Mettre fin au Parti Québécois

Fonder un nouveau regroupement indépendantiste suite à la démission de Catherine Fournier et à l'entrevue de Lisée à TLMP

493ffd6af6e9d701e866f4ffbc5ebbcf

Tribune libre

Suite à la démission de Catherine Fournier, aux difficultés du Parti Québécois, à l'entrevue de Lisée à Tout le monde en parle, il faut considérer de mettre fin à l'existence d'un vieux parti le Parti Québécois et fonder un regroupement de députés indépendants et indépendantistes pour le 21e sièce et y attirer les militants et députés des autres partis.  Le PQ a un vieux logo, un nom brûlé aussi, il a échoué à réaliser son projet de pays.  Ce fut un bon gouvernement mais c'est tout !!!


 Une coalition pour l'indépendance du Québec qui ratisse large serait plus actuel,  on oublie le débat gauche-droite, on forme un regroupement de députés indépendants avec un seul but commun, l'indépendance, on commence par se donner une constitution et poser des gestes pour structurer le nouveau pays.  On aura des gens de toutes tendances si on fait élire assez de députés pour former un gouvernement mais on gouverne au centre.


On collabore avec les autres partis si cela fait avancer l'autonomie du Québec, on peut aller chercher des députés de QS ou de la CAQ s'ils sont déçus de leur parti.


Ce groupe permettrait de dépasser la structure archaique des partis politiques et  pourrait regrouper éventuellement Catherine Fournier, Aussant, Ouellet et tous les indépedantistes pressés de faire progresser le projet.  Ce groupe serait une véritable confédération de députés au lieu d'un parti traditionnel avec une ligne de parti !


On envisage de remplacer le référendum initial par un autre processus de construction d'État !


Tout devrait être sur la table pour réaliser le projet, il y a eu assez de division entre le courant de gauche et de droite, ou entre pro laicité et pro inclusif !!!


Revenons à l'essentiel !  Faire l'indépendance du Québec !!!



Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Jean-Claude Michaud Répondre

    13 mars 2019

    @ Claude Richard,


    Pour vous répondre, je crois que vous avez  mal saisi mon texte, peut-être que mon texte n'était pas assez claire, je ne parle pas de faire un autre groupe de discussion comme le conseil de la souveraineté, on a assez, je suis d'accord avec vous sur ce point.  Je parle d'abolir le Parti Québécois qui est malheuseusement brûlé pour faire un groupe de députés indépendantistes à l'assemblée nationale, on pourrait les appeler le  Bloc Souverainiste du Québec !


    Ce serait une façon de conserver une présence indépendantiste forte à l'assemblée nationale avec comme but de faire avancer le Québec vers le pays !!!


    Je n'ai pas de solution miracle,  la CAQ ou QS pourrait nous amener à la souveraineté bien avant les restants du PQ, cependant une formule d'un Bloc souverainiste à Québec pourrait parce que c'est nouveau, réveiller le monde.


    Madame la député Catherine Fournier ne semble pas savoir comment formuler la solution au problème qu'elle a compris à l'intérieur du PQ, ce parti est mourrant, une renaissance est nécessaire, peut-être qu'elle retournera dans un PQ avec un nouveau nom, programme et logo mais pour l'instant je pense qu'elle veut faire parler de son constat et provoquer un dialogue.


  • François Ricard Répondre

    13 mars 2019

    Il ya mieux à faire que de la musique et de fonder des partis politiques.


    Trop souvent, en politique, on ne prend pas la peine de faire une distinction bien nette entre projet et programme.Cette absence de définition précise produit confusion aussi bien chez ceux qui font de la politique que chez ceux qui la subissent.Ce qui fait que le Québec est devenu une société gouvernée par sondages.Le projet, en politique, offre une vision réaliste et concrète d’un but visé C’est une vue à plus ou moins long terme qui donne un sens profond à l’action des personnes et des partis.Un projet bien conçu voudra influencer durablement le destin historique de la nation. Comme viser la mise en place d'un état républicain laic et francophone.

    Le PQ, refondé, renommé ou pas, doit se donner un projet s'il veut réussir.



  • Claude Richard Répondre

    12 mars 2019

    Que c'est donc lassant cet appel à un nouveau mouvement qui ferait la promotion tous azimuts de l'indépendance! Ce matin, dans le Huffington Post, on pouvait lire la critique fort avisée d'un lecteur qui énumérait les nombreux mouvements qui se donnent tous pour objectif de faire l'union des indépendantistes pour le triomphe de la cause: " le Conseil de la Souveraineté, Cap sur l'Indépendance, les Organisations unies pour l'indépendance, le Mouvement national des Québécoises et des Québécois, le Réseau de Résistance du Québécois, et j'en oublie sûrement."


    Pourquoi ce cher Jean-Claude Michaud ne se donne-t-il pas la peine, tout comme Catherine Fournier, qui aurait pu faire cela tout en restant daans le Parti québécois, de s'engager dans un de ces mouvements au lieu de suggérer à tout vent d'en mettre sur pied un xième nouveau? Que de temps perdu en palabres inutiles! Des "sparages", dirait Falardeau.