LA STRATÉGIE DES PRÉDATEURS

La méthode infaillible pour déposséder un pays

Les guerres secrètes

La crise mondiale et sa géopolitique

Suite à l’article d’Ivan Parent sur les Projets pharaoniques et les prédateurs, je me permets un éclairage complémentaire. Aujourd'hui, les ressources naturelles sont devenues stratégiques et vitales. À cause des pays émergents, les ressources naturelles vont se raréfier, en particulier les hydrocarbures. Depuis la seconde guerre mondiale, et spécialement depuis l’effondrement du Bloc soviétique, l’Empire anglo-américain a eu et a toujours des vues stratégiques sur le monde entier. Sous l’égide de l’OTAN, les pays occidentaux font des pieds et des mains pour éviter la faillite et maintenir leur hégémonie sur les richesses naturelles et humaines à travers le monde. À partir des années cinquante, les États-Unis et leurs alliés ont développé une stratégie de spoliation des pays en trois phases. (*)
1. Dans la première phase, ce sont les assassins économiques (les Banksters) du FMI et de la Banque mondiale qui entrent en action pour prêter et endetter les pays ciblés à un point de non retour, où il ne leur sera plus possible de payer leur dette. Les Banksters offrent alors à ces dirigeants de pays un plan B consistant à refinancer leur dette impayée. En échange ces pays doivent vendre leurs richesses naturelles et humaines à des prix ridicules (en particulier les hydrocarbures) dont l’exploitation doit être confiée aux plus grandes multinationales américaines et occidentales. Ce sont ces mêmes multinationales qui prennent en charge le développement de leurs infrastructures et vont même jusqu’à financer leur système d’éducation et de santé.
2. Si le plan B ne réussit pas, c’est alors qu’interviennent les chacals de la CIA ou les Hitmen des différents Services secrets. Ils infiltrent les entreprises, les ONG, les groupes de pressions pour assassiner les dirigeants, provoquer des attentats (ex. les scientifiques du nucléaire tués en Iran) et organiser des rébellions d’extrémistes afin de déstabiliser le pays et de renverser le gouvernement en place. C’est ce qui se passe présentement en Syrie où la CIA et le MI6 appuient l’insurrection armée, sous le regard complaisant du Canada et de la France. Au nom de leur sécurité nationale, les Américains installent des bases militaires stratégiques un peu partout dans le monde. Récemment ils l’ont fait dans le Sud pacifique, en Australie, en Colombie de l’Amérique Latine, etc. Selon Ignacio Ramonet, les États-Unis auraient environ 865 bases militaires à travers le monde.
3. Si les interventions des tueurs à gage (les Hitmen de la CIA et des Services secrets des différents pays) ne réussissent pas, on passe au plan C. On forge un médiamensonge pour influencer l’opinion internationale. Sans preuves à l’appui, on fabrique de la désinformation et on présente au grand public des dictateurs fous tirant sur leur population. C’est ce qui s’est produit en Libye avec Mouammar Kadhafi. Au nom de l’humanitaire et de la protection de la population libyenne, on a demandé à l’ONU, en vertu du chapitre sept de la charte des Nations Unies, d’autoriser le recours à la force militaire pour faire des frappes aériennes sur la Libye. On connaît maintenant le désastre que cela a produit. Aujourd’hui l’OTAN est devenue le gendarme international chargé de cette opération. Au nom de la démocratie et de la lutte au terrorisme international, on chasse du pouvoir ou on assassine les supposés dictateurs pour les remplacer par des révolutionnaires extrémistes sympathisants envers le régime capitaliste de l’Empire global anglo-américain. Une fois qu’on s’est emparé des richesses naturelles de ces pays, en particulier de leur pétrole, les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN offrent de reconstruire ces pays en se servant de l’expertise de leurs multinationales et de l’argent qu’ils leur ont volé. Plus que jamais aujourd’hui : « Une goutte de pétrole vaut bien une goutte de sang » disait Georges Clémenceau.
C’est ce qui est arrivé au Chili, au Panama, en Équateur, au Honduras, en Afghanistan, en Irak, en Somalie, en Côte d’ivoire, en Afrique centrale, en Libye, etc. C’est ce qui se passe aujourd’hui en Syrie et demain possiblement en Iran, en Russie, en Inde, en Chine, etc. et que dire de l’Amérique Latine, avec des pays non-alignés comme Cuba, la Bolivie, le Venezuela, l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay, etc. Ces pays ont décidé d’exploiter eux-mêmes leurs ressources naturelles en faveur de leur population. Ce qui est remarquable dans cette révolution bolivarienne c’est que tous ces changements politiques se sont réalisés pacifiquement et démocratiquement. Quelle leçon pour l’Empire qui se cache derrière des guerres secrètes et de fausses démocraties!
*- John Perkins: http://www.youtube.com/watch?v=yTbdnNgqfs8
- John Perkins: http://www.youtube.com/watch?v=EGUi2eDq3Fs&feature=relmfu
- Dahlia Wasfi: http://www.youtube.com/watch?v=-qhPm41kdSA
Marius MORIN

Featured 8c0f59ed26d0671347255ad7ccf3e7ea

Marius Morin130 articles

  • 121 537

Citoyen du Québec, Laval, Formation universitaire, Retraité toujours
interpellé par l'actualité socio-politique

Laval





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    16 janvier 2012

    Bonjour Marius,
    Un jour ce sera peut-être le cas du Québec et c'est probablement en train de se faire par la dépossession du grand Nord avec la complicité de Jean Charest.
    Michel Laberge

  • Archives de Vigile Répondre

    12 janvier 2012

    L’éclairage complémentaire de M. Morin porte bien son nom et s’avère très pertinent. M. Morin parle d’un empire UK / US, Angleterre, États-Unis. J’en rajouterais un troisième, Israël. C’est tout de même étrange de voir comment on tente d’occulter ce petit pays aux grandes ambitions. Il semble que ce soit toujours la peur de se faire taxer d’antisémite. Récemment, nous avons eu une illustration foudroyante du pouvoir d’Israël sur les USA. Avez-vous remarqué comment Benyamin Netanyahou (en hébreu : בנימין נתניהו) a été accueilli au Congrès? Jamais un chef d’État n’aura été reçu de cette façon, il était en pays conquis, qu’il contrôle d’ailleurs. Il a éclipsé Barack Obama lui-même….et ça, par simple amitié? On nous prend pour des demeurés. Je verrais plutôt l’Empire comme un ’’triumvirat’’. Aux USA, un gouvernement sous-terrain, parallèle, soit celui d’Israël, des banques internationales, contrôlent le gouvernement fantoche de surface de Barack Obama qui a d’ailleurs renié à peu près toutes les promesses qu’il avait faites avant son élection. Il n’a pas le pouvoir de les réaliser, ce n’est qu’un pion, comme presque tous les chefs d’états ou à peu près. Obama, prix Nobel de la PAIX, une sinistre farce. Remarquez que la thèse monétariste de Milton Friedman, système à la base de l’action des assassins financiers, a eu le prix Nobel de l’Économie en 1976, ce qui laisse plutôt songeur tant qu’à la validité de ce prix. Ces deux nominations sont un véritable camouflet pour ceux qui décident de ces nominations et en entache la crédibilité. Vigile, aussi libéral (dans le bon sens du mot) peut-il être, ne me permet pas de vous parler de la méthode, publicisé au début du vingtième siècle et décrié comme étant antisémite et supposément un faux. On protège ses arrières n’est-ce pas? Si je pouvais le faire, vous auriez la formule presque textuelle de ce qui est en voie de se réaliser présentement soit la mondialisation et le nivellement par le bas des diverses cultures qui enrichissent les humains. L’élimination de millions d’êtres humains fait d’ailleurs partie de ce macabre scénario. L’Empire n’est pas qu’un état, c’est un état d’esprit, une philosophie nihiliste de la diversité humaine pour apporter le pouvoir sur la planète dans les seules mains de quelques uns. M. Benyamin Netanyahou l’a brillamment illustré. Ceux qui veulent plus de détails peuvent le faire par courriel privé. Pour y parvenir, allez dans AUTEURS de Vigile et à mon nom vous aurez la possibilité de m’envoyer un message.
    Ivan Parent

  • Oscar Fortin Répondre

    11 janvier 2012

    Monsieur Morin, vous parvenez à synthétiser merveilleusement bien cette stratégie d'intervention des forces de l'Empire dans leur détermination de prendre et de garder le contrôle du monde et de ses richesses. Si les peuples savaient vraiment ce que font leurs gouvernements sur lesquels s'appuient les forces de l'Empire, les choses pourraient changer. Malheureusement, nous n'en sommes pas encore là. Toutefois, il y a une note d'espérance dans le fait que l'information alternative ouvre de plus en plus les fenêtres sur la vérité de ce qui se passe dans notre monde.