L'Islam et les musulmans sont-ils hégémoniques ?

6847f0ba251137613abff086c6e43414

Tribune libre

La revendication d’organisations islamistes en vue de l’institution d’une journée contre l’islamophobie au Canada est encore un de ces leurres que seuls les naïfs et les ignorants évitent de voir. C’est un leurre qui cache mal leur prétention à vouloir occuper tout espace susceptible d’être « envahi » pour peu que l’avenir de leur statut comme représentants légaux des musulmans, de tous les musulmans, soit validé par des élus de tous bords. Or, c’est ce type d’exigences qui s’apparentent à des sommations qui fait que l’Islam et les musulmans sont perçuscomme extrémistes, hégémoniques et même suprématistes.


La société Algérienne, se souvient encore des années de guerre contre les civils menée par les islamistes de l’AIS*, du GIA* et du FIDA* qui s’est terminée par le massacres de plus 200.000 citoyens et les assassinats ciblés de l’Intelligentsia nationale.


Alors, je me suis demandé si, au Canada et au Québec, on sait, par exemple, que les citoyens des pays Nord-Africains et leurs gouvernants n’ont pas institué une ou des journées commémoratives contre les crimes des islamistes ? Ils ne l’ont pas fait parce que cela ne s’inscrit pas dans l’inventaire des valeurs partagées par leurs sociétés originelles.


Malheureusement, au plan mondial quelques pays musulmans comme le Qatar et l’Arabie Saoudite ou encore la Turquie poussent le bouchon bien plus loin en revendiquant, par exemple, une enquête sur l’Islamophobie en Europe. Pourtant, ces pays imposent leur idéologie islamo-wahhabite en déversant des millions de pétro dollars dans les pays du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne et d’une partie de l’Asie pour pousser des populations entières dans la régression et la médiocrité tout en s’imposant à elles. Il faut souligner que l’Iran n’est pas en reste avec ses ingérences au Proche Orient.


Pourquoi imposer ce choix insensé : C’est soit la guerre soit la religiosité et pas de sciences, pas de savoir et pas de technologie. J’ai cherché des informations et des bilans, soulignant par exemple l’édification d’écoles, de centres de formation professionnelle, d’instituts de technologie, d’universités des sciences, financés par ces pays hégémoniques et je n’ai rien trouvé. Ai-je mal cherché ? C’est possible, mais le constat est positif lorsqu’il s’agit de mosquées et de centres islamiques.


J’ai aussi cherché des noms de scientifiques, de savants, de chercheurs, de poètes, de dramaturges, d’économistes … qui se sont fait connaitre par leurs travaux, leurs études, leurs découvertes, leurs apports en mathématiques, en physiques, en économie, en sociologie, en psychiatrie, en cardiologie ou en pédiatrie et qui se sont présentés musulmans avant d’être Algériens, Marocains, Saoudiens, Égyptiens…  Je n’en ai pas trouvé. Ils sont avant tout, Algériens, Marocains, Égyptiens, Pakistanais, etc…


Les islamistes et leur communauté utopique


Alors, posons-nous des questions de bon sens, les Canadiens et les Québécois sont-ils conscients du fait que là où apparaissent, les islamistes, ils ne sont pas apaisants et usent de tous les subterfuges pour s’accaparer du moindre espace laissé vacant par les laïcs, les démocrates et les citoyens occupés à vivre leur vie dans leur confort habituel ?


Les politiques, les parlementaires et les gouvernants du Canada et du Québec, finiront-ils par comprendre, que les islamistes se présentent avec une double attitude, l’une trompeuse, mielleuse, pleurnicharde avec soi-disant de la sensibilité et l’autre agressive et activiste qui poussent la société d’accueil à devenir réfractaire à tous les musulmans, même les non pratiquants ?


Pour moi, les réponses sont simples. En tant qu’immigrant d’origine arabo-musulmane, de date récente, j’ai appris que c’est un leurre, ce double visage fonctionne bien, notamment parce que des bien-pensants et des ‘‘intellectuels de gauches’’ veulent se mettre en évidence, des médias lourds veulent des scoops et des élus s’y laissent prendre en contrepartie de quelques voix dans les urnes.


J’ai appris que le constat établi laisse apparaître que les musulmans dans leur grande majorité préfèrent vivre leur citoyenneté comme le font tous les autres citoyens sans mettre de l’avant leur confession ou leur foi en un Dieu Unique et en son dernier prophète. Alors, je questionne : Quand les politiques et les gouvernements le comprendront ?


Je termine en répondant à ma question titre :


Oui ! Les Musulmans qui mettent de l’avant leur religiosité ont cette propension maladive à devenir extrémistes, hégémoniques et suprématistes.


Oui ! Les musulmans qui, au lieu de vivre comme des citoyens du village, de la ville, de la Province, de la Confédération se présentent comme des musulmans reléguant, au second plan, leur participation sociétale et s’enferment dans une ‘’communauté utopique’’ afin de reproduire dans leur pays d’accueil des attitudes et des comportements qu’ils ont, soi-disant, fui en quittant leurs pays d’origines, sont extrémistes, hégémoniques et suprématistes.


Oui ! Les musulmans qui considèrent que les lois de leurs pays d’accueil sont contournables et même réformables et, par conséquent, non applicables à leur statut de musulmans sont extrémistes, hégémoniques et suprématistes.


Je me souviens de la phrase du défunt Président Algérien, Houari Boumediene (Assemblée Générale des Nations Unies en avril 1974) : « Un jour, des millions d'hommes quitteront l'hémisphère Sud pour aller dans l'hémisphère Nord. Et ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »


Aujourd’hui, ce sont les islamistes qui ont repris cette citation à leur compte. Sans attendre que leur hégémonie se réalise par le nombre, ils se sont donnés comme premier objectif de préparer le terrain par le Jihad Juridique, par leur victimisation, par leur culpabilisation des sociétés d’accueil, par la diabolisation des femmes et bien entendu les vociférations et autres alertes à la discrimination, au racisme et à l’Islamophobie.


Alors, prenons garde, réveillons-nous et agissons rapidement pour rejeter cette stupide demande de ‘’journée contre l’Islamophobie’’ comme toutes celles qui lui ressemblent. Tous ensemble, y compris les musulmans qui ne sont pas hégémoniques et suprématistes, agissons comme des citoyens éclairés et jaloux de leur laïcité et de leur démocratie.


Ferid Chikhi


* AIS : Armée Islamique du Salut


* GIA : Groupe Islamistes Armés


* FIDA : Front Islamique du Djihad Armé


Featured 5003654121f766561cb8761f78f11b32

Ferid Chikhi40 articles

  • 41 176

Algéro-Canadien, Ferid Chikhi vit au Québec depuis 2001. Libre penseur et observateur de la scène sociopolitique, il est membre de plusieurs groupes et collectifs d’études. Contributeur de presse il est auteur d'articles, de réflexions et d'analyses tant politiques qu’économiques. Il exerce comme consultant en insertion socioprofessionnelle et en intégration socioculturelle. Il a publié diverses textes sur les problématiques d’accueil et d’intégration des immigrants au Québec. Ferid est l'animateur du site Convergences plurielles.





Laissez un commentaire



5 commentaires

  • Marc Fraser Répondre

    17 janvier 2018

    Conclusions du livre Le Coran révélé par la théorie de codes: Le Coran a été rédigé par au moins trente auteurs, au plus cent, plus vraisemblablement cinquante. Le Coran a été écrit sur une période de plus de deux cents ans. La différence entre sourates de la Mecque et sourates de Médine est un artefact de grammairien sans signification historique. Mahomet a été intronisé prophète fondateur de l'islam au plus tôt 60 ans après sa mort. La théologie musulmane n'est nullement une novation: c'est un quasi «copié-collé» de la théologie nazaréenne.  Un seul des 50 auteurs du Coran a rédigé tous les versets qui proviennent de la théologie nazaréenne. La fondation du premier islam n'est pas le monothéisme, mais l'antichristianisme. «Toute biographie du prophète de l'islam n'a de valeur que celle d'un roman que l'on espère historique.» --- Alfred-Louis de Prémare, (Les fondations de l'islam).  L'islam n'est pas une religion fondée sur un prophète inspiré: c'est une idéologie politique fabriquée par un pouvoir ultra-dominant en l'espace de deux siècles.  Ses concepteurs lui ont donné la forme apparente d'une religion afin de tirer parti du pouvoir sur les esprits que possède toute religion. Tiré de: Le Coran révélé par la théorie de codes, de Jean-Jacques Walter



  • Pierre Bourassa Répondre

    16 janvier 2018

    JC Pomerleau,ref :Alexandre del Valle - Le projet totalitaire des monarchies du Golfe


    Excellent!


     


  • Pierre Bourassa Répondre

    16 janvier 2018

    Le faux témoignage du hijab coupé cette semaine,les commentaires de la famille et du premier ministre Justin Trudeau et finalement un retour sur le cas d'Alexandre Bisonnette.:The Hijab Scissor Hoax - A lesson in Propaganda And Fake News From The Canadian Government https://www.youtube.com/watch?v=dkh17_6kzVU





     


  • Jean-Claude Pomerleau Répondre

    15 janvier 2018

    Complément d'informations :


    Alexandre del Valle - Le projet totalitaire des monarchies du Golfe


    Thierry Ardisson reçoit Alexandre del Valle dans "Salut les Terriens!" sur C8 le 29 octobre 2016 pour son dernier livre « Les Vrais Ennemis de l'Occident » publié aux éditions du Toucan/L'Artilleur. Lire la suite (...)


    https://www.youtube.com/watch?time_continue=208&v=2JOo-EaDmKk


  • Pierre-Yves Dubreuil Répondre

    14 janvier 2018

    un des problèmes que je vois avec l'Islam au Québec, c'est qu'il est hautement sectaire et réseautique et non politique et son agenda est flou. On pourrait donc le mettre sur un pied d'égalité avec n'importe quelle autre organisation privée ou culturelle. Ses orientations et contours politiques sont très mals définies. Oui il y a un petit guide du parfait petit mulsulman, mais sinon? il a des accointances aussi diversifiées que contradictoires, comme les libéraux et les communistes. Comment ne pas voir en cela de l'opportunisme publicitaire? 



    Avec la démographie et la puissance réseautique arabe, il n,est qu,une question de temps avant qu'un parti islamique voit le jour. Mais alors.... quelles seraient ses positions générales dans leurs grandes lignes? 



    Ce que je vois , en ce moment, c'est une avancée de l,islam sous couvert de victimisation, car on peine à vouloir débattre sur l'Islam et confontrer ceux qui le porte sur ses contradictions, aspirations,etc.



    Je crois que le Québec a en partie peur de l'islam et de le confronter, le tester, parce qu'il n'a rien à quoi le substituer. Il vient en fait combler un certain vide spirituel qui fut évacuer notamment avec l'émancipation de l'individu. Normalement, l'Islam au Québec devrait être marginal, selon moi, car il a aucune cohérence et ne s'attaque à aucune racine du mal qu'il prétend combattre, il ne fait qu'en profiter.