Guerre ouverte au CHUM

Les dirigeants du mégahôpital démissionnent en bloc et accusent Barrette

73857300cadbe4a224205870efba3218

Barrette réclame la fin d'une chicane dont il est le premier instigateur

Le plus grand hôpital de l’histoire du Québec est en pleine crise. Plusieurs membres du conseil d’administration du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM) ont démissionné à leur tour vendredi après le départ fracassant du président et du directeur général de l’établissement, qui ont dénoncé « l’ingérence » et le « chantage » du ministre Gaétan Barrette.
Le plus grand hôpital de l’histoire du Québec est en pleine crise. Plusieurs membres du conseil d’administration du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM) ont démissionné à leur tour vendredi après le départ fracassant du président et du directeur général de l’établissement, qui ont dénoncé « l’ingérence » et le « chantage » du ministre Gaétan Barrette.

Cette série de démissions en haut lieu a plongé le mégahôpital de 772 lits et 2 milliards de dollars — qui est en pleine construction — dans une tourmente sans précédent. Un bras de fer entre le ministre Barrette et la direction du CHUM est à l’origine de la tempête.

Le ministre de la Santé a été critiqué de toutes parts vendredi pour s’être immiscé dans le processus de nomination du directeur du département de chirurgie du CHUM. Le Dr Barrette a reconnu être intervenu pour faire bloquer la nomination d’un candidat — qu’il n’a pas nommé — qui était « lié à une enquête policière », selon lui. Le ministre a aussi soutenu la nomination d’un autre candidat, le Dr Patrick Harris, qui est appuyé par au moins 67 des 105 chirurgiens du CHUM.

Questions de gouvernance

Cette intervention du ministre Barrette est au coeur d’une crise qui agite non seulement le CHUM, mais tout le réseau de la santé : le projet de loi 10 accorde des pouvoirs exceptionnels au ministre de la Santé, qui pourra désormais nommer les gestionnaires des hôpitaux et des autres structures du système. Cette concentration des pouvoirs entre les mains du ministre fait craindre le pire aux gestionnaires et aux médecins, qui dénoncent les risques — bien réels — d’ingérence politique.

« Le coeur de ma décision est une non-acceptation de vos interventions intempestives et partiales et d’une situation particulièrement odieuse », écrit Jean-Claude Deschênes dans sa lettre de démission à titre de président du CA du CHUM.

Selon lui, le ministre a clairement tenté d’imposer la nomination du Dr Harris au directeur général, Jacques Turgeon, qui a préféré démissionner. Pire encore, le ministre Barrette a lié « sous un couvert fallacieux » cette nomination à celle de sept directeurs de département. « Vous gelez ainsi la vie normale de l’établissement. Bref, c’est un blocus dans une partie vitale du CHUM. C’est un désaveu de la responsabilité du CA et surtout, c’est un chantage inacceptable », ajoute le président démissionnaire.

Les méthodes du ministre Barrette « ne correspondent en aucun point aux règles de gouvernance que je défends depuis près de 30 ans », écrit Jean-Claude Deschênes. Il a été sous-ministre durant 14 ans sous divers gouvernements et président du conseil du Centre hospitalier universitaire de Québec durant quatre ans.

Perte de crédibilité

« Plusieurs » des 19 membres du conseil du CHUM ont démissionné en bloc vendredi après-midi après une réunion d’urgence du CA, a indiqué le CHUM dans un communiqué. L’établissement a refusé de préciser l’identité et le nombre des démissionnaires. Selon nos sources, la majorité des membres du CA ont démissionné ou envisagent de le faire.

« Les processus de sélection des chefs de département appartiennent au CHUM et toute ingérence, à quelque niveau que ce soit, ne fait que miner la confiance dans l’institution et ne peut que mener à une méfiance vis-à-vis des chefs désignés en toute légitimité. Par ailleurs, elle enlève toute crédibilité aux instances en autorité », écrit le Dr Paul Perrotte, du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CHUM, dans sa lettre de démission.

Le directeur général démissionnaire, Jacques Turgeon, a précisé vendredi que le ministre Barrette lui a ordonné de nommer Patrick Harris à la tête du département de chirurgie, sans quoi il perdrait son poste. « J’aurais pu attendre à lundi que le ministre ne me nomme pas, je passais go et je récupérais une très belle somme. En démissionnant, c’est clair que je n’aurai pas de prime. J’ai pris une décision basée sur mes valeurs. »

Le ministre Barrette, en qui le premier ministre Philippe Couillard a réitéré sa confiance, a de son côté déclaré qu’il devait intervenir pour résoudre la crise qui secoue le CHUM. Il a reçu plusieurs lettres de médecins lui demandant d’agir pour bloquer une candidature « liée à une enquête policière ». « Ce sont des gens de l’hôpital qui m’ont informé de la problématique. Était-il raisonnable pour un hôpital comme le CHUM de procéder à une nomination de quelqu’un qui était […] lié à une enquête policière ? La réponse évidemment, c’est non ! » a-t-il dit en entrevue à RDI. « C’est assez troublant de penser que le conseil d’administration ne le sait pas ni le directeur général. Ça justifie certainement l’intervention du ministre. »

Le ministre mettra sur pied une « équipe d’intervention » afin de « faire le point une fois pour toutes sur la gouvernance médicale à l’intérieur du CHUM ». « Les guerres de clan, ça doit arrêter. […] On peut-tu arrêter de se chicaner ? »

L’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS) a dénoncé l’ingérence au CHUM et a exprimé une « profonde inquiétude » quant à l’avenir de la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux. « Une gouvernance efficace et de qualité est une gouvernance où le leadership des administrateurs peut s’exercer à l’abri des pressions et des interventions politiques. La situation vécue par le CHUM est tout le contraire de cela », a indiqué Diane Lavallée, directrice générale de l’AQESSS.

Cette crise survient au moment où six programmes du Département de chirurgie de l’Université de Montréal sont l’objet d’une enquête par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, pour des soupçons de mauvaise gestion et d’intimidation.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé