Être ou ne pas être Charlie

2323dc9fa5c3c295843e8656fd25b078

Le piège de la laïcité

Cela se passait le 30 novembre dernier. Charlie Hebdo fêtait ses 25 ans dans une salle de l’Est parisien. S’il faut en croire les témoins, pour y accéder, il fallait montrer patte blanche et accepter d’être fouillé de la tête aux pieds. Il y avait dans la salle autant de policiers que d’invités.



Dans l’avant-dernier numéro de l’hebdomadaire, le journaliste Fabrice Nicolino explique avec moult détails comment, depuis un certain 7 janvier 2015, chaque fois qu’un membre de la rédaction part en reportage, il doit le faire avec une protection policière. Un « barnum de flics », dit-il. C’est vrai pour une simple interview comme pour un rendez-vous galant. Et le journaliste d’ajouter que, grâce notamment à ces égouts à ciel ouvert que sont les réseaux sociaux, les menaces de mort n’ont jamais cessé.



Pour l’ancien rédacteur en chef Philippe Val, la protection policière date même de 2006. Dès cette époque, Charlie avait commencé à payer le prix fort pour avoir eu le courage de reproduire les caricatures des confrères danois du Jyllands-Posten. CharlieHebdoétait alors poursuivi en justice par des musulmans partisans d’une laïcité prétendument « ouverte ». Cela ne les empêchait pourtant pas de chercher à imposer en France cette règle d’or à laquelle ne déroge aucun pays musulman : l’interdiction de blasphémer. Val en est aujourd’hui à 11 ans de protection policière. Tout cela pour avoir soutenu un journal menacé par des fanatiques et son droit de caricaturer Mahomet comme on le fait depuis toujours en France avec Jésus, Bouddha, Marx ou n’importe quel franc-maçon.



Non, l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo n’est pas un attentat parmi d’autres. À la différence des précédents, il met en cause le droit fondamental de critiquer et de rire de toutes les idées, y compris les religions, quitte à blasphémer. À quel titre en effet l’islam serait-il la seule religion qu’on n’aurait pas le droit de caricaturer ?



Ce n’est pas un hasard si cela se passe en France où, contrairement au Québec, le délit de blasphème a reculé dès le XVIIIe siècle avec Voltaire. On connaît la haine que vouaient nos punaises de sacristie au célèbre défenseur du chevalier de La Barre, condamné à mort pour anticléricalisme et blasphème.



On a parfois l’impression que cette haine est toujours vivace. Combien sommes-nous à nous émouvoir encore que des collègues soient obligés d’exercer leur métier à la pointe du fusil ? Et que dire de ceux qui vont jusqu’à laisser entendre que Charlie l’a cherché, sinon qu’ils sont les idiots utiles de l’islamisme ?




 


Au Québec, on me demande souvent ce qui distingue la laïcité du régime d’« accommodements » issu de l’Ancien Régime qui prévaut chez nous. À la différence de ce dernier, la laïcité ne protège pas que la liberté de religion, mais plus largement la liberté de conscience. Cela inclut bien sûr le droit de pratiquer la religion de son choix. Mais aussi le droit de ne pas croire et de refuser le diktat de ceux qui cherchent à imposer leurs règles à toute une « communauté ». L’État laïque défend donc avec la même énergie ces jeunes musulmanes à qui l’on impose le voile contre leur gré et que l’on traite de « putes » si elles portent une jupe.



Ajoutons aussi que, dans un État laïque, les politiciens ne renient pas la neutralité de l’État en criant « Allahu akbar » dans une mosquée pour flatter leur électorat dans le sens du poil. Que fera-t-on dire demain à ces politiciens qui, comme Philippe Couillard, n’ont même pas daigné participer à la grande manifestation du 11 janvier 2015 qui avait rassemblé à Paris une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement ?



« Dire “Je ne suis pas Charlie” revient à combattre pour son propre esclavage », écrit fort justement le philosophe Raphaël Enthoven. Le regretté Pierre Falardeau aurait évoqué La Boétie et la servitude volontaire. Reconnaissons-le, depuis l’attentat contreCharlie Hebdo, nos libertés ont reculé en France comme au Québec. Celui qui a la lucidité de dire, avec nombre de libres-penseurs musulmans comme Kamel Daoud, que l’islam est une religion en crise qui a des problèmes avec la violence, la sexualité, l’apostasie et la laïcité risque aujourd’hui de se voir traîner dans la boue et traiter d’islamophobe. Si cette islamophobie désigne certes des discriminations réelles, elle sert aussi de tarte à la crème afin de museler tout débat véritable.


 > Lire la suite sur Le Devoir.