Bienvenue à l'Assemblée nationale, jeune homme !

Gabriel Nadeau-Dubois : un Jean-Marc Fournier 2.0 ?

Tribune libre


.
Suite au tir groupé de critiques (et publiées en 5e vitesse, svp!) à l’encontre du texte de M. André Lamoureux (édition du 29 mai du Devoir), lequel se défendait pourtant fort bien de lui-même, sans outrances (quoi qu’on en ait dit, l’écume à la bouche), j’ai la très désagréable impression que Le Devoir a sacrifié (sans réfléchir?) moins à l’intelligence ou à la pertinence des propos qu'à cette détestable atmosphère de rectitude politique qui baigne depuis maintenant trop longtemps notre société.
Or, je le dis ouvertement, comme je le pense: en agissant de la sorte Le Devoir s’est du coup métamorphosé en cette P(a)resse de Pise franchement indigeste, qui par définition tue l’opinion éclairée dans l’oeuf à chaque fois qu’il s’agit de la Question nationale.
Et bien franchement, j’en suis hélas persuadé, ce n’est pas ainsi que l’enfant de pixels et de papier de 107 ans d’Henri ira chercher de nouveaux lecteurs dans le cadre de la présente campagne de fonds et de promotion du Journal. Et ce, nonobstant le chantage à l’abonnement, aussi mesquin et méprisable qu’infantile, desdits intéressés. Iceux, solidariens de pacotille (je suis quant à moi homme solidement de gauche, le fanatisme, le purisme moral auto-proclamé et la détestation de l'«Autre» en moins) toujours empressés, outre à nier ponctuellement leur propre signature à l’encre de citron, à jouer les vierges offensées tout en apostrophant - impunément - le Parti politique de René Lévesque (aberration, pour le coup, confinant à la plus grossière des imbécilités) de l’épithète de raciste!
Et puis enfin, injure suprême d’une mauvaise foi à se taper la tête contre les murs, voilà que dans les dernières heures Sir GND s’autorisait à mettre en doute les intentions originelles de Jean-François Lisée, quant à la convergence des souverainistes espérée, compte tenu de la saine, voire sainte colère de celui-ci devant tant de mépris.
En clair: «Je te souille de la tête aux pieds, mais gare à toi si tu oses gémir: je comprendrai alors que tu n’étais pas un ami sincère».
Pour des gens qui affirment vouloir faire de la politique autrement, je repère bien plutôt de studieuses émules des proverbiales basses besognes de nos Jean-Marc Fournier de service. En conséquence, gens de QS, vous venez de perdre à vie un authentique sympathisant de toujours. Car à l’évidence - et trois fois démontré plutôt qu’une - vous n’êtes plus du tout dignes de confiance. Non, vraiment. Plus du tout.
Cela étant, si je ne suis ni ne serai jamais un inconditionnel du Parti Québécois, ni de quelque autre formation politique que ce soit d’ailleurs, respectable Option nationale comprise (hormis un bachelier adolescent comme chef, il est vrai), je suis et serai toujours un inconditionnel de toute voie réfléchie, déterminée, honnête et intelligente susceptible de mener à la pleine Indépendance - française - du peuple québécois.
Ce qui, on l’aura compris, exclut d’emblée les souilleurs et les malhonnêtes de l’intellect de tout acabit. Essentiellement sinon exclusivement au service partisan d’eux-mêmes.
Jean-Luc Gouin
Québec, en soirée du 5 Juin 2017

Featured 9d70efc13bfcf28a347710d42fbdde90

Jean-Luc Gouin89 articles

  • 81 887

Chambrelan du verbe et indocile citoyen de la Cité (les dossiers de la Francité et de la « Question » nationale du Québec l’occupent – et le préoccupent – tout particulièrement), mais également docteur en philosophie diplômé de l'Université Laval et spécialiste nord-américain du penseur allemand Hegel, JLG a publié ouvrages et maint article portant pour la plupart sur celui-ci.



Hegel. De la Logophonie comme chant du signe, son dernier opus, fruit de trente ans de recherche, a été publié simultanément, en 2018, et aux PUL, à Québec, et chez Hermann à Paris.

 

Textes « citoyens » choisis de Jean-Luc GOUIN ( 1995-2018 )

( parmi quelques centaines, qui hélas ne vieillissent pas )

 

•• Les Bilinguistes. Grands sorciers des langues phagocytaires

•• Débat sur la langue dans le quotidien Le Devoir (Été de 1998)

•• Qui sort, digne ! Franchir le miroir de notre schizophrénie collective

•• Le Franc Pays. Québécois ou Québec coi ? (+ de 20 ans plus tard, rien n’a changé...)

•• Le Lys dans le lisier (Ou pourquoi l’Indépendance du Québec, en quelques mots)

•• Aux larmes citoyens ! (anthropoème en hommage à Gaston Miron)

•• Philippe Couillard : Le Philippe Pétain de notre temps (Lettre à mon premier sous - ministre)

•• Autres espaces de réflexion (Société, Culture, Politique... dont : Ouvrez le Feu ! , Liquider pour argent liquide , Halloween. Plaie ou plaisir de l’enfance ? , Interdit de ne pas fumer ! ...) 

•• De l’humain travesti en divin (modeste contribution au projet d’une Charte de la laïcité)

•• Précis sur la malhonnêteté intellectuelle (aussi nommée mauvaise foi)

•• L’Homme Prométhée (une forme de « CQFD » irrésistible aux textes qui précèdent...?)

 

 





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé