Il a triomphé du système

Une photo souvenir (1976)

Robert Lemieux (1941-2008)

Texte publié dans Le Devoir du mercredi 23 janvier 2008
J’ai bien connu Robert Lemieux, alors qu’il était engagé dans le comité pour la défense des prisonniers politiques. Son dévouement était exemplaire et suscitait l’admiration et le respect des militants.
Pour ma part, c’est sa détermination, sa combativité et son courage qui m’émouvaient. Alors que sa connaissance exhaustive des codes criminels et civils du Canada et du Québec et des fonctionnements officiel et officieux du système de Droit canadien lui permettait de faire la plus brillante carrière dans les grands bureaux d’avocats du Québec, il choisit de se battre contre la Loi pour la Justice, en utilisant avec intelligence toutes les règles et les astuces du système.
Contre les armadas fédéral et fédéraliste férocement lancées à l’assaut du mouvement indépendantiste, il a défendu avec succès les Vallières, Gagnon, Rose, pour ne parler que des procès intentés aux militants les plus radicaux, c’est-à dire les plus logiques, si l’on considère la nature de la guerre permanente que le Canada livre au peuple québécois, depuis des siècles.
Que ses proches veuillent bien accepter mes plus sincères condoléances.
***

Andrée Ferretti, écrivaine
Brigham, 21 novembre 2008
----
Une photo souvenir prise à la commémoration des Patriotes à Saint-Denis à la fin novembre 1976, après la victoire du Parti Québécois, gracieuseté de J.-L. Dion

Featured 4c829808fe105759e71d600533cfd2d9

Andrée Ferretti124 articles

  • 112 539

"Rien de plus farouche en moi que le désir du pays perdu, rien de plus déterminé que ma vocation à le reconquérir. "

Andrée Ferretti née Bertrand (Montréal, 1935 - ) est une femme politique et
une écrivaine québécoise. Née à Montréal dans une famille modeste, elle fut
l'une des premières femmes à adhérer au mouvement souverainiste québécois
en 1958.Vice-présidente du Rassemblement pour l'indépendance nationale, elle
représente la tendance la plus radicale du parti, privilégiant l'agitation sociale
au-dessus de la voie électorale. Démissionnaire du parti suite à une crise
interne, elle fonde le Front de libération populaire (FLP) en mars 1968.Pendant
les années 1970, elle publie plusieurs textes en faveur de l'indépendance dans
Le Devoir et Parti pris tout en poursuivant des études philosophiques. En 1979,
la Société Saint-Jean-Baptiste la désigne patriote de l'année.
Avec Gaston Miron, elle a notamment a écrit un recueil de textes sur
l'indépendance. Elle a aussi publié plusieurs romans chez VLB éditeur et la
maison d'édition Typo.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé