Exemptions du cours d'éducation à la sexualité: vers des balises plus serrées?

F36910b84e569a87d66101cf744b55f5

Un cours qui fait la promotion du transgenrisme totalitaire


Le gouvernement songe à resserrer les balises permettant de dispenser des enfants des cours d’éducation à la sexualité après avoir interrogé une commission scolaire où près de 200 jeunes ont été exemptés.   


Dans les dernières semaines, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a demandé à son ministère de lui proposer des solutions pour modifier la façon de procéder quand des parents veulent que leurs enfants soient sortis de la classe lorsque certains contenus d’éducation à la sexualité sont abordés, a appris Le Journal.  


M. Roberge a également demandé au ministère de documenter les pratiques des écoles qui ont eu à gérer plusieurs demandes de parents, selon une source bien au fait du dossier.  


Depuis l’an dernier, les contenus d’éducation à la sexualité sont de retour dans toutes les écoles du Québec. Actuellement, les parents peuvent demander une dérogation pour des raisons religieuses à condition de prêter serment et de prouver le caractère « sérieux » de leur requête. La décision revient à la direction de l’école.  


En novembre, Le Journal publiait un article indiquant que la grande majorité (192) des élèves dispensés fréquentaient la Commission scolaire Portages-de-l’Outaouais (CSPO). Dans l’ensemble du Québec, moins de 270 jeunes ont été exemptés.    








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





Ils ont trouvé la faille  


Le ministre a donc demandé des comptes à la CSPO, pour s’assurer qu’aucune étape de la procédure n’a été escamotée. Selon nos informations, M. Roberge a conclu que les balises ont été respectées par les écoles, mais qu’un groupe de parents a trouvé une « faille ».  


Le Journal a pu obtenir les explications et les documents de la commission scolaire fournis au ministre à la suite d’une demande d’accès à l’information.  


On peut y voir que plusieurs parents ont utilisé un format et des arguments semblables pour remplir leur demande.  


En entrevue, le président du groupe Parents engagés de l’Outaouais avait d’ailleurs dit au Journal avoir aidé de nombreux parents mécontents de l’approche choisie par Québec pour parler d’homosexualité et de la réalité transgenre.  


Mais comment évaluer le « caractère sérieux » de ces demandes ? La CSPO se posait la question en février. Le directeur des ressources éducatives a contacté le ministère pour avoir des précisions, peut-on lire dans les échanges de courriels.   


« La direction n’a pas à investiguer sur les motifs de la demande d’exemption, lui a alors répondu un responsable du ministère. [L’école] doit s’assurer (et non juger) du caractère sérieux [...] en fonction de l’atteinte alléguée. »