L’autre déclin

C4bd19562b008a1cbe457c43fcc4515c

« L’oubli, c’est le destin des peuples non souverains. »

Le fracas avec lequel l’enfant Donald a fait tomber le bol de Pablum que tenait le gardien Justin a gardé dans l’ombre le déclin d’un autre rapport diplomatique jadis particulier. Il s’agit de la relation privilégiée que la France entretenait avec le Québec.


Nicolas Sarkozy, inspiré par ses visites à Sagard, ne prisait pas la «non-ingérence, non-indifférence», mais il disait considérer les Québécois comme des membres de la famille. Pour Emmanuel Macron, Ottawa et son photogénique représentant passent désormais avant toute chose.


Justin d’abord


Charles de Gaulle était arrivé à Québec à bord du Colbert, pour éviter d’atterrir dans la capitale fédérale. Pour l’actuel locataire de l’Élysée, voir Justin Trudeau avant le Sommet du G7 était prioritaire, tensions commerciales avec Washington obligent.


N’empêche. On a un goût amer en bouche lorsque l’on constate que son allocution prévue à l’Assemblée nationale a été annulée. On se serait attendu à ce que l’on évoque des raisons de sécurité, dans le contexte incertain des manifestations qui ne sont pas arrivées. Encore plus blessant, on a évoqué un conflit d’horaire, signe que le Québec ne fait plus partie des priorités temporelles du président de la République française.


On avait pourtant trouvé un moment pour s’entretenir avec la gouverneure générale la veille et même de faire une marche dans le Vieux-Port de Montréal, en lieu et place de la visite à Québec. Goûtant les produits de l’érable avec Philippe, qu’il tutoie, Emmanuel avait plutôt hâte d’être à La Malbaie pour discuter entre adultes.


Se révéler au monde


Lors de la campagne présidentielle française, on a demandé aux membres de l’entourage du candidat En Marche quelle idée celui-ci avait du Québec. On nous a répondu que monsieur Macron avait suivi avec attention la reconfiguration du champ politique initiée par Justin Trudeau.


On voit le résultat. Pour ce président à la pensée libérale et qui n’aime pas les frontières, sa relation avec Justin Trudeau prime le lien historique entre la France et le Québec, qui nous avait permis de nous révéler au monde.


L’oubli, c’est le destin des peuples non souverains.


Featured 9c815ec71af61853ddb55725d4feb1f8

Claude Villeneuve129 articles

  • 28 597

L’auteur est blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec. Il a été président du Comité national des jeunes du Parti Québécois de 2005 à 2006 et rédacteur des discours de la première ministre Pauline Marois de 2008 à 2014.