Faire de la politique autrement...

Éliminer la partisanerie sectaire

Moderniser notre culture politique désuète

Tribune libre


On dit souvent que derrière tout incident bouleversant émerge une leçon susceptible d’améliorer le cours des événements à venir. Les dernières démissions au sein du caucus péquiste font ressortir, entre autres, un malaise profond concernant la « vieille » façon de faire de la politique, soit de placer trop souvent les intérêts partisans et opportuns avant les intérêts des citoyens. Selon Louise Beaudoin et Pierre Curzi, la partisanerie excessive dont font preuve les formations politiques est à l’origine du profond désabusement des citoyens à l’égard des politiciens.
Toutefois, si nous nous référons à la définition de la partisanerie au sens propre, nous y découvrons qu’elle est le fait de prendre parti pour quelqu’un, un système, une doctrine ou une théorie et d’en assumer la promotion et la défense dans le respect des opinions des autres. En ce sens, la non-partisanerie est l’absence de convictions et de repères historiques et idéologiques.
Là où le bât blesse, c’est lorsque que la partisanerie dérape vers un parti pris sectaire, porteur d’une intolérance et d’une étroitesse d’esprit qui refusent d’admettre les opinions différentes. Cette partisanerie « excessive » engendre alors des attaques personnelles pernicieuses, créant un climat malsain qui transforme le Parlement en perpétuel vaudeville. À cet effet, Louise Beaudoin, dans son allocution annonçant sa récente démission, traduit assez bien le malaise engendré par cette forme de partisanerie qu’elle ressent depuis son retour à la politique active en 2008 :

« J’ai commencé à m’interroger sur la partisanerie qui souvent rend aveugle, qui nous force à toujours être dans la certitude, jamais dans le doute, sur le ton guerrier que l’on se croit obligés d’employer. Ce sont des maux dont la politique est en train de mourir. »

Et Pierre Curzi, visiblement déçu de son plongeon en politique il y a quatre ans, d’ajouter :
« On se rend compte que les partis politiques s’éloignent de plus en plus de ce que les gens disent et souhaitent. Les gens demandent qu’on ait une liberté de parole, qu’on affirme des principes et qu’on respecte ces principes. »

De telles déclarations ouvrent nécessairement la voie à une nouvelle façon de faire de la politique pour autant que les politiciens désirent réparer cette fracture qui sépare le citoyen des élus, à commencer par des changements d’attitudes. À titre d’exemples, Louise Beaudoin propose de ne plus voir ses adversaires comme des ennemis, de mettre fin à la langue de bois, d’accorder plus de latitude aux députés, en particulier par une discipline de parti mois systématique et moins contraignante.
Cependant, au-delà de ces changements d’attitudes essentiels à tout effort de faire de la politique autrement, les politiciens devront un jour s’attaquer sérieusement à notre culture politique, la base de l’ensemble des valeurs, traditions et stratégies liées à la manière d’exercer et de contrebalancer le pouvoir, laquelle culture politique est héritière de nos nombreuses années d’un parlementarisme empoussiéré. Pour rafraîchir un peu cette image grisâtre de notre culture politique, je vous suggère de consulter l’ambitieuse mission que se donnée 400 jeunes de 20 à 35 ans provenant de toutes les régions du Québec pour en arriver à présenter leur mémoire le 8 juin à la suite de la réflexion menée par Génération d’idées et dans lequel ces jeunes nous présentent des pistes de solutions pour refaire le Québec à leur image…et qui pourraient peut-être aussi alimenter notre réflexion sur les modifications à apporter pour moderniser notre culture politique désuète.
www.generationdidees.ca
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1315 articles

  • 1 171 994

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juin 2011

    Structure de pensée. Quelqu’un dit ailleurs que Curzi n’a pas eu le courage de dire la vérité que Aussant a écrite. Ce dernier, économiste stoïque, lit sans élégance une sentence irrémédiable alors que le premier, plus habile à déclamer un texte qu’il possède, écrit ici avec retenue : « On se rend compte que les partis politiques s’éloignent de plus en plus de ce que les gens disent et souhaitent. » Toute sa motivation politique tient à la culture, à la langue. Et la tactique de son parti ne passe pas par cette confrontation directe, à preuve la 101 au CEGEP, jamais acceptée par Marois, pas plus que par Lévesque, qui confronta Laurin.
    Les individus structurent leur pensée selon le milieu qui les influence.
    La nouvelle façon de faire de la politique éclot actuellement de différentes sources. Mouvements non partisan, se dit-on. « Cap sur l’indépendance » ou « Génération d’idées. » Survolons, comme il est suggéré ici, les cogitations Génération d’idées des 400 jeunes :
    À travers plusieurs studieux ateliers, ils abordent un large éventail de la société.
    Immigration : L’intention va surtout vers des initiatives personnelles que les citoyens devraient diriger sur la promotion de la diversité, en vue de l’emploi des immigrants. N’y apparaît pas l’idée capitale d’un plan national qui orienterait l’action sur le terrain.
    Medias : Fort louable orientation à développer l’esprit critique envers les médias, dans des cours, la fréquentation des bibliothèques… sans référence au fléau de la concentration des médias aux mains du capital.
    Institutions démocratiques : Idée originale de « forcer » les députés à tenir des assemblées de comtés… (forcer citoyens à y assister?) Lier les promesses électorales au DGE.
    Éducation : Revaloriser l’éducation au Québec, de la part des parents et jeunes.
    Stimuler l’intérêt par apprentissage concret : Sensibiliser les très jeunes au marché du travail dès le primaire!!!! (foin de la culture générale)
    Capitalisme/développement durable : Très belles réflexions sur les droits humains, la vie au travail, l’environnement/consommation et, bien sûr, la corruption.
    *C’est d’ailleurs dans la qualité du milieu ambiant de l’humanité que se trouve le point de rencontre de toutes générations, classes, sexes, cultures, langues, etc.