La refondation du PQ. Encore.

4a58fb860f82d4a0ea0965fe1bbf60ad

« Mais les dirigeants péquistes comprennent-ils qu’une bonne partie de leurs électeurs sont rendus à la CAQ, et pas seulement chez QS ? »


Si on en croit les péquistes qui, en fin de semaine, étaient rassemblés en congrès, leur parti serait prêt à soulever les montagnes. Mieux : le PQ se concentrera sur le combat pour l’indépendance. Un cynique écrirait : encore une fois.


Le PQ dispose de peu d’espace politique. La CAQ occupe le terrain du nationalisme « identitaire » alors que QS occupe celui du progressisme « souverainiste ».


Nationalisme


Mais les péquistes ne devraient pas s’enthousiasmer trop rapidement.


La déclaration de principe sur laquelle ils étaient invités à se prononcer était tristement fade. On peinait à y retrouver une vision enracinée de la nation, comme si cette dernière devait encore se soumettre au politiquement correct qui aseptise tout.


Ainsi, dans la vidéo de lancement du congrès, on parlait des « racines autochtones et européennes » du Québec. Cette formulation se veut généreuse. Mais comment ne pas voir qu’elle relativise jusqu’à les faire disparaître nos racines françaises ?








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Le Soleil a aussi rapporté une étrange déclaration du nouveau président, Dieudonné Ella Oyono, dont on ne dit pour l’instant que du bien.


Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il ferait devant les « accusations de racisme qui accablent souvent le PQ depuis le débat sur la charte de la laïcité », il a répondu : « C’est parce qu’ils ne nous connaissent pas. Quand ils vont découvrir le nouveau Parti québécois, il n’y a plus personne qui va nous traiter de racistes ».


Quelque chose m’échappe. Doit-on comprendre que « l’ancien PQ » était ambigu sur la question du racisme ?


Chefferie


Les militants péquistes sont admirables. Ils luttent sans relâche pour l’indépendance. Mais les dirigeants péquistes comprennent-ils qu’une bonne partie de leurs électeurs sont rendus à la CAQ, et pas seulement chez QS ?


Le vrai test de la refondation sera la course à la chefferie. On verra alors parmi les candidats si l’un d’entre eux peut faire renaître ce qui fut un grand parti.