Ensemble avec PKP, nous vaincrons!

Tribune libre

Historiquement l’appui à la souveraineté oscille autour du 40%. En travaillant tous ensemble, main dans la main, nous pouvons influencer suffisamment l’électorat pour aller chercher le 10 à 15% qu’il nous manque.

Je vous fais la proposition suivante.

En supposant que M. Pierre-Karl Péladeau soit élu le chef du Parti Québécois avec une majorité forte et qu’il propose à l’électorat québécois que pour la prochaine campagne électorale, et conditionnellement à l’atteinte d’une majorité absolue (50% et plus) il s’engage à tenir un référendum dans la première année de son mandat sur l’accessibilité du Québec à devenir un état souverain.

L’avantage d’une telle proposition serait qu’il y aurait une forte probabilité que Monsieur Péladeau dirige alors un gouvernement majoritaire compte tenu que nos forces regroupées permettront d’obtenir un résultat assurément au dessus de 40% ce qui est le seuil psychologique pour l’obtention d’un gouvernement majoritaire.

Seriez-vous partant pour convaincre votre entourage à faire en sorte d’obtenir cette majorité absolue? Ne croyez-vous pas que cette proposition pourrait rallier tous les souverainistes à travailler ensemble?

Faites-moi part de vos commentaires et suggestions.

L’objectif ultime des souverainistes n’est-il pas de s’assurer d’avoir un pays et ce dans le meilleur délai possible?

Featured 46fbc2a38e3d4ccc9f329692d2b92d34

Roger Kemp110 articles

  • 90 932

Pamphlétaire actif à Trois-Rivières Membre actif à la SSJB de la Mauricie





Laissez un commentaire



7 commentaires

  • François Ricard Répondre

    7 novembre 2014

    M. Cloutier,
    Un sénat tiré au sort n'a rien d'élitiste. Tout le monde y a accès.
    Demander à la population d'avoir une assemblée nationale tirée au sort est un bien trop grand pas.
    Déjà qu'il n'est pas facile de leur faire comprendre la nécessité de séparer les pouvoirs.

  • Pierre Cloutier Répondre

    7 novembre 2014

    Message à François Ricard.
    L'un n'empêche pas l'autre. Un référendum si nécessaire mais pas nécessairement un référendum. On peut marcher et mâcher de la gomme en même temps.
    Article 1 révisé du programme : Le Parti Québécois a comme priorité, qui conditionne toutes ses actions, de réaliser l'indépendance du Québec par la voie démocratique et pacifique. Point final et tout est ouvert. Comme la vie.
    Pour le Sénat tiré au sort, je remplacerais cela par une Chambre citoyenne tirée au sort. Le Sénat a une connotation trop élitiste. Il nous faut du monde venant de divers milieux avec diverses compétences, comme dans la vraie vie.

  • Lise Pelletier Répondre

    6 novembre 2014

    15 novembre 1976, je me souviens
    PKP va-t-il nous annoncer sa candidature à cette date historique de la première élection du Parti québécois ?
    Quel effet ça aurait sur celles et ceux qui ont été désillusionnés(es) et démobilisés(es) au fil des années ?

  • François Ricard Répondre

    6 novembre 2014

    Il faut se défaire de ce syndrome du référendum.
    Si le PQ est élu, il doit immédiatement poser des gestes qui mèneront le Québec à l'indépendance.
    Il y a nombre gestes, grands et petits, qui peuvent nous permettre de nous engager résolument dans ce chemin.
    Rapatrier tous les impôts
    Ne prêter serment qu'au peuple ...qui doit être souverain
    Décréter que la loi 101 s'applique intégralement dans sa version originale
    Exiger un péage de chaque navire empruntant le fleuve St-Laurent qui nous appartient
    Et en même temps, avec la population, élaborer une constitution républicaine qui fait une nette distinction entre les trois pouvoirs: législatif, exécutif et judiciaire.
    Nous pourrions, au niveau législatif, avoir deux chambres: L'Assemblée nationale élue à la proportionnelle et un Sénat choisi pat tirage au sort.
    Au niveau exécutif, un président, vice-président et m inistres. Plus de reine.
    On pourra alors soumettre cette constitution au peuple pour son approbation finale soit par un référendum soit par une élection référendaire.

  • Serge Jean Répondre

    5 novembre 2014

    Je voterai pour le taureau monsieur Péladeau et qu'il fonce à vive allure dans cette maudite porte bonyeu, qui nous emprisonne depuis trop longtemps déjà.
    Pour l'heure, il n'y a que cet homme qui pourrait faire lever ce peuple écrasé sous les immondices de mensonge. DIGNITÉ! DIGNITÉ! DIGNITÉ! PAYS! PAYS PAYS! KÉBEC!
    Serge Jean

  • Archives de Vigile Répondre

    5 novembre 2014

    Et que faisons-nous avec une majorité parlementaire, mais 40% du vote?
    Un bon gouvernement provincial, comme d'habitude???

  • André Lemay Répondre

    5 novembre 2014

    Monsieur Kemp, vous avez comme prémisse que M. Péladeau est élu avec une forte majorité chef du Parti Québécois. Je crois que si tel était le cas, d'autres propositions pourraient être envisagées.
    En voici une à la quelle je souscrirais volontiers. Une fois chef du Parti Québécois, il nous propose qu'élu premier ministre, il enclenchera le processus de déclaration d'indépendance du Québec.
    Ceci aurait au moins l'avantage de diminuer le nombre de campagnes de peur à 1.
    Je crois de plus que ce faisant, cette proposition saurait rassembler bon nombre d'indépendantistes.