an et demi. Ses semaines se partagent entre l’urgence, où elle assume 12 quarts de travail par mois, et les étages d’un hôpital de la Rive-Sud de Montréal. Pour des semaines de 55 heures en moyenne, dont des nuits. « On estime qu’il faudrait que je fasse 19 quarts de travail à l’urgence par mois pour être exemptée de prendre une clientèle en cabinet. Donc, on me dit que je ne travaille pas assez, c’est révoltant ! »

Dans le futur, la jeune médecin aimerait suivre des patients en cabinet. Mais pas à la chaîne. « On nous apprend à l’école à montrer de l’empathie, à passer du temps avec nos patients. Là, ça va être 5 minutes ? Ça va brimer les patients ! »

Dernièrement, une collègue résidente de la Dre El Kahel s’est suicidée, vraisemblablement incapable de supporter davantage de pression. « Je la connaissais, ça m’a beaucoup touchée. On parle de détresse des médecins, et là, ce projet de loi arrive… »

La Dre Isabelle Leblanc, qui travaille dans Côte-des-Neiges, a souvent besoin d’un interprète pour communiquer avec ses patients. Elle supervise aussi des étudiants, assume des gardes en soins palliatifs et est présidente de Médecins québécois pour un régime public (MQRP). Elle ne suit pas 1000 patients. « Les soins, ce n’est pas mathématique », dénonce-t-elle, en son nom personnel. MQRP n’a pas encore pris position.

Problème réel, mais le bon remède ?

La Dre Vania Jimenez ne donne pas tort au ministre Gaétan Barrette sur toute la ligne. Elle rêve d’une meilleure intégration des soins et de réels suivis par les médecins de famille. « J’aimerais voir la relève s’investir davantage dans la prise en charge réelle. De la vraie médecine de famille, pas du dépannage et du sans rendez-vous sans engagement réel envers le patient. Mais est-ce qu’une grosse loi, c’est la bonne façon d’y arriver ? »,demande-t-elle.

Cette médecin de famille s’occupe de ce qu’elle appelle la clientèle la plus « crève-coeur » de l’île de Montréal. À la Maison bleue, ses patientes sont enceintes, parfois des suites d’un viol. Elles vivent dans la pauvreté, peuvent être victimes de violence conjugale. « Si je roule au nombre avec elles, on rate le coche. Ici, on travaille ensemble, les infirmières, les sages-femmes, les travailleuses sociales, et on sort heureux de notre journée ». La Dre Jimenez ne croit pas atteindre la moitié du quota de patients que Québec voudrait lui faire prendre en charge avec le projet de loi 20.

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, accuse le ministre de manipuler les chiffres pour faire paraître les médecins de famille paresseux.

Gaétan Barrette prétend que « 59 % des médecins de famille travaillent moins de 175 jours par an, pour une moyenne annuelle de 117 jours ».« Je peux aussi dire l’inverse,affirme le Dr Godin. J’ai 80 % des médecins qui travaillent une moyenne de 216 jours. Et les statistiques du Dr Barrette incluent les médecins en congé de maternité et de maladie ! »

Le Dr Godin accuse même le ministre de viser les jeunes femmes médecins, celles-là qui prennent des congés de maternité ou peuvent temporairement travailler moins pendant que les enfants sont petits. « Il faudrait qu’il montre un peu plus de respect pour celles qui représentent 50 % des médecins de famille », estime le Dr Godin.

La FMOQ dit avoir présenté des solutions à Québec. « Ça fait 18 mois que c’est sur la table et personne n’a voulu en parler. »


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé