Cet article s'est mérité le Prix Judith Jasmin dans la catégorie Opinion, décerné par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ)

L'art du kidnapping

Voilà en effet la sornette qu'est venue raconter cette semaine aux Français la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean

Médias et politique

«Dans la catégorie Opinion, le prix Judith-Jasmin est attribué à Christian
Rioux du Devoir pour "L’art du kidnapping"
«Pour le jury, ce texte est un véritable bijou tant au point de vue de la
forme que du fond. L'auteur a su démontrer avec brio, érudition et
conviction, et dans un français absolument impeccable, l'habile manoeuvre
du gouvernement fédéral visant à détourner à son profit le 400e
anniversaire de Québec. Les juges ont accordé une note parfaite à ce texte
qui démonte le stratagème politique en utilisant superbement l'analogie du
kidnapping. Ce texte d'opinion, exemplaire en son genre, constitue un régal
pour l'intelligence!» Texte du jury de la FPJQ, 2008
----
Ce n'est pas tous les jours qu'on assiste à un kidnapping. J'utilise volontairement le mot anglais, car le français n'a pas le même éclat. «Enlèvement» fait tout de suite penser à l'enlèvement de la neige ou des ordures. Mais le kidnapping recèle pour ainsi dire un parfum de mystère. Des kidnappings, il y en a eu des grands, des sordides et des célèbres. Pensons au rapt des Sabines, qui provoqua une guerre à Rome et dont Picasso fit un tableau magnifique. Pensons à Malraux qui rêvait de kidnapper Trotski pour le libérer de sa prison stalinienne. Le mot anglais évoque l'enlèvement des esclaves pour les faire travailler dans les plantations du Sud. Il souligne le vol des enfants (kids), qu'il fallait attirer par mille et un subterfuges. Car le kidnapping est un art complexe. Pour kidnapper quelqu'un, il faut d'abord s'en approcher subrepticement, l'appâter et parfois même le séduire. Chacun sait que la victime développe souvent par la suite une relation ambiguë avec son ravisseur, une sorte de soumission mêlée de sympathie morbide. Le kidnapping est affaire d'experts. Ne devient pas kidnappeur qui veut.

Le kidnapping dont il est question ici n'a ni le charme ni la volupté des précédents, mais il ne manque pas d'intérêt non plus. On peut kidnapper des personnalités, mais on peut aussi kidnapper des idées. On peut même kidnapper des pans entiers d'histoire.
Il y a 400 ans, des aventuriers un peu fous sont partis de Honfleur pour fonder une ville de l'autre côté de l'Atlantique. Parmi cette bande de fêlés se trouvait un certain Samuel de Champlain qui, avec l'aide de quelques autres, fonda Québec en 1608. De ce geste mémorable a découlé l'histoire de tout un peuple. Celui-ci n'existerait pas sans l'intelligence de ces précurseurs qui avaient eu l'intuition sublime qu'en s'établissant là où le fleuve se rétrécit, ils pourraient contrôler l'accès à tout un continent. Et, comme de fait, jusque vers 1800, ce sont ces habitants, plus tard appelés Canadiens, Canadiens français et Québécois, qui ont contrôlé l'accès aux Grands Lacs et aux fleuves qui menaient jusqu'en Louisiane et aux Rocheuses.
Mais voilà que quelques kidnappeurs habiles ont récemment entrepris de ravir aux descendants de cette bande d'aventuriers cette belle histoire qu'ils avaient toujours été les seuls à se raconter de génération en génération. Ceux-ci ont même entrepris d'en faire le moment fondateur d'un pays nommé Canada, pourtant apparu 250 ans plus tard et devenu véritablement indépendant au cours de la première moitié du XXe siècle.
Voilà en effet la sornette qu'est venue raconter cette semaine aux Français la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean. Son excellence semble d'ailleurs elle-même tellement en manque de racines historiques qu'elle pousse la farce jusqu'à faire remonter l'origine de sa propre fonction... à Champlain. Comme si l'aventurier de Brouage s'était subitement métamorphosé en lectrice de nouvelles de Radio-Canada.
L'affaire est d'autant plus cocasse qu'il y a quelques années à peine, les Français avaient vu débarquer chez eux un premier ministre canadien nommé Jean Chrétien qui leur avait raconté une tout autre histoire. Celui-ci avait expliqué avec moult exemples que l'Amérique française n'était pas née en 1608 à Québec mais bien en 1604 à Port-Royal, cette colonie mort-née de la Nouvelle-Écosse. La fondation de Québec était donc une peccadille, un détail de l'histoire, pourrait-on dire. Cependant, comme les grandes festivités nord-américaines qui avaient été spécialement conçues pour faire de l'ombre à celles de Québec firent long feu, il fallut bien récrire de nouveau le manuel d'histoire.
If you can't beat them, join them. Il aura fallu l'intelligence de Stephen Harper pour que le révisionnisme historique atteigne un nouveau sommet. Le kidnapping exige une préparation minutieuse. Celui dont nous parlons a été conçu dès le sommet de la Francophonie tenu à Bucarest en septembre 2006. C'est là, devant votre humble serviteur, que le nouveau premier ministre avait affirmé pour la première fois que le français a été «la langue fondatrice du Canada» et que «la fondation de Québec marque aussi la fondation de l'État canadien». En 1608, il n'y avait pas l'ombre d'un État français en Nouvelle-France puisque Champlain et son commanditaire, Pierre Dugua de Monts, étaient en quelque sorte des entrepreneurs privés (le régiment de Carignan n'est arrivé qu'en 1665). Mais qu'on se le dise, il y aurait eu un «État canadien», probablement caché quelque part dans les bois.
Le projet allait prendre corps lors du voyage qu'a fait Stephen Harper en Australie l'an dernier. Ironie du sort, c'est dans cette ancienne colonie pénitentiaire où furent déportés 58 Patriotes de 1837-38 que le premier ministre avait tenu à répéter que «le Canada est né en français, à Québec, il y aura 400 ans». Ce n'était pourtant pas l'opinion des Thibert, Longtin, Morin, Paré, Laberge et Dumouchelle, exilés en 1840 sur la péninsule de Longbottom, près de Sydney.
La gouverneure générale Michaëlle Jean, qui achève ces jours-ci une mission en France, a décidé de pousser la supercherie encore plus loin. Il s'agit cette fois-ci de convaincre non plus les Québécois mais les Français eux-mêmes qu'ils n'ont pas fondé la Nouvelle-France en 1608 mais bien l'unique monarchie de toutes les Amériques, un beau et grand pays multiculturel appelé Canada.
La boucle est maintenant bouclée; le piège peut se refermer.
***
Tout l'art du ravisseur tient évidemment dans la manière de séduire sa proie. Quoi de plus flatteur pour les Québécois que de se faire dire qu'ils ont fondé le Canada tout seuls comme des grands? Et en français en plus! Pour peu, ils en oublieraient toutes les leçons qu'ils ont apprises à la petite école.
Si le kidnapping réussit, les Québécois pourront se flatter la bedaine en racontant partout qu'ils ont fondé le Canada. Certains Québécois semblent d'ailleurs déjà atteints du syndrome de Stockholm. En pratique, l'opération permettra de passer à la trappe 250 ans d'histoire. Une histoire qui a non seulement façonné un peuple distinct mais qui est la seule à permettre de comprendre que ce peuple a existé avant le Canada et qu'il pourrait bien un jour exister sans lui.
***
crioux@ledevoir.com


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé