Hong-Kong: une pub de Batman retirée par DC Comics après des plaintes chinoises

23240a4abdb6a7792d19023a6994ddbd

Toute l'industrie culturelle américaine fait la propagande anti-chinoise voulue par la CIA


La maison d’édition DC Comics a retiré de ses médias sociaux une image publicitaire pour son prochain Batman en raison de commentaires chinois prêtant à cette image un soutien aux manifestations à Hong Kong.  


DC a retiré l’image de ses comptes, mercredi, à la suite d’un tollé en Chine, qui a déferlé sur les réseaux sociaux chinois.   


L'image de l'artiste Rafael Grampa montre une version de Batwoman avec un cocktail Molotov à la main. Un slogan en lettrage rose indique «l'avenir appartient aux jeunes» («The future is young»).   







  


«Les vêtements noirs représentent Hong Kong, le masque représente Hong Kong, le cocktail Molotov représente Hong Kong, qu’est-ce qui ne représente pas Hong Kong ici?», a écrit un usager du réseau social Weibo, propre à la Chine, selon le magazine Variety.   


«Peu importe la raison, mettre ce type d’image en ligne, dans un contexte aussi sensible, c’est un appel au meurtre», a écrit un autre utilisateur.   


DC a utilisé cette image sur Twitter et Instagram pour mousser l’arrivée le 11 décembre de la nouvelle bande dessinée Dark Knight Returns: The Golden Child, où l’on suit Batman prenant sous ses ailes Carrie Kelley, la future Batwoman.   


Le tome est le quatrième de la série Dark Knight Returns de Frank Miller, dont le premier tome, sorti en 1986, a remodelé le personnage de Batman dans une version plus sombre et adulte.   


L'artiste Rafael Grampa a regazouillé, mercredi, un article sur la situation, en ajoutant le commentaire suivant: «Surréel». S’en est suivi de l'image complète avec le slogan.   


Le magazine Variety a tenté de discuter avec un représentant chinois de Warner Bros, propriétaire de DC Comics, qui n’a pas souhaité commenter cette décision. 


Hong Kong connaît depuis plus de six mois des manifestations violentes pour maintenir un régime démocratique spécifique à la ville depuis sa rétrocession à la Chine totalitaire, en 1997. 


Un projet de loi sur l’extradition de citoyens hongkongais vers la Chine intérieure a mis le feu aux poudres, les manifestants y voyant un moyen d’emprisonner des opposants politiques au régime central de Beijing.