POINT CHAUD

Énergie Est: dire oui est «immoral»

L’auteure et militante Naomi Klein critique la position du gouvernement Couillard sur le projet de TransCanada

0e4ee04d98e307b439f61d3d9a59121d

La voix de la raison

En se montrant favorable au mégaprojet de pipeline de TransCanada, le gouvernement Couillard s’apprête à devenir complice du « pire crime » contre le climat de la planète, soit la croissance de l’exploitation des sables bitumineux. C’est ce que soutient l’auteure et militante Naomi Klein, qui déplore du même coup le silence complet des libéraux sur les impacts climatiques du projet Énergie Est.

« Je trouve cela franchement choquant qu’un projet comme celui-là soit apparemment déjà approuvé par le gouvernement du Québec », déplore-t-elle en entrevue au Devoir dans le cadre de la sortie de Tout peut changer (Lux), son cinquième ouvrage, consacré aux changements climatiques. « Même le gouvernement américain de Barack Obama oppose une résistance certaine au projet Keystone XL de TransCanada, qui est pourtant moins imposant », ajoute cette figure de proue du mouvement altermondialiste.

Elle adresse d’ailleurs un sérieux avertissement au gouvernement de Philippe Couillard, qui dit vouloir lutter contre la menace que représentent les bouleversements climatiques. « Si ce pipeline est construit, le Québec deviendra le complice du pire crime contre le climat dans le monde. Car il ne fait aucun doute qu’un pipeline de cette dimension, qui transportera 1,1 million de barils de pétrole par jour, est intimement lié à la croissance de la production des sables bitumineux albertains. »

Alors que Keystone XL est bloqué du côté américain et que l’opposition envers le pipeline Northern Gateway est toujours très forte, Naomi Klein estime qu’Énergie Est est justement devenu un projet « crucial » pour le lobby de l’énergie fossile. « Mais dans ce contexte de pression de l’industrie, dire oui serait totalement immoral. Le Québec doit plutôt saisir l’occasion d’envoyer un message fort. Au lieu de se faire le complice d’un tel crime, il doit agir pour faire changer les choses dans la lutte contre les changements climatiques. »

Gaz à effet de serre

Le gouvernement Couillard a cependant décidé de passer outre à la question des émissions de gaz à effet de serre résultant de la production pétrolière qui coulera dans ce pipeline. Une décision que déplore la militante. « Le Québec ne tient pas compte des impacts du projet sur les changements climatiques, alors que même le président américain a dit, dans le cas du projet Keystone XL, qu’il devait passer le test du climat. Comment le Québec peut-il prétendre avoir le moindre engagement envers la lutte contre les bouleversements du climat en ne tenant pas compte de cette question dans le cas d’Énergie Est ? »

Selon cette journaliste collaboratrice du quotidien britannique The Guardian, ce qui se passera au Québec au cours des prochains mois fera sans aucun doute l’objet d’une attention internationale. « Je sais que vous n’avez pas un gouvernement progressiste actuellement. Mais le monde compte sur le Québec, lui demande de demeurer dans sa tradition progressiste. Il y a un mouvement continental très fort contre les sables bitumineux et vous avez un rôle important à jouer pour prendre part à cette opposition, au lieu de devenir un allié des compagnies pétrolières. »

Le message de la science est d’ailleurs très clair. Selon une étude publiée en janvier dans la prestigieuse revue Nature, le Canada doit absolument laisser plus de 85 % de ses ressources pétrolières connues dans le sol s’il veut aider l’humanité à éviter la catastrophe climatique qui s’annonce. Un tel objectif imposerait de réduire radicalement la production des sables bitumineux, de façon à ce que celle-ci soit « négligeable » en 2020.

Or, en acceptant la construction de plus de 700 kilomètres de pipeline sur son territoire, le Québec « s’enchaînerait » pour « plusieurs décennies » à la croissance de l’industrie. Un pipeline comme Énergie Est, rappelle Naomi Klein, nécessitera des investissements de 12 milliards de dollars. Il est donc à prévoir que cette infrastructure sera utilisée à long terme, transportant chaque année plus de 400 millions de barils de pétrole brut. Chemin faisant, le pipeline traversa le territoire de 69 municipalités du Québec, mais aussi 641 cours d’eau.

L’auteure et cinéaste de renommée internationale estime en outre que si le gouvernement du Québec ne joue pas son rôle, il laissera le champ libre à l’Office national de l’énergie, organisme fédéral chargé d’étudier les pipelines. Mais cette institution est selon elle « totalement discréditée ». « Ils ne sont pas neutres du tout. Ils ont approuvé Northern Gateway alors que les audiences ont clairement démontré que ce projet était inacceptable. Et depuis, le gouvernement Harper a changé les règles pour accélérer les approbations. En fait, il n’y a pratiquement pas de différence entre l’industrie qui fait la promotion des pipelines et le gouvernement fédéral. »

Le gouvernement Couillard promet toutefois de mener sa propre évaluation environnementale du projet Énergie Est, et ce, depuis mai 2014. Mais rien de concret n’a encore été annoncé. En fait, Québec attend toujours que TransCanada dépose son avis de projet, qui constitue la première étape du processus. À titre de comparaison, l’Ontario étudie le projet depuis déjà plus d’un an. Le fédéral a aussi commencé son évaluation. Les audiences auront lieu à l’automne.

Au-delà de ce controversé projet de pipeline, le gouvernement libéral entend aussi lancer le Québec sur la voie de l’exploitation pétrolière, avec des projets privés déjà bien avancés en Gaspésie et le financement public de forages sur l’île d’Anticosti. Autant de décisions qui vont à l’encontre de la raison scientifique, résume Naomi Klein. « Se contenter d’accepter ce genre de projet, comme le fait le Québec, c’est la façon la plus lâche possible de gouverner tout en espérant gagner rapidement de l’argent. Il suffit d’octroyer les permis, de forer et d’extraire la ressource. Il est pourtant possible de créer davantage d’emplois, et plus durables, en choisissant la voie des énergies renouvelables. Mais pour cela, il faut que le gouvernement gouverne, qu’il se dote d’une vision. »


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé